La menace d’un glacier géant en Antarctique

 

La taille du glacier Thwaites dans l’Antarctique est telle qu’il est surnommé le glacier de la fin du monde et qu’en fondant il entrainerait une forte élévation du niveau des mers partout dans le monde. Mesurant cent-vingt kilomètres de large et six cents kilomètres de long, sa fonte pourrait entrainer une hausse globale des océans comprise entre un et trois mètres.

Le glacier ayant déjà commencé à fondre sous l’effet du réchauffement climatique anthropique, les chercheurs d’une équipe internationale ont étudié son passé pour comprendre comment et quand un tel évènement pourrait arriver. Ils ont décidé de cartographier le plancher océanique en bordure du glacier afin de mieux comprendre à quelle vitesse le glacier Thwaites fondait et comment la fonte va se poursuivre dans les années à venir.

Par sept cents mètres de profondeur, les chercheurs ont pu étudier les crêtes laissées par les mouvements du glacier grâce à un petit engin robotisé baptisé Ran qui a exploré pendant vingt heures le front du glacier Thwaites. Les données recueillies montrent qu’à un moment donné, au cours des deux cents dernières années, le front du glacier s’est retiré sur une durée de six mois à une vitesse supérieure à 2,1 kilomètres par an.

Cette vitesse est deux fois plus rapide que celle observée par les satellites au cours de la période 2011-2019. Pour Alastair Graham, géophysicien marin à l’université de Floride du Sud, les résultats obtenus signifient que le glacier a connu des phases extrêmement rapides de recul, une de ces phases pouvant s’être produite dans un passé récent, peut-être le milieu du XXème siècle.

Une hypothèse suggère que le glacier puisse fondre à une vitesse cinq à dix fois supérieure à celle que nous connaissons aujourd’hui et le scientifique indique qu’une fois que le glacier se sera retiré au-delà d’une crête peu profonde, il faudra s’attendre à des changements importants. Des changements pourront intervenir sur une échelle de temps relativement faible, voire d’une année sur l’autre.

Ces observations ont permis d’avoir la certitude que les calottes glaciaires de l’Antarctique ne sont pas aussi lentes à réagir au réchauffement climatique que les scientifiques ne le pensaient jusqu’à présent.

https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/antarctique-glacier-fin-monde-antarctique-ne-tient-plus-qua-fil-100618/

Share on
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

unnamed - 2022-09-27T235053.521

La menace d’un glacier géant en Antarctique

 

La taille du glacier Thwaites dans l’Antarctique est telle qu’il est surnommé le glacier de la fin du monde et qu’en fondant il entrainerait une forte élévation du niveau des mers partout dans le monde. Mesurant cent-vingt kilomètres de large et six cents kilomètres de long, sa fonte pourrait entrainer une hausse globale des océans comprise entre un et trois mètres.

Le glacier ayant déjà commencé à fondre sous l’effet du réchauffement climatique anthropique, les chercheurs d’une équipe internationale ont étudié son passé pour comprendre comment et quand un tel évènement pourrait arriver. Ils ont décidé de cartographier le plancher océanique en bordure du glacier afin de mieux comprendre à quelle vitesse le glacier Thwaites fondait et comment la fonte va se poursuivre dans les années à venir.

Par sept cents mètres de profondeur, les chercheurs ont pu étudier les crêtes laissées par les mouvements du glacier grâce à un petit engin robotisé baptisé Ran qui a exploré pendant vingt heures le front du glacier Thwaites. Les données recueillies montrent qu’à un moment donné, au cours des deux cents dernières années, le front du glacier s’est retiré sur une durée de six mois à une vitesse supérieure à 2,1 kilomètres par an.

Cette vitesse est deux fois plus rapide que celle observée par les satellites au cours de la période 2011-2019. Pour Alastair Graham, géophysicien marin à l’université de Floride du Sud, les résultats obtenus signifient que le glacier a connu des phases extrêmement rapides de recul, une de ces phases pouvant s’être produite dans un passé récent, peut-être le milieu du XXème siècle.

Une hypothèse suggère que le glacier puisse fondre à une vitesse cinq à dix fois supérieure à celle que nous connaissons aujourd’hui et le scientifique indique qu’une fois que le glacier se sera retiré au-delà d’une crête peu profonde, il faudra s’attendre à des changements importants. Des changements pourront intervenir sur une échelle de temps relativement faible, voire d’une année sur l’autre.

Ces observations ont permis d’avoir la certitude que les calottes glaciaires de l’Antarctique ne sont pas aussi lentes à réagir au réchauffement climatique que les scientifiques ne le pensaient jusqu’à présent.

https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/antarctique-glacier-fin-monde-antarctique-ne-tient-plus-qua-fil-100618/

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[mailpoet_form id="1"]