Les pays riches créent un minuscule fonds pour se préparer des futures pandémies

 President Joe Biden and Indonesia President Joko Widodo – November 14, 2022. REUTERS/Kevin Lamarque

 

 

Les grands pays riches dont les économies contrôlent le monde ont décidé, lors du G20, ont annoncé dimanche 13 novembre, en amont de leur sommet en Indonésie, de créer un fonds de 1,4 milliard d’USD pour se préparer aux futures pandémies, un montant jugé insuffisant par le pays hôte de la réunion, pour ne pas dire ridicule…

Le président indonésien Joko Wikodo a expliqué que ce fonds, auquel participent 24 pays, membres ou non du G20, vise à “éviter une pandémie et à s’y préparer”.

“Mais ce n’est pas suffisant”, a déclaré M. Widodo, estimant que 31 milliards d’USD seraient nécessaires. “Nous devons nous assurer que la communauté puisse résister à une pandémie. Une pandémie ne peut plus prendre des vies et casser les articulations de l’économie mondiale”.

Ce petit fonds a été initié par les ministres de la Santé et des Finances du G20 en présence du directeur général de l’Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus et du président de la Banque mondiale David Malpass.

Par contre. Il est considéré comme l’une des rares avancées attendues à l’occasion du sommet des chefs d’État et de gouvernement du G20 qui s’ouvre mardi 15 novembre sur l’île indonésienne de Bali.

Le géant américain a décidé de contribuer à hauteur de 450 millions d’USD, soit près d’un tiers du total, la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, estimant que le fonds devait contribuer à “une architecture sanitaire mondiale plus saine et plus réactive”.

Aux cotes des Américains, nous trouvons, la France, le Royaume-Uni, le Canada, l’Inde, la Chine, l’Australie et le Japon qui on confirme leur participation à ce nouveau fonds.

L’Indonésie, hôte du sommet du G20, a indiqué prévoir de contribuer, sans préciser le montant prévu. Le pays a été très durement touché par la pandémie de COVID-19, avec une violente vague mi-2021, quand son système de santé s’est retrouvé submergé et qu’il a rencontré des difficultés pour s’approvisionner en vaccins alors que les pays riches donnaient leurs doses à leurs populations.

“Ce nouveau fonds dédié est un outil important qui aidera les pays à revenu faible ou intermédiaire à mieux se préparer aux crises sanitaires mondiales”, a souligné David Malpass.

Pour information, la guerre en Ukraine va couter, plus de 2800 milliards, selon l’OCDE et le Sénat américain a adopté une loi de financement d’urgence prévoyant une aide supplémentaire de 12,3 milliards de dollars à l’Ukraine. Cette aide, combinée aux mesures précédentes, signifie que les États-Unis se sont déjà engagés à verser 65 milliards de dollars à l’Ukraine, ce qui, comme l’a noté le New York Times, “sera le montant le plus élevé d’aide militaire que les États-Unis se soient engagés à verser à un pays en une seule année depuis près d’un demi-siècle, depuis la guerre du Viêt Nam.”

 

Share on
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

U.S. President Joe Biden meets with Indonesia President Joko Widodo ahead of the G20 summit in Bali, Indonesia, November 14, 2022.  REUTERS/Kevin Lamarque

Les pays riches créent un minuscule fonds pour se préparer des futures pandémies

 President Joe Biden and Indonesia President Joko Widodo - November 14, 2022. REUTERS/Kevin Lamarque
    Les grands pays riches dont les économies contrôlent le monde ont décidé, lors du G20, ont annoncé dimanche 13 novembre, en amont de leur sommet en Indonésie, de créer un fonds de 1,4 milliard d’USD pour se préparer aux futures pandémies, un montant jugé insuffisant par le pays hôte de la réunion, pour ne pas dire ridicule... Le président indonésien Joko Wikodo a expliqué que ce fonds, auquel participent 24 pays, membres ou non du G20, vise à "éviter une pandémie et à s'y préparer". "Mais ce n'est pas suffisant", a déclaré M. Widodo, estimant que 31 milliards d’USD seraient nécessaires. "Nous devons nous assurer que la communauté puisse résister à une pandémie. Une pandémie ne peut plus prendre des vies et casser les articulations de l'économie mondiale". Ce petit fonds a été initié par les ministres de la Santé et des Finances du G20 en présence du directeur général de l'Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus et du président de la Banque mondiale David Malpass. Par contre. Il est considéré comme l'une des rares avancées attendues à l'occasion du sommet des chefs d'État et de gouvernement du G20 qui s'ouvre mardi 15 novembre sur l'île indonésienne de Bali. Le géant américain a décidé de contribuer à hauteur de 450 millions d’USD, soit près d'un tiers du total, la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, estimant que le fonds devait contribuer à "une architecture sanitaire mondiale plus saine et plus réactive". Aux cotes des Américains, nous trouvons, la France, le Royaume-Uni, le Canada, l'Inde, la Chine, l'Australie et le Japon qui on confirme leur participation à ce nouveau fonds. L'Indonésie, hôte du sommet du G20, a indiqué prévoir de contribuer, sans préciser le montant prévu. Le pays a été très durement touché par la pandémie de COVID-19, avec une violente vague mi-2021, quand son système de santé s'est retrouvé submergé et qu'il a rencontré des difficultés pour s'approvisionner en vaccins alors que les pays riches donnaient leurs doses à leurs populations. "Ce nouveau fonds dédié est un outil important qui aidera les pays à revenu faible ou intermédiaire à mieux se préparer aux crises sanitaires mondiales", a souligné David Malpass. Pour information, la guerre en Ukraine va couter, plus de 2800 milliards, selon l'OCDE et le Sénat américain a adopté une loi de financement d'urgence prévoyant une aide supplémentaire de 12,3 milliards de dollars à l'Ukraine. Cette aide, combinée aux mesures précédentes, signifie que les États-Unis se sont déjà engagés à verser 65 milliards de dollars à l'Ukraine, ce qui, comme l'a noté le New York Times, "sera le montant le plus élevé d'aide militaire que les États-Unis se soient engagés à verser à un pays en une seule année depuis près d'un demi-siècle, depuis la guerre du Viêt Nam."  
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[mailpoet_form id="1"]