La réussite exceptionnelle d’un autodidacte, Dietrich Mateschitz, le fondateur de Red Bull

 

Dietrich Mateschitz  est né à St. Marein dans le Mürztal – a travaillé pour Jacobs Kaffee et Blendax, alors filiale d’Unilever, après avoir obtenu son diplôme universitaire. Chez le fabricant de dentifrice, il est devenu directeur marketing. Au cours d’un de ses voyages d’affaires en Asie, il a pris connaissance des boissons stimulantes. Il a vu le potentiel du produit et a décidé de le lancer en Europe. Mateschitz a acquis les droits de licence de la boisson énergisante thaïlandaise “Krating Daeng”, ou “Red Bull” en anglais, et a fondé l’entreprise avec la famille de fabricants thaïlandais Yoovidhya.
 
Meldungsliste(1)(8).jpg APA/BARBARA GINDL
Dès le début, Mateschitz travaille massivement sur l’image de sa boisson, sponsorise la scène des clubs alternatifs et des sports extrêmes et réinvestit constamment des sommes considérables dans le marketing. Avec un succès grandissant, il entre peu à peu dans le sport populaire : Aujourd’hui, Red Bull dirige des équipes de hockey sur glace, des clubs de football et des écuries de Formule 1 et a des contrats avec plusieurs centaines d’athlètes.

Aujourd’hui, Mateschitz n’est pas seulement l’Autrichien le plus riche, mais l’un des hommes les plus riches du monde. Le patron de Red Bull, Dietrich Mateschitz, est classé 51e dans le classement Forbes des personnes les plus riches du monde en 2022. Avec une fortune de 27,4 milliards de dollars américains, il est de très loin l’Autrichien le plus riche. Cependant, le porteur de jeans avoué ne se met presque jamais au centre de l’attention, mais tout au plus son produit. “Didi”, comme l’appellent ses amis, est considéré comme timide du public. Les interviews dans les journaux sont rares et il ne donne jamais d’interviews à la télévision.

En 2014, “Mr. Red Bull” a ramené la Formule 1 en Styrie avec le Grand Prix d’Autriche et est partenaire de l’armée autrichienne au salon de l’aéronautique Airpower. Ce faisant, il a donné une impulsion à une région qui souffrait particulièrement du déclin de l’industrie lourde. Les “Flying Bulls”, une flotte d’avions et d’hélicoptères historiques, et le “Hangar 7” de l’aéroport de Salzbourg témoignent de sa passion pour l’aviation.

Mateschitz a longtemps retenu ses opinions politiques – jusqu’à ce qu’il critique sévèrement la gestion par le gouvernement de la crise des réfugiés dans le “Kleine Zeitung” en 2017. Il a également critiqué l’hypocrisie des appelants “On peut le faire”, a dénoncé les Verts et a fait l’éloge de Sebastian Kurz, alors ministre des Affaires étrangères. Après l’interview, il a été question dans de nombreux endroits d’une recommandation électorale pour l’ÖVP et le FPÖ.

Les critiques ouvertes de Mateschitz et de son entreprise sont rares. “Il est le maître d’un système fermé, un monde blindé d’où ne devraient échapper que le désir des athlètes, la passion du risque et l’avidité du succès”, écrit le quotidien allemand FAZ. Et il est le maître d’un appareil qui offre beaucoup aux salariés, mais qui leur demande aussi beaucoup.

 
 


Mateschitz, qui vit à Salzbourg avec sa petite amie de longue date Marion Feichtner, a dit un jour qu’il buvait dix à douze canettes de Red Bull chaque jour. Ses compagnons le louent comme un visionnaire qui s’efforce constamment de concrétiser ses idées et ne laisse rien au hasard. Âgé de 78 ans, il prend encore lui-même les décisions importantes au sein du groupe et son fils unique Mark est érigé en successeur possible de l’empire de l’entreprise. Le joueur de 27 ans vient d’une relation antérieure avec Mateschitz, a maintenant adopté son nom de famille et a pris pied dans la maison en tant que directeur général de la propre brasserie “Thalheim” de Red Bull.
Share on
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

La réussite exceptionnelle d’un autodidacte, Dietrich Mateschitz, le fondateur de Red Bull

Advertisement

La réussite exceptionnelle d’un autodidacte, Dietrich Mateschitz, le fondateur de Red Bull

Advertisement

La réussite exceptionnelle d’un autodidacte, Dietrich Mateschitz, le fondateur de Red Bull

Advertisement

Suis nous sur instagram!

Starbucks

La réussite exceptionnelle d’un autodidacte, Dietrich Mateschitz, le fondateur de Red Bull

Advertisment

unnamed - 2022-08-29T135839.348

La réussite exceptionnelle d’un autodidacte, Dietrich Mateschitz, le fondateur de Red Bull

 
Dietrich Mateschitz  est né à St. Marein dans le Mürztal - a travaillé pour Jacobs Kaffee et Blendax, alors filiale d'Unilever, après avoir obtenu son diplôme universitaire. Chez le fabricant de dentifrice, il est devenu directeur marketing. Au cours d'un de ses voyages d'affaires en Asie, il a pris connaissance des boissons stimulantes. Il a vu le potentiel du produit et a décidé de le lancer en Europe. Mateschitz a acquis les droits de licence de la boisson énergisante thaïlandaise "Krating Daeng", ou "Red Bull" en anglais, et a fondé l'entreprise avec la famille de fabricants thaïlandais Yoovidhya.
 
Meldungsliste(1)(8).jpg APA/BARBARA GINDL Dès le début, Mateschitz travaille massivement sur l'image de sa boisson, sponsorise la scène des clubs alternatifs et des sports extrêmes et réinvestit constamment des sommes considérables dans le marketing. Avec un succès grandissant, il entre peu à peu dans le sport populaire : Aujourd'hui, Red Bull dirige des équipes de hockey sur glace, des clubs de football et des écuries de Formule 1 et a des contrats avec plusieurs centaines d'athlètes. Aujourd'hui, Mateschitz n'est pas seulement l'Autrichien le plus riche, mais l'un des hommes les plus riches du monde. Le patron de Red Bull, Dietrich Mateschitz, est classé 51e dans le classement Forbes des personnes les plus riches du monde en 2022. Avec une fortune de 27,4 milliards de dollars américains, il est de très loin l'Autrichien le plus riche. Cependant, le porteur de jeans avoué ne se met presque jamais au centre de l'attention, mais tout au plus son produit. "Didi", comme l'appellent ses amis, est considéré comme timide du public. Les interviews dans les journaux sont rares et il ne donne jamais d'interviews à la télévision. En 2014, "Mr. Red Bull" a ramené la Formule 1 en Styrie avec le Grand Prix d'Autriche et est partenaire de l'armée autrichienne au salon de l'aéronautique Airpower. Ce faisant, il a donné une impulsion à une région qui souffrait particulièrement du déclin de l'industrie lourde. Les "Flying Bulls", une flotte d'avions et d'hélicoptères historiques, et le "Hangar 7" de l'aéroport de Salzbourg témoignent de sa passion pour l'aviation. Mateschitz a longtemps retenu ses opinions politiques - jusqu'à ce qu'il critique sévèrement la gestion par le gouvernement de la crise des réfugiés dans le "Kleine Zeitung" en 2017. Il a également critiqué l'hypocrisie des appelants "On peut le faire", a dénoncé les Verts et a fait l'éloge de Sebastian Kurz, alors ministre des Affaires étrangères. Après l'interview, il a été question dans de nombreux endroits d'une recommandation électorale pour l'ÖVP et le FPÖ. Les critiques ouvertes de Mateschitz et de son entreprise sont rares. "Il est le maître d'un système fermé, un monde blindé d'où ne devraient échapper que le désir des athlètes, la passion du risque et l'avidité du succès", écrit le quotidien allemand FAZ. Et il est le maître d'un appareil qui offre beaucoup aux salariés, mais qui leur demande aussi beaucoup.
 
 
Mateschitz, qui vit à Salzbourg avec sa petite amie de longue date Marion Feichtner, a dit un jour qu'il buvait dix à douze canettes de Red Bull chaque jour. Ses compagnons le louent comme un visionnaire qui s'efforce constamment de concrétiser ses idées et ne laisse rien au hasard. Âgé de 78 ans, il prend encore lui-même les décisions importantes au sein du groupe et son fils unique Mark est érigé en successeur possible de l'empire de l'entreprise. Le joueur de 27 ans vient d'une relation antérieure avec Mateschitz, a maintenant adopté son nom de famille et a pris pied dans la maison en tant que directeur général de la propre brasserie "Thalheim" de Red Bull.
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

La réussite exceptionnelle d’un autodidacte, Dietrich Mateschitz, le fondateur de Red Bull

Advertisement

La réussite exceptionnelle d’un autodidacte, Dietrich Mateschitz, le fondateur de Red Bull

Advertisement

La réussite exceptionnelle d’un autodidacte, Dietrich Mateschitz, le fondateur de Red Bull

Advertisement

Suis nous sur instagram!

Starbucks

La réussite exceptionnelle d’un autodidacte, Dietrich Mateschitz, le fondateur de Red Bull

Advertisment

[mailpoet_form id="1"]