SEVERIN MILLET

 

 

 

Le gouvernement chinois surveille de près et a décidé de s’immiscer dans la gestion du secteur technologique du pays, ce qui se traduit par des changements de direction à la tête des différents groupes technologiques, le dernier exemple en date concernant Richard Liu, le PDG de JD.com.

L’interventionnisme du gouvernement s’est traduit ces dernières années par la multiplication de nouvelles règles, publiées à intervalle régulier, qui s’imposent aux entreprises du secteur afin, officiellement, de promouvoir le bien-être du peuple chinois et d’œuvrer pour la prospérité commune.

Cette règlementation a poussé des dirigeants à démissionner en raison notamment de l’obligation de réduire le risque lié à l’homme clé, c’est-à-dire éviter que la valeur créée par l’entreprise soit trop dépendante d’une seule personne ou d’un groupe restreint d’individus. Richard Liu, connu comme étant le Jeff Bezos chinois, est ainsi le dernier grand patron à quitter son poste de PDG chez JD.com où il sera remplacé par Xu Lei, l’actuel Président de la société, mais il ne quitte pas la société puisqu’il devient président du conseil d’administration.

Son retrait progressif, s’il vient d’être officialisé de manière définitive, avait commencé en 2018, depuis une accusation de viol qu’il continue de nier. De son côté, Xu Lei avait déjà évolué au sein de la société puisqu’en septembre 2021, il était passé de responsable de l’activité de vente de détail à Président de JD.com.

L’année 2021 avait déjà été riche en départ de dirigeants avec notamment Colin Huang, fondateur de la société de commerce électronique Pinduoduo, qui a quitté le poste de Président du groupe, de même que Zhang Yiming, fondateur de ByteDance et Su Hua, cofondateur de l’application vidéo Kuaishou.

Les noms des BATX remplace les étoiles du drapeau chinoissur le

Cet interventionnisme toujours plus présent dans le secteur technologique est suivi de près au niveau international et les régulateurs nationaux à travers le monde n’hésitent pas à prendre des mesures pour parer les menaces que pourraient représenter ce secteur pour les autres économies.

Au premier trimestre 2022, la Security and Exchange Commission aux États-Unis a par exemple décidé de radier cinq nouvelles sociétés chinoises dont Baidu et sa filiale iQIY au motif qu’elles n’ont pas satisfaites aux exigences d’audit du régulateur américain. Le sujet technologique est particulièrement sensible entre la Chine et les États-Unis car du côté chinois, le gouvernement veut éviter que les américains puissent avoir accès à des données sensibles de leur économie.

https://fr.businessam.be/de-plus-en-plus-de-grandes-entreprises-technologiques-chinoises-se-retirent-le-jeff-bezos-de-chine-nest-plus-le-pdg-de-jd-com/

 

close

Oh salut toi 👋
Ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières nouvelles dans votre boîte de réception, tous les jours.

Share on
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le secteur technologique chinois sous surveillance

Advertisement

Le secteur technologique chinois sous surveillance

Advertisement

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut toi 👋
Ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières nouvelles dans votre boîte de réception, tous les jours.

Le secteur technologique chinois sous surveillance

Advertisement

Suis nous sur instagram!

Starbucks

Le secteur technologique chinois sous surveillance

Advertisment

unnamed - 2022-05-02T085842.929

Le secteur technologique chinois sous surveillance

SEVERIN MILLET

 

 

 

Le gouvernement chinois surveille de près et a décidé de s’immiscer dans la gestion du secteur technologique du pays, ce qui se traduit par des changements de direction à la tête des différents groupes technologiques, le dernier exemple en date concernant Richard Liu, le PDG de JD.com.

L’interventionnisme du gouvernement s’est traduit ces dernières années par la multiplication de nouvelles règles, publiées à intervalle régulier, qui s’imposent aux entreprises du secteur afin, officiellement, de promouvoir le bien-être du peuple chinois et d’œuvrer pour la prospérité commune.

Cette règlementation a poussé des dirigeants à démissionner en raison notamment de l’obligation de réduire le risque lié à l’homme clé, c’est-à-dire éviter que la valeur créée par l’entreprise soit trop dépendante d’une seule personne ou d’un groupe restreint d’individus. Richard Liu, connu comme étant le Jeff Bezos chinois, est ainsi le dernier grand patron à quitter son poste de PDG chez JD.com où il sera remplacé par Xu Lei, l’actuel Président de la société, mais il ne quitte pas la société puisqu’il devient président du conseil d’administration.

Son retrait progressif, s’il vient d’être officialisé de manière définitive, avait commencé en 2018, depuis une accusation de viol qu’il continue de nier. De son côté, Xu Lei avait déjà évolué au sein de la société puisqu’en septembre 2021, il était passé de responsable de l’activité de vente de détail à Président de JD.com.

L’année 2021 avait déjà été riche en départ de dirigeants avec notamment Colin Huang, fondateur de la société de commerce électronique Pinduoduo, qui a quitté le poste de Président du groupe, de même que Zhang Yiming, fondateur de ByteDance et Su Hua, cofondateur de l’application vidéo Kuaishou.

Les noms des BATX remplace les étoiles du drapeau chinoissur le

Cet interventionnisme toujours plus présent dans le secteur technologique est suivi de près au niveau international et les régulateurs nationaux à travers le monde n’hésitent pas à prendre des mesures pour parer les menaces que pourraient représenter ce secteur pour les autres économies.

Au premier trimestre 2022, la Security and Exchange Commission aux États-Unis a par exemple décidé de radier cinq nouvelles sociétés chinoises dont Baidu et sa filiale iQIY au motif qu’elles n’ont pas satisfaites aux exigences d’audit du régulateur américain. Le sujet technologique est particulièrement sensible entre la Chine et les États-Unis car du côté chinois, le gouvernement veut éviter que les américains puissent avoir accès à des données sensibles de leur économie.

https://fr.businessam.be/de-plus-en-plus-de-grandes-entreprises-technologiques-chinoises-se-retirent-le-jeff-bezos-de-chine-nest-plus-le-pdg-de-jd-com/

 

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le secteur technologique chinois sous surveillance

Advertisement

Le secteur technologique chinois sous surveillance

Advertisement

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut toi 👋
Ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières nouvelles dans votre boîte de réception, tous les jours.

Le secteur technologique chinois sous surveillance

Advertisement

Suis nous sur instagram!

Starbucks

Le secteur technologique chinois sous surveillance

Advertisment

Oh hi there 👋
It’s nice to meet you.

Sign up to receive latest news in your inbox, every day.