By MDS – C19 , 9 Janvier 2021

LIVRAISON DE VACCINS D'ICI "FIN JANVIER"

Quelque 2,6 millions de doses de vaccin contre le Covid-19 seront livrées en France d'ici fin janvier, a assuré vendredi sur Europe 1 la ministre déléguée à l'Industrie, Agnès Pannier-Runacher. Interrogée sur le nombre de doses effectivement livrées dans un contexte de démarrage plus lent des vaccinations en France que dans d'autres pays européens, elle a répondu qu'il y en a 520.000 par semaine et donc on arrive à la fin du mois aux alentours de 2,6 millions de doses livrées".

Mme Pannier-Runacher a reconnu que le calendrier annoncé en décembre par le ministre de la Santé Olivier Véran, qui avait promis un million de doses livrées avant la fin de l'année 2020, avait été "légèrement modifié", avec un report de la livraison des doses prévues pour la fin décembre au 3 ou 4 janvier.

CLUSTER PRÈS DE RENNES

La première contamination du cluster détecté près de Rennes dans un centre gériatrique ne correspond pas au variant britannique du coronavirus, a annoncé vendredi l'Agence régionale de Santé (ARS) Bretagne dans un communiqué de presse.

Concernant la première contamination, celle d'une professionnelle de santé, l’ARS Bretagne "a été destinataire des résultats du séquençage transmis hier soir par le centre national de recherche de l’Institut Pasteur (…) Ces résultats indiquent formellement que cette souche ne correspond pas au variant britannique VOC 202012/1", précise l'institution. Neuf personnes au total présentent une forme variante du virus.

INJECTION DE LA 2E DOSE DU VACCIN PFIZER

"La priorité aujourd'hui c'est de tabler sur la première dose de vaccin (du vaccin Pfizer) avant de tabler sur la dose de rappel", a estimé ce vendredi Benjamin Davido, infectiologue à l'hôpital Raymond-Poincaré de Garches sur LCI, évoquant un "faux débat". Et d'ajouter : "Avant de faire le procès de la deuxième dose, le débat c'est qu'on puisse réaliser la première dose puisqu'on est très en retard par rapport à d'autres pays (…) si on venait à décaler cette deuxième dose c'est uniquement pour des raisons logistiques parce qu'on manquerait de vaccins pour réaliser cette première dose".

SKI EN FÉVRIER

L'ouverture des remontées mécaniques dans les stations de ski en février est "une question de vie ou de mort pour un certain nombre d'acteurs", a déclaré vendredi Dominique Marcel, PDG de la Compagnie des Alpes, sur BFM Business. "Si on n'ouvre pas en février, il faut regarder la réalité en face, la saison est terminée, des stations vont avoir de vrais problèmes d'existence", a-t-il ajouté. La Compagnie des Alpes exploite dix domaines skiables.

"LE COMITÉ CITOYEN SERA EN PLACE DANS LES JOURS À VENIR"

"L'idée c'est d'avoir dans le processus de vaccination des citoyens qui peuvent donner leur ressenti propre. Ça n'alourdit en rien la mécanique. Ils ne sont pas là pour déterminer la stratégie vaccinale. Elle a été présentée devant le Parlement et les parlementaires jouent leur rôle. (…) Les deux ne s'opposent pas. On peut être intéressé par la parole de citoyens qui disent voilà comment ça se passe dans mon territoire, comment je perçois les choses. Après la décision politique revient au Parlement. Le Comité sera en place dans les jours à venir, parce que le tirage au sort a eu lieu en début de semaine. Il y a une première réunion le week-end d'après."

"OLIVIER VÉRAN N'EST PAS AFFAIBLI"

"Olivier Véran n'est pas affaibli. "Depuis le mois de mars, c'est une difficulté à laquelle on est confronté. On va de polémique en polémique. Je n'aurais pas la méchanceté de rappeler toutes les polémiques sur lesquelles nous avons eu à répondre. Je rappelle qu'un certain nombre de responsables politiques réclamaient l'utilisation de l'hydro chloroquine, nous accusant de tous les maux de la terre. Quelques mois après, on ne va pas le leur rappeler. On va de polémique en polémique. Quand vous êtes ministre de la Santé, vous devez parfois répondre à un certain nombre de sujets et à la fois avancer."

"L'OBJECTIF SERA TENU"

"L'objectif d'un million de personnes vaccinées sera atteint. Il y a trois ou quatre jours, on s'est posé la question mais il sera tenu", a précisé Marc Fesneau, ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé des Relations avec le Parlement et de la Participation citoyenne, invité ce vendredi de LCI.

"Le gouvernement a mis mieux en évidence le braquet dans lequel il voulait travailler (sur la vaccination). Évidemment, confrontés à une polémique née entre les fêtes, on a décidé d'accélérer un certain nombre de processus, de clarifier un certain nombre de procédures, comprises comme complexes ou mises en application de manière complexe. Je ne jette la pierre à personne, ça peut arriver dans une démarche de vaccination", a réaffirmé Marc Fesneau, ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé des Relations avec le Parlement et de la Participation citoyenne, invité ce vendredi de LCI.

"On est sur une démarche de moyen, long terme. Le tout c'est de rattraper les quelques jours où a pu apparaître ce décalage. J'ai l'impression que les processus sont en place. Ce qui est satisfaisant, c'est que l'envie de se vacciner augmente."

LCI rédaction

close

Oh salut toi 👋
Ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières nouvelles dans votre boîte de réception, tous les jours.

Share on
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
La France et le Covid 19

Advertisement

La France et le Covid 19

Advertisement

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut toi 👋
Ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières nouvelles dans votre boîte de réception, tous les jours.

La France et le Covid 19

Advertisement

Suis nous sur instagram!

Starbucks

La France et le Covid 19

Advertisment

La France et le Covid 19


By MDS - C19 , 9 Janvier 2021


LIVRAISON DE VACCINS D'ICI "FIN JANVIER"




Quelque 2,6 millions de doses de vaccin contre le Covid-19 seront livrées en France d'ici fin janvier, a assuré vendredi sur Europe 1 la ministre déléguée à l'Industrie, Agnès Pannier-Runacher. Interrogée sur le nombre de doses effectivement livrées dans un contexte de démarrage plus lent des vaccinations en France que dans d'autres pays européens, elle a répondu qu'il y en a 520.000 par semaine et donc on arrive à la fin du mois aux alentours de 2,6 millions de doses livrées".




Mme Pannier-Runacher a reconnu que le calendrier annoncé en décembre par le ministre de la Santé Olivier Véran, qui avait promis un million de doses livrées avant la fin de l'année 2020, avait été "légèrement modifié", avec un report de la livraison des doses prévues pour la fin décembre au 3 ou 4 janvier.





CLUSTER PRÈS DE RENNES




La première contamination du cluster détecté près de Rennes dans un centre gériatrique ne correspond pas au variant britannique du coronavirus, a annoncé vendredi l'Agence régionale de Santé (ARS) Bretagne dans un communiqué de presse.


Concernant la première contamination, celle d'une professionnelle de santé, l’ARS Bretagne "a été destinataire des résultats du séquençage transmis hier soir par le centre national de recherche de l’Institut Pasteur (...) Ces résultats indiquent formellement que cette souche ne correspond pas au variant britannique VOC 202012/1", précise l'institution. Neuf personnes au total présentent une forme variante du virus.




INJECTION DE LA 2E DOSE DU VACCIN PFIZER




"La priorité aujourd'hui c'est de tabler sur la première dose de vaccin (du vaccin Pfizer) avant de tabler sur la dose de rappel", a estimé ce vendredi Benjamin Davido, infectiologue à l'hôpital Raymond-Poincaré de Garches sur LCI, évoquant un "faux débat". Et d'ajouter : "Avant de faire le procès de la deuxième dose, le débat c'est qu'on puisse réaliser la première dose puisqu'on est très en retard par rapport à d'autres pays (...) si on venait à décaler cette deuxième dose c'est uniquement pour des raisons logistiques parce qu'on manquerait de vaccins pour réaliser cette première dose".




SKI EN FÉVRIER




L'ouverture des remontées mécaniques dans les stations de ski en février est "une question de vie ou de mort pour un certain nombre d'acteurs", a déclaré vendredi Dominique Marcel, PDG de la Compagnie des Alpes, sur BFM Business. "Si on n'ouvre pas en février, il faut regarder la réalité en face, la saison est terminée, des stations vont avoir de vrais problèmes d'existence", a-t-il ajouté. La Compagnie des Alpes exploite dix domaines skiables.




"LE COMITÉ CITOYEN SERA EN PLACE DANS LES JOURS À VENIR"




"L'idée c'est d'avoir dans le processus de vaccination des citoyens qui peuvent donner leur ressenti propre. Ça n'alourdit en rien la mécanique. Ils ne sont pas là pour déterminer la stratégie vaccinale. Elle a été présentée devant le Parlement et les parlementaires jouent leur rôle. (...) Les deux ne s'opposent pas. On peut être intéressé par la parole de citoyens qui disent voilà comment ça se passe dans mon territoire, comment je perçois les choses. Après la décision politique revient au Parlement. Le Comité sera en place dans les jours à venir, parce que le tirage au sort a eu lieu en début de semaine. Il y a une première réunion le week-end d'après."





"OLIVIER VÉRAN N'EST PAS AFFAIBLI"




"Olivier Véran n'est pas affaibli. "Depuis le mois de mars, c'est une difficulté à laquelle on est confronté. On va de polémique en polémique. Je n'aurais pas la méchanceté de rappeler toutes les polémiques sur lesquelles nous avons eu à répondre. Je rappelle qu'un certain nombre de responsables politiques réclamaient l'utilisation de l'hydro chloroquine, nous accusant de tous les maux de la terre. Quelques mois après, on ne va pas le leur rappeler. On va de polémique en polémique. Quand vous êtes ministre de la Santé, vous devez parfois répondre à un certain nombre de sujets et à la fois avancer."






"L'OBJECTIF SERA TENU"




"L'objectif d'un million de personnes vaccinées sera atteint. Il y a trois ou quatre jours, on s'est posé la question mais il sera tenu", a précisé Marc Fesneau, ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé des Relations avec le Parlement et de la Participation citoyenne, invité ce vendredi de LCI.




"Le gouvernement a mis mieux en évidence le braquet dans lequel il voulait travailler (sur la vaccination). Évidemment, confrontés à une polémique née entre les fêtes, on a décidé d'accélérer un certain nombre de processus, de clarifier un certain nombre de procédures, comprises comme complexes ou mises en application de manière complexe. Je ne jette la pierre à personne, ça peut arriver dans une démarche de vaccination", a réaffirmé Marc Fesneau, ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé des Relations avec le Parlement et de la Participation citoyenne, invité ce vendredi de LCI.




"On est sur une démarche de moyen, long terme. Le tout c'est de rattraper les quelques jours où a pu apparaître ce décalage. J'ai l'impression que les processus sont en place. Ce qui est satisfaisant, c'est que l'envie de se vacciner augmente."



LCI rédaction

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
La France et le Covid 19

Advertisement

La France et le Covid 19

Advertisement

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut toi 👋
Ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières nouvelles dans votre boîte de réception, tous les jours.

La France et le Covid 19

Advertisement

Suis nous sur instagram!

Starbucks

La France et le Covid 19

Advertisment

Oh hi there 👋
It’s nice to meet you.

Sign up to receive latest news in your inbox, every day.