Le baril de pétrole est à la baisse, mais les prix à la pompe sont à la hausse…

 

Depuis la fin du mois d’aout, les pris sont à la baisse, mais les prix moyens des carburants routiers sont repartis à la hausse, la semaine dernière, selon des chiffres arrêtés vendredi 30 septembre et communiqués lundi 3 octobre par le ministère de la Transition écologique.

En fait, c’est la première augmentation des prix à la pompe observée depuis fin août. Ces prix tiennent compte du relèvement de la ristourne de l’État appliquée depuis le 1er septembre à hauteur de 30 centimes par litre en métropole continentale.

Au sein des stations-services, le prix moyen du gazole s’affichait à 1,6956 euro le litre la semaine dernière, soit une hausse de 3,6 centimes par rapport à la semaine précédente. Le supercarburant sans plomb 95-E10 a lui augmenté de 3 centimes, à 1,5185 euro le litre, contre 1,4876 euro la semaine précédente.

L’augmentation a été moins marquée pour le supercarburant sans plomb 95 qui se vendait en station-service à un prix moyen de 1,5737 centime, soit 2,6 centimes de plus par rapport à la semaine précédente.

Ces niveaux sont toutefois loin d’atteindre les prix des carburants à fin août, juste avant le relèvement de la ristourne de l’État : à cette époque, le prix du gazole était de 1,9488 euro, il était de 1,7797 euro pour le sans-plomb 95 et de 1,7392 euro pour le sans-plomb 95-E10.

Le discount financé par l’État sur les carburants et instaurée en avril est passée de 18 centimes à 30 centimes par litre le 1er septembre, pour deux mois, et sera ensuite minorée à 10 centimes en novembre-décembre.

Le prix du pétrole a fortement baissé depuis cet été, en raison de craintes croissantes d’un ralentissement économique dans les pays consommateurs, notamment en Chine. Dans ce contexte, la réunion mercredi des pays exportateurs de pétrole et leurs alliés, rassemblés dans l’organisation OPEP, fait redouter des coupes drastiques de production pour contrer la baisse des cours.

Share on
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

unnamed - 2022-10-04T110320.560

Le baril de pétrole est à la baisse, mais les prix à la pompe sont à la hausse…

  Depuis la fin du mois d'aout, les pris sont à la baisse, mais les prix moyens des carburants routiers sont repartis à la hausse, la semaine dernière, selon des chiffres arrêtés vendredi 30 septembre et communiqués lundi 3 octobre par le ministère de la Transition écologique. En fait, c'est la première augmentation des prix à la pompe observée depuis fin août. Ces prix tiennent compte du relèvement de la ristourne de l'État appliquée depuis le 1er septembre à hauteur de 30 centimes par litre en métropole continentale. Au sein des stations-services, le prix moyen du gazole s'affichait à 1,6956 euro le litre la semaine dernière, soit une hausse de 3,6 centimes par rapport à la semaine précédente. Le supercarburant sans plomb 95-E10 a lui augmenté de 3 centimes, à 1,5185 euro le litre, contre 1,4876 euro la semaine précédente. L'augmentation a été moins marquée pour le supercarburant sans plomb 95 qui se vendait en station-service à un prix moyen de 1,5737 centime, soit 2,6 centimes de plus par rapport à la semaine précédente. Ces niveaux sont toutefois loin d'atteindre les prix des carburants à fin août, juste avant le relèvement de la ristourne de l'État : à cette époque, le prix du gazole était de 1,9488 euro, il était de 1,7797 euro pour le sans-plomb 95 et de 1,7392 euro pour le sans-plomb 95-E10. Le discount financé par l'État sur les carburants et instaurée en avril est passée de 18 centimes à 30 centimes par litre le 1er septembre, pour deux mois, et sera ensuite minorée à 10 centimes en novembre-décembre. Le prix du pétrole a fortement baissé depuis cet été, en raison de craintes croissantes d'un ralentissement économique dans les pays consommateurs, notamment en Chine. Dans ce contexte, la réunion mercredi des pays exportateurs de pétrole et leurs alliés, rassemblés dans l'organisation OPEP, fait redouter des coupes drastiques de production pour contrer la baisse des cours.
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[mailpoet_form id="1"]