PRESENTATION DU GRAND PENSEUR STEVEN PINKER

unnamed - 2021-11-21T112528.339

Steven Pinker est né en 1954 dans la communauté juive anglophone de Montréal, au Canada. Il a obtenu une licence en psychologie expérimentale à l’université McGill, puis s’est installé à Cambridge, dans le Massachusetts, en 1976, où il a passé la majeure partie de sa carrière à faire des allers-retours entre Harvard et le MIT. Il a obtenu son doctorat à Harvard en 1979, suivi d’une bourse postdoctorale au MIT, d’un séjour d’un an comme professeur assistant à Harvard et, en 1982, d’un retour au MIT qui a duré jusqu’en 2003, date à laquelle il est retourné à Harvard. Actuellement, il est le professeur de la famille Johnstone au département de psychologie. Il a également passé deux ans en Californie : en 1981-82, lorsqu’il était professeur assistant à Stanford, et en 1995-96, lorsqu’il a passé une année sabbatique à l’université de Californie, à Santa Barbara.

 

Steven Pinker est un psychologue expérimental qui mène des recherches sur la cognition visuelle, la psycholinguistique et les relations sociales. Il a grandi à Montréal et a obtenu sa licence à McGill et son doctorat à Harvard. Actuellement professeur de psychologie Johnstone à Harvard, il a également enseigné à Stanford et au MIT. Il a remporté de nombreux prix pour ses recherches, son enseignement et ses neuf livres, dont The Language Instinct, How the Mind Works, The Blank Slate, The Better Angels of Our Nature et The Sense of Style. Il est membre élu de l’Académie nationale des sciences, deux fois finaliste du prix Pulitzer, humaniste de l’année, titulaire de neuf doctorats honorifiques, et figure parmi les “100 meilleurs intellectuels publics du monde” et les “100 personnes les plus influentes dans le monde aujourd’hui” du magazine Foreign Policy. Il est président de l’Usage Panel de l’American Heritage Dictionary, et écrit fréquemment pour le New York Times, le Guardian et d’autres publications. Son dixième livre, qui sera publié en février 2018, s’intitule Enlightenment Now : The Case for Reason, Science, Humanism, and Progress.

 

Steven Pinker sur le coronavirus et le capitalisme.

by ARUN KAKAR

 

October 26 2020

 

Le professeur Steven Pinker a déjà pris son déjeuner. C’est impoli de parler avec de la nourriture dans la bouche, alors j’ai mangé mon déjeuner avant notre réunion”, me dit-il via Zoom. Je regarde les spaghetti puttanesca que j’ai préparés en dehors de l’écran. Ça devra attendre.

 

Il me rassure cependant en me disant qu’il est en possession d’un “liquide” : une tasse de “bon thé britannique fort”, qu’il soulève devant la caméra (pas de lait, il faut le mentionner). Ce sera donc plus liquide que le déjeuner. Très bien.

 

Pinker, 65 ans, est cette espèce rare d’intellectuel public dont l’opinion est recherchée – et appréciée – sur à peu près tout ce qui compte dans le monde. Psychologue cognitif de profession (il enseigne à Harvard), il a écrit plusieurs livres sur le langage et la psycholinguistique, mais son œuvre en est venue à englober un éventail plus large de thèmes de société.

 

Son entrée dans la conscience publique s’est faite en 2011 avec la publication de The Better Angels of Our Nature. Cet opus, qui contient de nombreuses données, examine comment et pourquoi la violence dans les sociétés a constamment diminué. Il s’agit d’une réussite cruciale : Bill Gates l’a qualifié de “livre le plus inspirant que j’ai jamais lu”. Si Angels a permis à Pinker de s’imposer, alors Enlightenment Now de 2018 a confirmé son statut de penseur générationnel.

 

Le livre démontre avec passion que les valeurs des Lumières, à savoir la raison, la science et l’humanisme, ont permis à l’humanité de progresser de façon constante au fil du temps – une thèse qu’il a exposée de 15 façons. La vie, la santé, la prospérité, la sécurité, la paix, la connaissance et le bonheur sont en hausse, les amis, si vous ne l’avez pas remarqué. Le fondateur de Microsoft a qualifié ce livre de “mon nouveau livre préféré de tous les temps”.

 

Mais en plus de faire de Pinker un intellectuel de premier plan, Enlightenment Now l’a également transformé en paratonnerre.

 

Le livre a suscité de nombreuses critiques, allant des dessins animés à des critiques féroces. Le John Gray du New Statesman a été l’un des critiques les plus sévères, qualifiant le traité “embarrassant” de “faible sermon pour les libéraux ébranlés”. L’intensité du débat que les vues de Pinker ont suscité est en contradiction avec la manière chaleureuse et désarmante de l’homme distingué à l’écran. S’il y a un ego ici, il est difficile à détecter à la première impression.

 

La partie la plus remarquable de l’écran devant moi, ce sont les cheveux brillants et cendrés de Pinker. Nous nous sommes connectés pour discuter, bien sûr, des coronavirus. La pandémie a entraîné des changements dans la vie quotidienne dans le monde entier, et ces changements ont conduit à un débat plus large sur la société.

 

Les lignes de fracture de plus en plus profondes dans l’inégalité et la richesse ont été douloureusement exposées. Les décideurs politiques et les dirigeants discutent sérieusement de la question de savoir si des choses autrefois considérées comme sacro-saintes, comme le capitalisme de marché libre, peuvent continuer à exister sous leur forme actuelle. Pour M. Pinker, ce débat sur le capitalisme de marché libre est “malavisé”. Sa position est que la “droite partiellement libertaire et la gauche socialiste” n’ont pas réussi à établir une “équation bâclée entre le capitalisme de marché libre et l’anarcho capitalisme”.

 

En termes simples : il n’existe pas de pays sans une forme de réglementation et de filet de sécurité sociale – et il est peu probable que cela change.

 

Le capitalisme de marché libre débridé et sans entraves n’existe pas”, déclare-t-il. C’est plutôt une question de degrés. Cela ne prouve pas que le fantasme libertaire d’un marché libre non réglementé est impossible. Il y a peut-être un pays audacieux dans le futur qui essaiera de démanteler son cadre réglementaire et son filet de sécurité sociale qui aurait de meilleurs résultats que toute société existante.

 

Mais il semble peu probable qu’après un siècle d’expansion du filet de sécurité sociale – y compris aux États-Unis, le pays qui lui serait le plus idéologiquement hostile – il nous dise que vous ne pouvez vraiment pas avoir une démocratie de libre marché sans régulation et redistribution, en partie parce qu’il y a beaucoup de gens qui n’ont tout simplement rien à offrir au marché en échange de leur subsistance”.

 

Mais une nouvelle norme a-t-elle été fixée pour la redistribution ? Je cite le système britannique de congés comme exemple de l’État qui paie la facture. La pandémie entraînera-t-elle un changement dans ce que les gens attendent de leurs gouvernements ?

 

Là encore, Pinker repousse doucement. La tentation est grande de prédire que les mesures que nous prenons aujourd’hui seront difficiles à appliquer, et il faut être sceptique face à ces prédictions. Si, dans deux ans, il existe un vaccin efficace et qu’une combinaison d’éloignement social, d’assainissement, d’antiviraux, de vaccins et d’immunité collective permet de ramener la vie à un niveau plus proche de la normale, combien de mesures que nous avons prises dans l’urgence les gens voudront-ils conserver ? Il est si facile d’imaginer le présent comme les choses seront toujours comme ça, mais je m’attends à ce que l’on surestime beaucoup le degré d’inertie qu’il y aura”.

 

Il admet néanmoins qu’il y aura “quelques” changements, en mentionnant les réunions en face à face. Les gens verront probablement qu’il est possible d’accomplir beaucoup de choses sur les plateformes de vidéoconférence”, dit-il. C’est presque comiquement modeste comparé à certains des changements d’époque que plusieurs penseurs du ciel bleu ont mis en avant.

 

Qu’en est-il de son idée centrale du progrès humain, une notion qui sous-tend les écrits de sa carrière ? Covid-19 constitue-t-il un revers pour lui ? Pinker s’anime.

 

Lorsqu’il s’agit de la pandémie et qu’elle remet en question l’idée que le progrès est un véritable phénomène, je pense qu’elle révèle une incompréhension commune de la nature du progrès”, déclare-t-il. Cette idée fausse considère le progrès comme une “idée que les mauvaises choses ne peuvent plus jamais se produire, que les choses s’améliorent automatiquement d’elles-mêmes”. Au lieu de cela, ces forces de l’univers et de la nature sont “indifférentes à notre bien-être”.

 

La menace d’infection a toujours été présente, tant que la vie complexe a existé”, dit-il. Le problème n’est pas qu’il existe un quelconque escalator cosmique, mais plutôt que nous utilisons l’ingéniosité humaine pour lutter contre les forces qui nous écrasent [et] peuvent apporter des améliorations progressives. Nous pouvons nous souvenir des choses qui marchent, rejeter les expériences qui ne marchent pas, et nous débarrasser des problèmes qui nous affligent”.

 

Les problèmes sont inévitables, dit-il, et même certaines solutions créent de nouveaux problèmes : “Le progrès n’a rien de tout à fait sisyphéen, mais il doit toujours surmonter les forces qui nous entraînent.

 

Le coronavirus est l’une de ces forces. Ce sera terrible, mais ce sera temporaire”, dit-il en prenant une gorgée de thé. Malgré l’apparente rosée de cette évaluation, il ne faut pas la formuler en termes d’optimisme et de pessimisme, mais plutôt comme “un argument contre le fatalisme”.

 

Dans la mesure où nous appliquons la raison et la science à des objectifs humanistes – c’est-à-dire améliorer la situation des gens par rapport à d’autres objectifs comme la maximisation de la gloire nationale ou de la race de la culture ou de la classe – le progrès est possible”, dit-il. C’est un optimisme conditionnel, enraciné dans la compréhension que les choses s’aggravent lorsqu’on les laisse à eux-mêmes, que seul l’application de l’ingéniosité et le souci de nos semblables peuvent permettre le progrès”.

 

L’affaire est donc close. Je n’ai peut-être pas déjeuné, mais la conversation avec Pinker m’a laissé beaucoup de choses à mâcher. Sa thèse centrale est présentée avec une telle dextérité qu’elle semble évidente et incontestable. Donc, je ne le fais pas.

 

La pandémie est une bombe, le libre marché sans entrave est un mythe et la marche continue du progrès. Il n’appelle peut-être pas cela de l’optimisme, mais c’est certainement rassurant. Il est temps de réchauffer les pâtes.

close

Oh salut toi 👋
Ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières nouvelles dans votre boîte de réception, tous les jours.

Share on
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

PRESENTATION DU GRAND PENSEUR STEVEN PINKER

Advertisement

PRESENTATION DU GRAND PENSEUR STEVEN PINKER

Advertisement

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut toi 👋
Ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières nouvelles dans votre boîte de réception, tous les jours.

PRESENTATION DU GRAND PENSEUR STEVEN PINKER

Advertisement

Suis nous sur instagram!

Apple Watch série 6

PRESENTATION DU GRAND PENSEUR STEVEN PINKER

Publicité

unnamed - 2021-11-21T112528.339

PRESENTATION DU GRAND PENSEUR STEVEN PINKER

Steven Pinker est né en 1954 dans la communauté juive anglophone de Montréal, au Canada. Il a obtenu une licence en psychologie expérimentale à l'université McGill, puis s'est installé à Cambridge, dans le Massachusetts, en 1976, où il a passé la majeure partie de sa carrière à faire des allers-retours entre Harvard et le MIT. Il a obtenu son doctorat à Harvard en 1979, suivi d'une bourse postdoctorale au MIT, d'un séjour d'un an comme professeur assistant à Harvard et, en 1982, d'un retour au MIT qui a duré jusqu'en 2003, date à laquelle il est retourné à Harvard. Actuellement, il est le professeur de la famille Johnstone au département de psychologie. Il a également passé deux ans en Californie : en 1981-82, lorsqu'il était professeur assistant à Stanford, et en 1995-96, lorsqu'il a passé une année sabbatique à l'université de Californie, à Santa Barbara.

 

Steven Pinker est un psychologue expérimental qui mène des recherches sur la cognition visuelle, la psycholinguistique et les relations sociales. Il a grandi à Montréal et a obtenu sa licence à McGill et son doctorat à Harvard. Actuellement professeur de psychologie Johnstone à Harvard, il a également enseigné à Stanford et au MIT. Il a remporté de nombreux prix pour ses recherches, son enseignement et ses neuf livres, dont The Language Instinct, How the Mind Works, The Blank Slate, The Better Angels of Our Nature et The Sense of Style. Il est membre élu de l'Académie nationale des sciences, deux fois finaliste du prix Pulitzer, humaniste de l'année, titulaire de neuf doctorats honorifiques, et figure parmi les "100 meilleurs intellectuels publics du monde" et les "100 personnes les plus influentes dans le monde aujourd'hui" du magazine Foreign Policy. Il est président de l'Usage Panel de l'American Heritage Dictionary, et écrit fréquemment pour le New York Times, le Guardian et d'autres publications. Son dixième livre, qui sera publié en février 2018, s'intitule Enlightenment Now : The Case for Reason, Science, Humanism, and Progress.

 

Steven Pinker sur le coronavirus et le capitalisme.

by ARUN KAKAR

 

October 26 2020

 

Le professeur Steven Pinker a déjà pris son déjeuner. C'est impoli de parler avec de la nourriture dans la bouche, alors j'ai mangé mon déjeuner avant notre réunion", me dit-il via Zoom. Je regarde les spaghetti puttanesca que j'ai préparés en dehors de l'écran. Ça devra attendre.

 

Il me rassure cependant en me disant qu'il est en possession d'un "liquide" : une tasse de "bon thé britannique fort", qu'il soulève devant la caméra (pas de lait, il faut le mentionner). Ce sera donc plus liquide que le déjeuner. Très bien.

 

Pinker, 65 ans, est cette espèce rare d'intellectuel public dont l'opinion est recherchée – et appréciée – sur à peu près tout ce qui compte dans le monde. Psychologue cognitif de profession (il enseigne à Harvard), il a écrit plusieurs livres sur le langage et la psycholinguistique, mais son œuvre en est venue à englober un éventail plus large de thèmes de société.

 

Son entrée dans la conscience publique s'est faite en 2011 avec la publication de The Better Angels of Our Nature. Cet opus, qui contient de nombreuses données, examine comment et pourquoi la violence dans les sociétés a constamment diminué. Il s'agit d'une réussite cruciale : Bill Gates l'a qualifié de "livre le plus inspirant que j'ai jamais lu". Si Angels a permis à Pinker de s'imposer, alors Enlightenment Now de 2018 a confirmé son statut de penseur générationnel.

 

Le livre démontre avec passion que les valeurs des Lumières, à savoir la raison, la science et l'humanisme, ont permis à l'humanité de progresser de façon constante au fil du temps – une thèse qu'il a exposée de 15 façons. La vie, la santé, la prospérité, la sécurité, la paix, la connaissance et le bonheur sont en hausse, les amis, si vous ne l'avez pas remarqué. Le fondateur de Microsoft a qualifié ce livre de "mon nouveau livre préféré de tous les temps".

 

Mais en plus de faire de Pinker un intellectuel de premier plan, Enlightenment Now l'a également transformé en paratonnerre.

 

Le livre a suscité de nombreuses critiques, allant des dessins animés à des critiques féroces. Le John Gray du New Statesman a été l'un des critiques les plus sévères, qualifiant le traité "embarrassant" de "faible sermon pour les libéraux ébranlés". L'intensité du débat que les vues de Pinker ont suscité est en contradiction avec la manière chaleureuse et désarmante de l'homme distingué à l'écran. S'il y a un ego ici, il est difficile à détecter à la première impression.

 

La partie la plus remarquable de l'écran devant moi, ce sont les cheveux brillants et cendrés de Pinker. Nous nous sommes connectés pour discuter, bien sûr, des coronavirus. La pandémie a entraîné des changements dans la vie quotidienne dans le monde entier, et ces changements ont conduit à un débat plus large sur la société.

 

Les lignes de fracture de plus en plus profondes dans l'inégalité et la richesse ont été douloureusement exposées. Les décideurs politiques et les dirigeants discutent sérieusement de la question de savoir si des choses autrefois considérées comme sacro-saintes, comme le capitalisme de marché libre, peuvent continuer à exister sous leur forme actuelle. Pour M. Pinker, ce débat sur le capitalisme de marché libre est "malavisé". Sa position est que la "droite partiellement libertaire et la gauche socialiste" n'ont pas réussi à établir une "équation bâclée entre le capitalisme de marché libre et l'anarcho capitalisme".

 

En termes simples : il n'existe pas de pays sans une forme de réglementation et de filet de sécurité sociale – et il est peu probable que cela change.

 

Le capitalisme de marché libre débridé et sans entraves n'existe pas", déclare-t-il. C'est plutôt une question de degrés. Cela ne prouve pas que le fantasme libertaire d'un marché libre non réglementé est impossible. Il y a peut-être un pays audacieux dans le futur qui essaiera de démanteler son cadre réglementaire et son filet de sécurité sociale qui aurait de meilleurs résultats que toute société existante.

 

Mais il semble peu probable qu'après un siècle d'expansion du filet de sécurité sociale – y compris aux États-Unis, le pays qui lui serait le plus idéologiquement hostile – il nous dise que vous ne pouvez vraiment pas avoir une démocratie de libre marché sans régulation et redistribution, en partie parce qu'il y a beaucoup de gens qui n'ont tout simplement rien à offrir au marché en échange de leur subsistance".

 

Mais une nouvelle norme a-t-elle été fixée pour la redistribution ? Je cite le système britannique de congés comme exemple de l'État qui paie la facture. La pandémie entraînera-t-elle un changement dans ce que les gens attendent de leurs gouvernements ?

 

Là encore, Pinker repousse doucement. La tentation est grande de prédire que les mesures que nous prenons aujourd'hui seront difficiles à appliquer, et il faut être sceptique face à ces prédictions. Si, dans deux ans, il existe un vaccin efficace et qu'une combinaison d'éloignement social, d'assainissement, d'antiviraux, de vaccins et d'immunité collective permet de ramener la vie à un niveau plus proche de la normale, combien de mesures que nous avons prises dans l'urgence les gens voudront-ils conserver ? Il est si facile d'imaginer le présent comme les choses seront toujours comme ça, mais je m'attends à ce que l'on surestime beaucoup le degré d'inertie qu'il y aura".

 

Il admet néanmoins qu'il y aura "quelques" changements, en mentionnant les réunions en face à face. Les gens verront probablement qu'il est possible d'accomplir beaucoup de choses sur les plateformes de vidéoconférence", dit-il. C'est presque comiquement modeste comparé à certains des changements d'époque que plusieurs penseurs du ciel bleu ont mis en avant.

 

Qu'en est-il de son idée centrale du progrès humain, une notion qui sous-tend les écrits de sa carrière ? Covid-19 constitue-t-il un revers pour lui ? Pinker s'anime.

 

Lorsqu'il s'agit de la pandémie et qu'elle remet en question l'idée que le progrès est un véritable phénomène, je pense qu'elle révèle une incompréhension commune de la nature du progrès", déclare-t-il. Cette idée fausse considère le progrès comme une "idée que les mauvaises choses ne peuvent plus jamais se produire, que les choses s'améliorent automatiquement d'elles-mêmes". Au lieu de cela, ces forces de l'univers et de la nature sont "indifférentes à notre bien-être".

 

La menace d'infection a toujours été présente, tant que la vie complexe a existé", dit-il. Le problème n'est pas qu'il existe un quelconque escalator cosmique, mais plutôt que nous utilisons l'ingéniosité humaine pour lutter contre les forces qui nous écrasent [et] peuvent apporter des améliorations progressives. Nous pouvons nous souvenir des choses qui marchent, rejeter les expériences qui ne marchent pas, et nous débarrasser des problèmes qui nous affligent".

 

Les problèmes sont inévitables, dit-il, et même certaines solutions créent de nouveaux problèmes : "Le progrès n'a rien de tout à fait sisyphéen, mais il doit toujours surmonter les forces qui nous entraînent.

 

Le coronavirus est l'une de ces forces. Ce sera terrible, mais ce sera temporaire", dit-il en prenant une gorgée de thé. Malgré l'apparente rosée de cette évaluation, il ne faut pas la formuler en termes d'optimisme et de pessimisme, mais plutôt comme "un argument contre le fatalisme".

 

Dans la mesure où nous appliquons la raison et la science à des objectifs humanistes – c'est-à-dire améliorer la situation des gens par rapport à d'autres objectifs comme la maximisation de la gloire nationale ou de la race de la culture ou de la classe – le progrès est possible", dit-il. C'est un optimisme conditionnel, enraciné dans la compréhension que les choses s'aggravent lorsqu'on les laisse à eux-mêmes, que seul l'application de l'ingéniosité et le souci de nos semblables peuvent permettre le progrès".

 

L'affaire est donc close. Je n'ai peut-être pas déjeuné, mais la conversation avec Pinker m'a laissé beaucoup de choses à mâcher. Sa thèse centrale est présentée avec une telle dextérité qu'elle semble évidente et incontestable. Donc, je ne le fais pas.

 

La pandémie est une bombe, le libre marché sans entrave est un mythe et la marche continue du progrès. Il n'appelle peut-être pas cela de l'optimisme, mais c'est certainement rassurant. Il est temps de réchauffer les pâtes.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

PRESENTATION DU GRAND PENSEUR STEVEN PINKER

Advertisement

PRESENTATION DU GRAND PENSEUR STEVEN PINKER

Advertisement

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut toi 👋
Ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières nouvelles dans votre boîte de réception, tous les jours.

PRESENTATION DU GRAND PENSEUR STEVEN PINKER

Advertisement

Suis nous sur instagram!

Apple Watch série 6

PRESENTATION DU GRAND PENSEUR STEVEN PINKER

Publicité

Oh hi there 👋
It’s nice to meet you.

Sign up to receive latest news in your inbox, every day.