L’histoire du chef d’oeuvre du cinema Francais ” La grande Illusion ”

 
 
La grande illusion est une œuvre humaniste et Jean Renoir a eu le courage de tourner ce film en attaquant l’antisémitisme qui était très présent en France et en Europe .
 
Le film de Jean Renoir est un pur chef d ‘œuvre , Jusque vers 1970, il était toujours dans la liste des dix meilleurs films de tous les temps. Souvent cité parmi les films les plus importants du cinéma mondial, il fait partie des rares films  à figurer dans les collections permanentes du Museum  of Modern Art (MoMA) de New York.
Le film figure également à la cinquième place de la liste des meilleurs films de l’histoire du cinéma, publiée à l’occasion de l’Exposition universelle de 1958 à Bruxelles .
 
Vivement critiqué par Louis Ferdinand Céline en 1937 , dans son pamphlet antisémite “Bagatelles pour un massacre”, au motif qu’un juif ne saurait être aussi sympathique que le lieutenant Rosenthal.
 
Jean Gabin ( le Lieutenant Maréchal ( titi Parisien ) et  Marcel Dalio ( Lieutenant Rosenthal , d’origine Juive) 
 
Il est encensé par le Président Roosevelt lors d’une projection privée à la Maison Blanche pour l’anniversaire de Mme Roosevelt
“Tous les démocrates du monde devraient voir ce film “, déclara le Président  Roosevelt .
Le film est resté trente-six semaines à l’affiche d’une salle new-yorkaise. 
 
Joseph Goebbels de sinistre mémoire, considérait ce film comme ” l’ennemi cinématographique numéro un ” et chercha à en détruire toutes les copies. Le film fut interdit en Allemagne par le régime nazi et en France par les autorités d’occupation le 1er octobre 1940 .
En raison de l’esprit pacifiste, revendiqué par Jean Renoir, et de l’idée de fraternisation entre les peuples, le film fut interdit dans l’Europe occupée pendant la Seconde Guerre mondiale.
 
La cinémathèque de Toulouse a récupéré le négatif original du film dans les années 1970 auprès des archives du film soviétique. Il avait vraisemblablement été récupéré à Berlin en 1945 par les Soviétiques. C’est ce négatif qui a permis de mettre au point une version restaurée du film en 2012.
 
Ce film décrit des personnages de classes diverses (deux aristocrates, un titi parisien, un couturier et fils de banquier juif, un acteur, un instituteur, un ingénieur, etc.) lors de la Première Guerre mondiale. Cette œuvre, qui montre la fin des aristocraties française et allemande, s’attache à présenter les rapports de force et les affinités entre les différentes classes sociales au-delà des frontières et des conflits. La Grande Illusion n’est d’ailleurs ni un film d’aventures, ni même un film de guerre (il n’y a aucune scène de combat).

Le film est interprété comme une charge contre les nationalismes et l’antisémitisme .

 
 
Des Trajectoires différentes pour les deux stars de l’époque Jean Gabin et Pierre Fresnay .
 
Jean Gabin qui refuse de collaborer avec le gouvernement de Vichy et des autorités nazis.
 
Par patriotisme, il s’engage, en avril 1943, dans les Forces françaises combattantes du général de Gaulle pour libérer son pays. Embarqué comme canonnier, chef de pièce sur le pétrolier Élorn, il traverse l’Atlantique en convoi à destination de Casablanca. Le convoi est attaqué par des sous-marins et par des avions allemands aux approches de la Méditerranée et au large du cap Ténès. Volontaire au 1er régiment blindé de fusiliers-marins, il est sur sa demande chef de char Sherman, à bord du M10 Wolverine Souffleur II, sous les ordres de l’enseigne de vaisseau et futur vice-amiral André Gélinet. Il appartient alors au 2e escadron du régiment blindé de fusiliers-marins de la célèbre 2eme  division blindée du général Leclerc.
 
Au printemps 1945, il participe à la libération de la poche de Royan puis à la campagne d’Allemagne qui le conduit au Nid d’aigle d’Hitler à Berchtesgaden 14. À la fin de la guerre, il est décoré de la Médaille militaire et de la Croix de guerre.
 
Quand à Pierre Fresnay , il adopta une attitude complaisante vis a vis de l’occupant nazi et du gouvernement de Vichy .

En effet, il prend la direction de la première sous-commission du Comité d’organisation de l’industrie cinématographique (COIC), instance de décision financière et de censure du cinéma au sein du Comité d’organisation. Cette instance était sous la supervision de la Famille professionnelle des spectacles, organe de contrôle et de développement de l’industrie du spectacle prévu par la Charte du travail dans le cadre de la politique corporatiste voulue par le régime de Vichy. Des collaborateurs notoires, comme Léo Joannon exercent un rôle actif au sein du COIC.

À la Libération, les films qu’il avait tournés sous l’Occupation pour le compte de la firme allemande Continental-Films dirigée par Alfred Greven, et sa décoration de la Francisque lui valent un séjour de six semaines au Dépôt de Paris, jusqu’à ce qu’il soit blanchi pour absence de preuves. George Adam, résistant, écrit alors dans Les Lettres françaises du 2 juin 1945 :

” M. Pierre Fresnay n’étant pas sur la paille, puisqu’il a gagné pas mal d’argent sous l’occupation, pouvait vivre à la campagne ; il serait peut-être parvenu ainsi à faire oublier que cet argent a été gagné par une collaboration active avec la Continentale, société de films purement boche. “

Cette sympathie pour le régime de Vichy semble ne pas être du simple opportunisme lorsqu’en 1950, il adhère à l’Association des amis de Robert Brasillach, homme de lettres connu pour son engagement politique à l’extrême droite et fusillé à la libération.

 

Le film est un énorme succès mondial et toute la presse salue ce film exceptionnel .
 
 
Lors de sa présentation publique, le film fut amputé de 18 minutes et ne fut projeté en version complète qu’au cours d’un festival organisé à Bruxelles en 1958. Au lendemain de la première au cinéma Marivaux, le film a été projeté sans interruption de 10 heures à 2 heures du matin.
 
Il a fait salle comble à chaque séance et a battu tous les records de fréquentation : 1,55 million de francs en quatre semaines, 200 000 spectateurs en deux mois dans une seule salle, la meilleure recette de l’année 1937. Le film a cumulé 12,5 millions d’entrées selon les estimations sur la totalité des exploitations en salles, dont 6,5 millions depuis 1945. (2 664 887 entrées en 1958).
 
Lors de sa reprise en salles le 4 septembre 1946, La Grande Illusion totalise 5 606 473 entrées jusqu’au 31 décembre 1959. Entre septembre 1946 au 31 décembre 1969, il a totalisé 6 368 962 entrées lors de sa ressortie en 2012, 32 479 entrées .
 
Aux États-Unis, La Grande Illusion a totalisé 414 620 $ depuis les ressorties à partir de 1999.
 
close

Oh salut toi 👋
Ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières nouvelles dans votre boîte de réception, tous les jours.

Share on
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

L’histoire du chef d’oeuvre du cinema Francais ” La grande Illusion ”

Advertisement

L’histoire du chef d’oeuvre du cinema Francais ” La grande Illusion ”

Advertisement

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut toi 👋
Ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières nouvelles dans votre boîte de réception, tous les jours.

L’histoire du chef d’oeuvre du cinema Francais ” La grande Illusion ”

Advertisement

Suis nous sur instagram!

Starbucks

L’histoire du chef d’oeuvre du cinema Francais ” La grande Illusion ”

Advertisment

L’histoire du chef d’oeuvre du cinema Francais ” La grande Illusion ”

 
 
La grande illusion est une œuvre humaniste et Jean Renoir a eu le courage de tourner ce film en attaquant l'antisémitisme qui était très présent en France et en Europe .
 
Le film de Jean Renoir est un pur chef d 'œuvre , Jusque vers 1970, il était toujours dans la liste des dix meilleurs films de tous les temps. Souvent cité parmi les films les plus importants du cinéma mondial, il fait partie des rares films  à figurer dans les collections permanentes du Museum  of Modern Art (MoMA) de New York.
Le film figure également à la cinquième place de la liste des meilleurs films de l'histoire du cinéma, publiée à l'occasion de l'Exposition universelle de 1958 à Bruxelles .
 
Vivement critiqué par Louis Ferdinand Céline en 1937 , dans son pamphlet antisémite "Bagatelles pour un massacre", au motif qu'un juif ne saurait être aussi sympathique que le lieutenant Rosenthal.
 
Jean Gabin ( le Lieutenant Maréchal ( titi Parisien ) et  Marcel Dalio ( Lieutenant Rosenthal , d'origine Juive) 
 
Il est encensé par le Président Roosevelt lors d'une projection privée à la Maison Blanche pour l'anniversaire de Mme Roosevelt
"Tous les démocrates du monde devraient voir ce film ", déclara le Président  Roosevelt .
Le film est resté trente-six semaines à l'affiche d'une salle new-yorkaise. 
 
Joseph Goebbels de sinistre mémoire, considérait ce film comme " l'ennemi cinématographique numéro un " et chercha à en détruire toutes les copies. Le film fut interdit en Allemagne par le régime nazi et en France par les autorités d'occupation le 1er octobre 1940 .
En raison de l'esprit pacifiste, revendiqué par Jean Renoir, et de l'idée de fraternisation entre les peuples, le film fut interdit dans l'Europe occupée pendant la Seconde Guerre mondiale.
 
La cinémathèque de Toulouse a récupéré le négatif original du film dans les années 1970 auprès des archives du film soviétique. Il avait vraisemblablement été récupéré à Berlin en 1945 par les Soviétiques. C'est ce négatif qui a permis de mettre au point une version restaurée du film en 2012.
 
Ce film décrit des personnages de classes diverses (deux aristocrates, un titi parisien, un couturier et fils de banquier juif, un acteur, un instituteur, un ingénieur, etc.) lors de la Première Guerre mondiale. Cette œuvre, qui montre la fin des aristocraties française et allemande, s'attache à présenter les rapports de force et les affinités entre les différentes classes sociales au-delà des frontières et des conflits. La Grande Illusion n'est d'ailleurs ni un film d'aventures, ni même un film de guerre (il n'y a aucune scène de combat).

Le film est interprété comme une charge contre les nationalismes et l'antisémitisme .

 
 
Des Trajectoires différentes pour les deux stars de l'époque Jean Gabin et Pierre Fresnay .
 
Jean Gabin qui refuse de collaborer avec le gouvernement de Vichy et des autorités nazis.
 
Par patriotisme, il s'engage, en avril 1943, dans les Forces françaises combattantes du général de Gaulle pour libérer son pays. Embarqué comme canonnier, chef de pièce sur le pétrolier Élorn, il traverse l'Atlantique en convoi à destination de Casablanca. Le convoi est attaqué par des sous-marins et par des avions allemands aux approches de la Méditerranée et au large du cap Ténès. Volontaire au 1er régiment blindé de fusiliers-marins, il est sur sa demande chef de char Sherman, à bord du M10 Wolverine Souffleur II, sous les ordres de l'enseigne de vaisseau et futur vice-amiral André Gélinet. Il appartient alors au 2e escadron du régiment blindé de fusiliers-marins de la célèbre 2eme  division blindée du général Leclerc.
 
Au printemps 1945, il participe à la libération de la poche de Royan puis à la campagne d'Allemagne qui le conduit au Nid d'aigle d'Hitler à Berchtesgaden 14. À la fin de la guerre, il est décoré de la Médaille militaire et de la Croix de guerre.
 
Quand à Pierre Fresnay , il adopta une attitude complaisante vis a vis de l'occupant nazi et du gouvernement de Vichy .

En effet, il prend la direction de la première sous-commission du Comité d'organisation de l'industrie cinématographique (COIC), instance de décision financière et de censure du cinéma au sein du Comité d'organisation. Cette instance était sous la supervision de la Famille professionnelle des spectacles, organe de contrôle et de développement de l'industrie du spectacle prévu par la Charte du travail dans le cadre de la politique corporatiste voulue par le régime de Vichy. Des collaborateurs notoires, comme Léo Joannon exercent un rôle actif au sein du COIC.

À la Libération, les films qu’il avait tournés sous l’Occupation pour le compte de la firme allemande Continental-Films dirigée par Alfred Greven, et sa décoration de la Francisque lui valent un séjour de six semaines au Dépôt de Paris, jusqu’à ce qu’il soit blanchi pour absence de preuves. George Adam, résistant, écrit alors dans Les Lettres françaises du 2 juin 1945 :

" M. Pierre Fresnay n'étant pas sur la paille, puisqu'il a gagné pas mal d'argent sous l'occupation, pouvait vivre à la campagne ; il serait peut-être parvenu ainsi à faire oublier que cet argent a été gagné par une collaboration active avec la Continentale, société de films purement boche. "

Cette sympathie pour le régime de Vichy semble ne pas être du simple opportunisme lorsqu'en 1950, il adhère à l'Association des amis de Robert Brasillach, homme de lettres connu pour son engagement politique à l'extrême droite et fusillé à la libération.

 

Le film est un énorme succès mondial et toute la presse salue ce film exceptionnel .
 
 
Lors de sa présentation publique, le film fut amputé de 18 minutes et ne fut projeté en version complète qu'au cours d'un festival organisé à Bruxelles en 1958. Au lendemain de la première au cinéma Marivaux, le film a été projeté sans interruption de 10 heures à 2 heures du matin.
 
Il a fait salle comble à chaque séance et a battu tous les records de fréquentation : 1,55 million de francs en quatre semaines, 200 000 spectateurs en deux mois dans une seule salle, la meilleure recette de l'année 1937. Le film a cumulé 12,5 millions d'entrées selon les estimations sur la totalité des exploitations en salles, dont 6,5 millions depuis 1945. (2 664 887 entrées en 1958).
 
Lors de sa reprise en salles le 4 septembre 1946, La Grande Illusion totalise 5 606 473 entrées jusqu'au 31 décembre 1959. Entre septembre 1946 au 31 décembre 1969, il a totalisé 6 368 962 entrées lors de sa ressortie en 2012, 32 479 entrées .
 
Aux États-Unis, La Grande Illusion a totalisé 414 620 $ depuis les ressorties à partir de 1999.
 
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

L’histoire du chef d’oeuvre du cinema Francais ” La grande Illusion ”

Advertisement

L’histoire du chef d’oeuvre du cinema Francais ” La grande Illusion ”

Advertisement

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut toi 👋
Ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières nouvelles dans votre boîte de réception, tous les jours.

L’histoire du chef d’oeuvre du cinema Francais ” La grande Illusion ”

Advertisement

Suis nous sur instagram!

Starbucks

L’histoire du chef d’oeuvre du cinema Francais ” La grande Illusion ”

Advertisment

Oh hi there 👋
It’s nice to meet you.

Sign up to receive latest news in your inbox, every day.