LES 5 MEILLEURS CONSEILS AUX ÉTUDIANTS POUR RÉSISTER AU STRESS CAUSÉ PAR LA CRISE DES 18 DERNIERS MOIS

Andrea Smadja - C19 Tamar news

Des milliers d’étudiants universitaires dans le monde ont vu leurs études révolutionnées par COVID-19. Les étudiants internationaux constituent une population vulnérable, d’autant plus qu’ils viennent d’horizons divers. La pandémie de COVID-19 les a considérablement affectés, car ils sont loin de leur pays d’origine ou ne sont pas proches de leur université.

Les étudiants internationaux s’inquiètent de tout, des visas à l’obtention de leur diplôme, des options d’O&P plus difficiles à obtenir ou éliminées, et de la possibilité ou non de rentrer chez eux (si cette option est même envisageable en raison de la fermeture des frontières). D’autres s’inquiètent d’être isolés des membres de leur famille et de trouver un endroit où vivre si les dortoirs ferment, d’éprouver des difficultés financières en étant autosuffisants et de se retrouver seuls si nécessaire.

Cette recherche s’est penchée sur la vie des étudiants étrangers diplômés en Ontario concernant les politiques adoptées par le gouvernement provincial et l’université. Il semble que les étudiants étrangers bénéficient d’un meilleur soutien de la part de l’université lorsqu’ils sont confrontés à des problèmes personnels et émotionnels qui peuvent être aggravés par les crises publiques.

La Stratégie d’éducation internationale 2019-2024 du gouvernement du Canada vise à accroître l’offre d’éducation mondiale du Canada et la mobilité des étudiants.

L’éducation postsecondaire qui intègre une approche internationale, interculturelle ou mondiale est appelée ” internationalisation. “

En ce qui concerne ces défis mondiaux, ce processus implique le recrutement d’étudiants internationaux, le développement de campus secondaires internationaux, l’avancement des programmes d’échanges universitaires, la création de partenariats en matière de recherche et d’éducation, et la révision des programmes d’études pour refléter les situations mondiales actuelles.

Selon le Bureau canadien de l’éducation internationale, le nombre d’étudiants étrangers au Canada a augmenté de 135 % entre 2010 et 2020. Le nombre d’étudiants internationaux à temps plein et à temps partiel inscrits dans les universités canadiennes en 2019 était d’environ 1 090 000.

Plus de 80 % des universités canadiennes affirment que l’internationalisation est l’une de leurs cinq principales priorités de planification.

Menaces existentielles

Des milliers d’étudiants internationaux du monde entier viennent au Canada chaque année pour fréquenter des universités et poursuivre leurs objectifs professionnels et universitaires dans un cadre mondial diversifié.

Bien qu’il soit relativement courant pour les étudiants internationaux de vivre des expériences désorientantes, ce n’est pas spécifique aux étudiants internationaux. Un nombre considérable d’étudiants, en revanche, font état de problèmes tels que des différences académiques, un choc culturel, des barrières linguistiques, des contraintes financières, etc.

Les personnes qui ont vécu ces expériences souffrent souvent de graves troubles mentaux et émotionnels, notamment la dépression, l’anxiété et le syndrome de stress aigu. Une pandémie mondiale comme celle du COVID-19 ne fait qu’intensifier les défis déjà considérables auxquels les étudiants internationaux sont confrontés en ce qui concerne leur santé mentale.

Le spécialiste de l’intelligence émotionnelle Daniel Goleman* est très connu dans ce domaine. Le QE est une capacité complexe composée de divers éléments. Il s’agit notamment de la capacité d’identifier, de reconnaître, de valoriser et de tirer parti des émotions comme source d’information, de confiance et de créativité.

En faisant tout cela, il a développé cinq compétences essentielles d’intelligence émotionnelle liées à la prise de décisions, aux études et à tout ce qui se trouve entre les deux.
Ces cinq facettes – conscience de soi, autorégulation, compétences sociales, empathie et motivation – liées à l’intelligence émotionnelle sont fréquemment utilisées séparément ou ensemble dans diverses situations quotidiennes.

Les étudiants d’autres pays peuvent profiter du fait que l’intelligence émotionnelle joue un rôle pendant une pandémie et après qu’elle soit terminée.

Être conscient de ses propres émotions et de leurs effets sur les autres sont deux exemples de conscience de soi. Lorsque nous interagissons avec d’autres personnes, nous devenons plus conscients de nous-mêmes et pouvons nouer des relations sociales complexes. Les étudiants qui étudient à l’étranger peuvent être mieux préparés à identifier leurs facteurs de stress et de tension dans une situation difficile telle que la pandémie mondiale.

Être capable d’exprimer ses émotions de manière appropriée, de les réguler et de les gérer est une question d’autorégulation. Pour réussir à raisonner sur les émotions, il faut apprendre à percevoir, comprendre et contrôler ses propres émotions, ce qui constitue un cadre idéal. Si vous traversez des montagnes russes émotionnelles et ne savez pas comment trouver un équilibre, il est bénéfique d’identifier des activités et des pratiques positives et saines pour vous aider à trouver un équilibre.

Les compétences sociales consistent à créer des relations avec d’autres personnes qui soient positives et productives. La détresse psychologique est attendue dans cette pandémie, car les étudiants sont souvent contraints de rester seuls en raison de la fermeture de leur université ou de leur collège. La capacité à s’engager avec d’autres personnes est essentielle à l’inclusion de ceux qui sont vulnérables. Les étudiants étrangers peuvent être conscients du contexte social général et adapter leurs relations interpersonnelles pour trouver de nouveaux liens sociaux de soutien.

L’empathie consiste à essayer de comprendre ce qu’une personne peut ressentir. La capacité à se mettre à la place d’une autre personne vous aide à comprendre les forces puissantes qui influencent souvent les interactions sociales. Les étudiants qui étudient à l’étranger peuvent s’exercer à l’empathie en réfléchissant à la manière dont un ami attentionné pourrait communiquer avec eux. Lorsqu’ils font passer les besoins des autres avant les leurs, ils sont plus susceptibles de rechercher des occasions de collaborer.

Les gens sont motivés lorsqu’ils puisent dans leurs émotions pour atteindre leurs objectifs, lorsqu’ils persévèrent malgré les obstacles et lorsqu’ils cherchent à s’amuser dans le processus d’apprentissage. Lorsque les étudiants internationaux sont confrontés à des inconnues telles qu’une pandémie, le deuil dû au virus ou des difficultés socio-économiques, il est essentiel de considérer la situation dans son ensemble.

Pour gérer avec aisance et compassion les situations les plus difficiles de la vie, il faut faire appel aux cinq facteurs importants de l’intelligence émotionnelle.

*Pr. Daniel Goleman , Il est diplômé de l’université Harvard et docteur en psychologie clinique et développement personnel, puis devient journaliste au New York Times, où il suit particulièrement les sciences du comportement.
Il publie en 1995 l’ouvrage Intelligence émotionnelle.
Il est membre du conseil d’administration du Mind and Life Institute, qui facilite les rencontres entre la science et le bouddhisme. Il fait partie de l’Association américaine pour le progrès de la science.

Share on
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

LES 5 MEILLEURS CONSEILS AUX ÉTUDIANTS POUR RÉSISTER AU STRESS CAUSÉ PAR LA CRISE DES 18 DERNIERS MOIS

Advertisement

LES 5 MEILLEURS CONSEILS AUX ÉTUDIANTS POUR RÉSISTER AU STRESS CAUSÉ PAR LA CRISE DES 18 DERNIERS MOIS

Advertisement

LES 5 MEILLEURS CONSEILS AUX ÉTUDIANTS POUR RÉSISTER AU STRESS CAUSÉ PAR LA CRISE DES 18 DERNIERS MOIS

Advertisement

Suis nous sur instagram!

Starbucks

LES 5 MEILLEURS CONSEILS AUX ÉTUDIANTS POUR RÉSISTER AU STRESS CAUSÉ PAR LA CRISE DES 18 DERNIERS MOIS

Advertisment

photo-1543269865-cbf427effbad

LES 5 MEILLEURS CONSEILS AUX ÉTUDIANTS POUR RÉSISTER AU STRESS CAUSÉ PAR LA CRISE DES 18 DERNIERS MOIS

Andrea Smadja - C19 Tamar news

Des milliers d'étudiants universitaires dans le monde ont vu leurs études révolutionnées par COVID-19. Les étudiants internationaux constituent une population vulnérable, d'autant plus qu'ils viennent d'horizons divers. La pandémie de COVID-19 les a considérablement affectés, car ils sont loin de leur pays d'origine ou ne sont pas proches de leur université.

Les étudiants internationaux s'inquiètent de tout, des visas à l'obtention de leur diplôme, des options d'O&P plus difficiles à obtenir ou éliminées, et de la possibilité ou non de rentrer chez eux (si cette option est même envisageable en raison de la fermeture des frontières). D'autres s'inquiètent d'être isolés des membres de leur famille et de trouver un endroit où vivre si les dortoirs ferment, d'éprouver des difficultés financières en étant autosuffisants et de se retrouver seuls si nécessaire.

Cette recherche s'est penchée sur la vie des étudiants étrangers diplômés en Ontario concernant les politiques adoptées par le gouvernement provincial et l'université. Il semble que les étudiants étrangers bénéficient d'un meilleur soutien de la part de l'université lorsqu'ils sont confrontés à des problèmes personnels et émotionnels qui peuvent être aggravés par les crises publiques.

La Stratégie d'éducation internationale 2019-2024 du gouvernement du Canada vise à accroître l'offre d'éducation mondiale du Canada et la mobilité des étudiants.

L'éducation postsecondaire qui intègre une approche internationale, interculturelle ou mondiale est appelée " internationalisation. "

En ce qui concerne ces défis mondiaux, ce processus implique le recrutement d'étudiants internationaux, le développement de campus secondaires internationaux, l'avancement des programmes d'échanges universitaires, la création de partenariats en matière de recherche et d'éducation, et la révision des programmes d'études pour refléter les situations mondiales actuelles.

Selon le Bureau canadien de l'éducation internationale, le nombre d'étudiants étrangers au Canada a augmenté de 135 % entre 2010 et 2020. Le nombre d'étudiants internationaux à temps plein et à temps partiel inscrits dans les universités canadiennes en 2019 était d'environ 1 090 000.

Plus de 80 % des universités canadiennes affirment que l'internationalisation est l'une de leurs cinq principales priorités de planification.

Menaces existentielles

Des milliers d'étudiants internationaux du monde entier viennent au Canada chaque année pour fréquenter des universités et poursuivre leurs objectifs professionnels et universitaires dans un cadre mondial diversifié.

Bien qu'il soit relativement courant pour les étudiants internationaux de vivre des expériences désorientantes, ce n'est pas spécifique aux étudiants internationaux. Un nombre considérable d'étudiants, en revanche, font état de problèmes tels que des différences académiques, un choc culturel, des barrières linguistiques, des contraintes financières, etc.

Les personnes qui ont vécu ces expériences souffrent souvent de graves troubles mentaux et émotionnels, notamment la dépression, l'anxiété et le syndrome de stress aigu. Une pandémie mondiale comme celle du COVID-19 ne fait qu'intensifier les défis déjà considérables auxquels les étudiants internationaux sont confrontés en ce qui concerne leur santé mentale.

Le spécialiste de l'intelligence émotionnelle Daniel Goleman* est très connu dans ce domaine. Le QE est une capacité complexe composée de divers éléments. Il s'agit notamment de la capacité d'identifier, de reconnaître, de valoriser et de tirer parti des émotions comme source d'information, de confiance et de créativité.

En faisant tout cela, il a développé cinq compétences essentielles d'intelligence émotionnelle liées à la prise de décisions, aux études et à tout ce qui se trouve entre les deux.
Ces cinq facettes - conscience de soi, autorégulation, compétences sociales, empathie et motivation - liées à l'intelligence émotionnelle sont fréquemment utilisées séparément ou ensemble dans diverses situations quotidiennes.

Les étudiants d'autres pays peuvent profiter du fait que l'intelligence émotionnelle joue un rôle pendant une pandémie et après qu'elle soit terminée.

Être conscient de ses propres émotions et de leurs effets sur les autres sont deux exemples de conscience de soi. Lorsque nous interagissons avec d'autres personnes, nous devenons plus conscients de nous-mêmes et pouvons nouer des relations sociales complexes. Les étudiants qui étudient à l'étranger peuvent être mieux préparés à identifier leurs facteurs de stress et de tension dans une situation difficile telle que la pandémie mondiale.

Être capable d'exprimer ses émotions de manière appropriée, de les réguler et de les gérer est une question d'autorégulation. Pour réussir à raisonner sur les émotions, il faut apprendre à percevoir, comprendre et contrôler ses propres émotions, ce qui constitue un cadre idéal. Si vous traversez des montagnes russes émotionnelles et ne savez pas comment trouver un équilibre, il est bénéfique d'identifier des activités et des pratiques positives et saines pour vous aider à trouver un équilibre.

Les compétences sociales consistent à créer des relations avec d'autres personnes qui soient positives et productives. La détresse psychologique est attendue dans cette pandémie, car les étudiants sont souvent contraints de rester seuls en raison de la fermeture de leur université ou de leur collège. La capacité à s'engager avec d'autres personnes est essentielle à l'inclusion de ceux qui sont vulnérables. Les étudiants étrangers peuvent être conscients du contexte social général et adapter leurs relations interpersonnelles pour trouver de nouveaux liens sociaux de soutien.

L'empathie consiste à essayer de comprendre ce qu'une personne peut ressentir. La capacité à se mettre à la place d'une autre personne vous aide à comprendre les forces puissantes qui influencent souvent les interactions sociales. Les étudiants qui étudient à l'étranger peuvent s'exercer à l'empathie en réfléchissant à la manière dont un ami attentionné pourrait communiquer avec eux. Lorsqu'ils font passer les besoins des autres avant les leurs, ils sont plus susceptibles de rechercher des occasions de collaborer.

Les gens sont motivés lorsqu'ils puisent dans leurs émotions pour atteindre leurs objectifs, lorsqu'ils persévèrent malgré les obstacles et lorsqu'ils cherchent à s'amuser dans le processus d'apprentissage. Lorsque les étudiants internationaux sont confrontés à des inconnues telles qu'une pandémie, le deuil dû au virus ou des difficultés socio-économiques, il est essentiel de considérer la situation dans son ensemble.

Pour gérer avec aisance et compassion les situations les plus difficiles de la vie, il faut faire appel aux cinq facteurs importants de l'intelligence émotionnelle.

*Pr. Daniel Goleman , Il est diplômé de l'université Harvard et docteur en psychologie clinique et développement personnel, puis devient journaliste au New York Times, où il suit particulièrement les sciences du comportement.
Il publie en 1995 l'ouvrage Intelligence émotionnelle.
Il est membre du conseil d'administration du Mind and Life Institute, qui facilite les rencontres entre la science et le bouddhisme. Il fait partie de l'Association américaine pour le progrès de la science.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

LES 5 MEILLEURS CONSEILS AUX ÉTUDIANTS POUR RÉSISTER AU STRESS CAUSÉ PAR LA CRISE DES 18 DERNIERS MOIS

Advertisement

LES 5 MEILLEURS CONSEILS AUX ÉTUDIANTS POUR RÉSISTER AU STRESS CAUSÉ PAR LA CRISE DES 18 DERNIERS MOIS

Advertisement

LES 5 MEILLEURS CONSEILS AUX ÉTUDIANTS POUR RÉSISTER AU STRESS CAUSÉ PAR LA CRISE DES 18 DERNIERS MOIS

Advertisement

Suis nous sur instagram!

Starbucks

LES 5 MEILLEURS CONSEILS AUX ÉTUDIANTS POUR RÉSISTER AU STRESS CAUSÉ PAR LA CRISE DES 18 DERNIERS MOIS

Advertisment

[mailpoet_form id="1"]