Planète Pluton

 

 

 

Les planètes visibles à l’œil nu ont été nommées par les romains en référence à leur mythologie et en fonction de leur apparence notamment, Vénus, la planète la plus brillante a été assimilée à la déesse de la beauté, Mars de couleur rouge au dieu de la guerre. Lors la découverte des planètes suivantes, aucune tradition n’était encore définie.

Lorsque le britannique William Herschel a découvert Uranus en 1781, ce dernier voulait la nommer en référence au roi Georges III, d’autres astronomes ont proposé de la nommer du nom de son découvreur.

C’est l’astronome allemand Johann Bode qui suggérera d’utiliser un nom mythologique comme pour les cinq planètes déjà connues et proposa le nom d’Uranus mais ce nom ne fût pas couramment utilisé avant les années 1850.

La planète Neptune a été découverte par calcul par deux astronomes, le britannique John Couch Adams et le français Urbain Leverrier qui aurait aimé lui donner son nom mais observée pour la première fois en 1846. Le nom Neptune fût proposé par d’autres astronomes et accepté pour devenir la norme.

Pluton fût découverte en 1930 par l’américain Clyde Tombaugh et plusieurs noms furent suggérés comme Atlas, Persée, Cronos ou Minerva. Le nom de Pluton, le dieu des enfers, fût suggéré par une jeune fille de 11 ans d’Oxford, Venetia Burney et fût validé.

https://www.etoile-des-enfants.ch/article1983.html

Entre temps, depuis 1919, l’Union astronomique internationale est chargé de valider les propositions de nommage des corps célestes, mais c’est le découvreur d’un nouvel astre qui peut proposer un nom pour sa découverte dans le respect de certaines règles.

Un même nom ne peut pas être utilisé pour plusieurs corps

Les noms donnés sont universels et ne doivent pas être transposés dans une autre langue

Les noms utilisés doivent conserver un caractère international, ils doivent être empruntés aux différentes cultures et choisis par L’Union astronomique internationale.

Aucun nom à connotation politique, militaire ou religieuse ne peut être utilisé sauf pour les hommes politiques antérieurs au XIXème siècle.

L’attribution du nom d’une personne doit être réservée à une personne reconnue sur le plan international et décédée depuis plus de trois ans.

Les noms des anneaux et des satellites récemment découverts sont définis par un groupe de travail sur la nomenclature des planètes et satellites et par une commission spécifique de L’Union astronomique internationale, la commission n˚20.

Formation de Jupiter

Planète Jupiter

Les nouveaux satellites de Jupiter sont nommés par référence à la mythologie gréco-latine. L’Union astronomique internationale a adopté un nouveau critère en 1976, les satellites ayant une orbite directe se terminent par la lettre A et ceux ayant une orbite rétrograde, c’est-à-dire qui effectue sa révolution dans le sens inverse à celui de son corps central, se terminent par la lettre E.

Les nouveaux satellites de Saturne ont des noms correspondants aux frères et sœurs de Saturne, les Titans et les Titanides, et des géants des mythologies grecques, romaines, norroises, gauloises ou inuit.

Les nouveaux satellites d’Uranus sont nommés en référence à la littérature anglaise, notamment aux pièces de théâtre de Shakespeare et poèmes de Pope.

Les nouveaux satellites de Neptune sont nommés en référence aux divinités marines.

Le nom des nouveaux astéroïdes ne doit pas dépasser 16 caractères, ne doit pas être composé, doit être facilement prononçable en plusieurs langues, ne doit pas être un nom déjà attribués à un astéroïde ou un satellite, ne doit pas être le nom d’un animal de compagnie. La proposition doit être accompagnée d’une note explicative et être soumise au comité de nomenclature des petits corps du système solaire de l’Union astronomique internationale qui regroupe onze astronomes internationaux.

Le nom des comètes correspond soit au nom de leur découvreur, jusqu’à trois noms en cas de découvreurs multiples, soit au nom d’un satellite artificiel, soit au nom du lieu à partir duquel la découverte a été réalisée ou de l’appareil qui l’a découvert.

 

Share on
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

unnamed - 2022-03-28T080501.513

Le nommage des astres

Planète Pluton

 

 

 

Les planètes visibles à l’œil nu ont été nommées par les romains en référence à leur mythologie et en fonction de leur apparence notamment, Vénus, la planète la plus brillante a été assimilée à la déesse de la beauté, Mars de couleur rouge au dieu de la guerre. Lors la découverte des planètes suivantes, aucune tradition n’était encore définie.

Lorsque le britannique William Herschel a découvert Uranus en 1781, ce dernier voulait la nommer en référence au roi Georges III, d’autres astronomes ont proposé de la nommer du nom de son découvreur.

C’est l’astronome allemand Johann Bode qui suggérera d’utiliser un nom mythologique comme pour les cinq planètes déjà connues et proposa le nom d’Uranus mais ce nom ne fût pas couramment utilisé avant les années 1850.

La planète Neptune a été découverte par calcul par deux astronomes, le britannique John Couch Adams et le français Urbain Leverrier qui aurait aimé lui donner son nom mais observée pour la première fois en 1846. Le nom Neptune fût proposé par d’autres astronomes et accepté pour devenir la norme.

Pluton fût découverte en 1930 par l’américain Clyde Tombaugh et plusieurs noms furent suggérés comme Atlas, Persée, Cronos ou Minerva. Le nom de Pluton, le dieu des enfers, fût suggéré par une jeune fille de 11 ans d’Oxford, Venetia Burney et fût validé.

https://www.etoile-des-enfants.ch/article1983.html

Entre temps, depuis 1919, l’Union astronomique internationale est chargé de valider les propositions de nommage des corps célestes, mais c’est le découvreur d’un nouvel astre qui peut proposer un nom pour sa découverte dans le respect de certaines règles.

Un même nom ne peut pas être utilisé pour plusieurs corps

Les noms donnés sont universels et ne doivent pas être transposés dans une autre langue

Les noms utilisés doivent conserver un caractère international, ils doivent être empruntés aux différentes cultures et choisis par L’Union astronomique internationale.

Aucun nom à connotation politique, militaire ou religieuse ne peut être utilisé sauf pour les hommes politiques antérieurs au XIXème siècle.

L’attribution du nom d’une personne doit être réservée à une personne reconnue sur le plan international et décédée depuis plus de trois ans.

Les noms des anneaux et des satellites récemment découverts sont définis par un groupe de travail sur la nomenclature des planètes et satellites et par une commission spécifique de L’Union astronomique internationale, la commission n˚20.

Formation de Jupiter

Planète Jupiter

Les nouveaux satellites de Jupiter sont nommés par référence à la mythologie gréco-latine. L’Union astronomique internationale a adopté un nouveau critère en 1976, les satellites ayant une orbite directe se terminent par la lettre A et ceux ayant une orbite rétrograde, c’est-à-dire qui effectue sa révolution dans le sens inverse à celui de son corps central, se terminent par la lettre E.

Les nouveaux satellites de Saturne ont des noms correspondants aux frères et sœurs de Saturne, les Titans et les Titanides, et des géants des mythologies grecques, romaines, norroises, gauloises ou inuit.

Les nouveaux satellites d’Uranus sont nommés en référence à la littérature anglaise, notamment aux pièces de théâtre de Shakespeare et poèmes de Pope.

Les nouveaux satellites de Neptune sont nommés en référence aux divinités marines.

Le nom des nouveaux astéroïdes ne doit pas dépasser 16 caractères, ne doit pas être composé, doit être facilement prononçable en plusieurs langues, ne doit pas être un nom déjà attribués à un astéroïde ou un satellite, ne doit pas être le nom d’un animal de compagnie. La proposition doit être accompagnée d’une note explicative et être soumise au comité de nomenclature des petits corps du système solaire de l’Union astronomique internationale qui regroupe onze astronomes internationaux.

Le nom des comètes correspond soit au nom de leur découvreur, jusqu’à trois noms en cas de découvreurs multiples, soit au nom d’un satellite artificiel, soit au nom du lieu à partir duquel la découverte a été réalisée ou de l’appareil qui l’a découvert.

 

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.