La bonne nouvelle est que le Covid 19 et ses différentes variantes sont en cours d’élimination.

Jessica Adamson- C19-Tamar news

Des scientifiques israéliens ont tenté une nouvelle approche pour trouver un traitement contre le Covid-19 et pensent avoir découvert trois molécules très efficaces. Cependant, pour l’instant, les tests n’ont été effectués qu’in vitro.

Depuis le début de la crise sanitaire du Covid-19, plusieurs médicaments ont été testés pour tenter de traiter les patients déjà infectés. Certains ne se sont pas avérés efficaces, d’autres se sont révélés intéressants au tout début de la maladie. Cette fois-ci, les chercheurs israéliens pensent avoir trouvé le remède tant attendu grâce à trois traitements qui, selon le Times of Israel, seraient “presque 100% efficaces”. De quels médicaments s’agit-il ?

Il s’agirait d’un médicament utilisé contre le VIH, dont le nom n’a pas encore été révélé, d’un autre contre l’athérosclérose (maladie qui obstrue les artères, explique l’Inserm) appelé Darapladib, et enfin du Flumatinib, un anticancéreux à l’étude (en phase 3 en 2020, selon le site e-cancer) contre la leucémie myéloïde chronique.

Des molécules qui s’attaquent à l’enveloppe du virus, Ces trois molécules se sont révélées efficaces contre les cellules infectées par le SRAS-CoV-2. . C’est-à-dire qu’elles auraient permis aux   cellules infectées par le Covid-19 de rester en vie. “Par exemple, dans des circonstances classiques,  environ la moitié des cellules seraient mortes dans les deux jours suivant  le contact avec le virus”
a déclaré le chef de l’étude, le professeur Isaiah Arkin, de l’Université hébraïque de Jérusalem.


Comme on le sait déjà, le virus possède une protéine qui a la forme d’une pointe appelée “Spike”, qui vient attaquer et infecter les cellules. Jusqu’à présent, c’est cette protéine que l’on essayait de neutraliser. Cette fois, les chercheurs israéliens ont tenté d’attaquer le virus sous un autre angle : avec des médicaments qui ciblaient la membrane qui enveloppe le virus. Cela pourrait être d’autant plus intéressant que cette dernière reste stable d’une variante à l’autre. En effet, malgré les mutations, ce type d’approche pourrait rester efficace.

Cela dit, cette étude a été réalisée en laboratoire, “in vitro”, et ne permet pas encore d’affirmer que ces molécules pourront aider ou sauver les patients infectés.

Share on
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

unnamed - 2021-07-23T174958.298

La bonne nouvelle est que le Covid 19 et ses différentes variantes sont en cours d’élimination.

Jessica Adamson- C19-Tamar news
Des scientifiques israéliens ont tenté une nouvelle approche pour trouver un traitement contre le Covid-19 et pensent avoir découvert trois molécules très efficaces. Cependant, pour l'instant, les tests n'ont été effectués qu'in vitro. Depuis le début de la crise sanitaire du Covid-19, plusieurs médicaments ont été testés pour tenter de traiter les patients déjà infectés. Certains ne se sont pas avérés efficaces, d'autres se sont révélés intéressants au tout début de la maladie. Cette fois-ci, les chercheurs israéliens pensent avoir trouvé le remède tant attendu grâce à trois traitements qui, selon le Times of Israel, seraient "presque 100% efficaces". De quels médicaments s'agit-il ? Il s'agirait d'un médicament utilisé contre le VIH, dont le nom n'a pas encore été révélé, d'un autre contre l'athérosclérose (maladie qui obstrue les artères, explique l'Inserm) appelé Darapladib, et enfin du Flumatinib, un anticancéreux à l'étude (en phase 3 en 2020, selon le site e-cancer) contre la leucémie myéloïde chronique. Des molécules qui s'attaquent à l'enveloppe du virus, Ces trois molécules se sont révélées efficaces contre les cellules infectées par le SRAS-CoV-2. . C'est-à-dire qu'elles auraient permis aux   cellules infectées par le Covid-19 de rester en vie. "Par exemple, dans des circonstances classiques,  environ la moitié des cellules seraient mortes dans les deux jours suivant  le contact avec le virus" a déclaré le chef de l'étude, le professeur Isaiah Arkin, de l'Université hébraïque de Jérusalem. Comme on le sait déjà, le virus possède une protéine qui a la forme d'une pointe appelée "Spike", qui vient attaquer et infecter les cellules. Jusqu'à présent, c'est cette protéine que l'on essayait de neutraliser. Cette fois, les chercheurs israéliens ont tenté d'attaquer le virus sous un autre angle : avec des médicaments qui ciblaient la membrane qui enveloppe le virus. Cela pourrait être d'autant plus intéressant que cette dernière reste stable d'une variante à l'autre. En effet, malgré les mutations, ce type d'approche pourrait rester efficace. Cela dit, cette étude a été réalisée en laboratoire, "in vitro", et ne permet pas encore d'affirmer que ces molécules pourront aider ou sauver les patients infectés.
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.