En 2006, l’Assemblée générale de l’Union astronomique internationale a officiellement décrété que Pluton était désormais un astéroïde.  Pluton n’est pas une planète.


Egalement en 2006, l’Union astronomique internationale ne pensait pas faire fausse route à propos de Pluton. Le 16 août, le comité de sept membres chargé de la définition des planètes a publié un projet de résolution sur la définition des planètes, qui stipule que les objets ronds en orbite autour du soleil sont des planètes. Pluton était un objet rond en orbite autour du soleil, c’était donc une planète. Le problème de cette définition est de donner le même titre à Pluton qu’à Jupiter, 250 000 fois plus grand.


Cette nouvelle définition aurait ouvert la porte à l’octroi du statut de planète à au moins trois objets qui, jusqu’à récemment, étaient considérés comme des non-planètes.

Cependant, les astronomes sont revenus de leurs délibérations avec un avis différent. Selon la définition finale, une planète doit être ronde et dominer également la masse de sa zone orbitale.


En termes pratiques, une planète ne doit avoir aucun concurrent dans sa zone d’influence. Pluton est encombrée de milliers d’autres corps glacés dans le système solaire externe, dont certains sont plus grands qu’elle. L’Union astronomique internationale a choisi de la qualifier de planète naine.

Cérès, le premier de ces objets, a été vu par Giuseppi Piazzi en 1801. Tout le monde l’appelait une planète. Mais avec la découverte de dizaines d’autres, il est devenu évident que cette nouvelle communauté d’objets méritait sa propre classification. Les astronomes les ont appelés astéroïdes et en ont maintenant catalogué des dizaines de milliers.

Dans tous les cas, on découvre que les planètes traditionnelles ne constituent pas une famille homogène. Mercure, Vénus, la Terre et Mars forment une famille de planètes relativement petites et rocheuses, Jupiter, Saturne Uranus et Neptune sont de grandes planètes gazeuses avec de nombreuses lunes et des anneaux.


En 1992, David C. Jewitt, de l’Université d’Hawaï, et Jane Luu, ont commencé à détecter des objets glacés aux confins du système solaire, au-delà de Neptune. Ils ont découvert une nouvelle bande d’objets similaire à la ceinture d’astéroïdes découverte deux siècles plus tôt.


Appelée ceinture de Kuiper, du nom de l’astronome américain d’origine néerlandaise Gerard Kuiper, qui a prédit son existence, cette région du système solaire contient Pluton, l’un de ses plus grands membres. Pluton a été nommée planète depuis sa découverte en 1930. Tous les objets de la ceinture de Kuiper devraient-ils aussi être appelés planètes ?

Il n’existe pas de définition consensuelle du mot planète, ces questions ont provoqué des années de débat scientifique. L’univers contenait autrefois sept planètes depuis la découverte d’Uranus en 1781. Ce nombre est passé à 11 après la découverte de quatre planètes entre Mars et Jupiter. Ce nombre est retombé à sept après avoir classé ces quatre dernières planètes comme des astéroïdes. Après la découverte de Neptune, en 1846, le système solaire contient 8 planètes.
Après Neptune, découverte de Pluton dans le système solaire.


L’astronome Clyde Tombaugh avait trouvé Pluton en cherchant sans relâche une planète au-delà de Neptune. Tout le monde a d’abord supposé qu’il avait trouvé quelque chose de gros. Des mesures précises ont montré que l’objet est plus petit qu’on ne le pensait à l’origine, plus petit que la lune de la Terre.


Pendant 7 jours, nous avons eu 12 planètes. En prenant le critère d’un corps rond tournant autour du Soleil, Ceres, le seul astéroïde gravitationnellement rond s’est vu attribuer le titre de planète, ainsi que Charon la lune de Pluton et le corps 2003-UB313, appelé Xena (le personnage de la princesse guerrière vêtue de cuir d’une série télévisée).


Y compris, le nombre et le nom des planètes qui font partie des connaissances scolaires de base. Pour certains élèves, il y a neuf planètes, pour d’autres, il y en a huit. En classe, nous passons beaucoup de temps à mémoriser les noms des planètes, ainsi que leur distance par rapport à la terre et au soleil.


Il est probable que Pluton soit une planète naine, mais elle est considérée comme habitable. Dans quelques millions d’années, Pluton pourrait bien se réchauffer à mesure que le Soleil grossit, pour atteindre une température idéale de 27°. Dans ce cas, la Terre sera une planète morte, avec une température élevée incompatible avec la vie. Europe et Titan atteindront une température de 400° à 500°.
Selon ce scénario, la planète naine Pluton deviendra la seule planète habitable du système solaire.

 
L’histoire du nombre de planètes nous montre combien il est difficile d’établir une vérité scientifique, cette vérité dépend des définitions et des points de vue.

Si nous changeons la définition, les lunes glacées comme Europe de Jupiter et Encelade de Saturne sont probablement les meilleurs endroits extraterrestres pour trouver de l’eau liquide, ingrédient crucial pour la biologie.
Si nous examinons les systèmes d’anneaux, nous trouvons un autre nombre de planètes, de même que si nous examinons les champs magnétiques, la taille, la masse, la composition ou la proximité du Soleil.


La découverte de planètes autour d’autres étoiles a mis en lumière de nouvelles catégories telles que les Jupiters chauds, des mondes gazeux géants chauffés à des températures proches de l’incandescence par leur étonnante proximité avec leur soleil.


Cette redéfinition du terme planète a suscité de nombreux commentaires, certains chercheurs pensent qu’il s’agit d’une définition cohérente qui replace Pluton dans la ceinture de Kuiper, d’autres chercheurs pensent qu’il s’agit d’un changement inutile sans application pratique.
En 2019, la controverse se poursuit. Le directeur de la NASA, Jim Bridenstine, se dit convaincu que Pluton est bien une planète, contre les définitions officielles.


La vérité scientifique n’existe pas d’emblée. La vérité scientifique est une progression lente et hésitante, toujours remise en question, critiquée et améliorée. Il est difficile de conjuguer la lenteur et la contradiction de la naissance d’une vérité scientifique avec notre époque harcelée par l’immédiateté et par le refus des nuances.


En septembre 2002, nous découvrons qu’Uranus, loin de la Terre dans la région la plus sombre du système solaire, n’est pas seule. Elle est accompagnée d’une série de 27 lunes. Ces lunes sont difficiles à étudier, mais les astronomes ont fait une découverte accidentelle en observant Uranus.

D’après les images infrarouges des cinq lunes principales d’Uranus, leur composition est plus proche de celle des planètes naines comme Pluton, des objets compacts et rocheux avec une croûte glacée. Pluton sera-t-elle un jour considérée comme la lune d’une autre planète ?

 

Share on
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

unnamed - 2022-03-17T103934.818

La difficile vérité sur la “planète Pluton

 

En 2006, l'Assemblée générale de l'Union astronomique internationale a officiellement décrété que Pluton était désormais un astéroïde.  Pluton n'est pas une planète.


Egalement en 2006, l'Union astronomique internationale ne pensait pas faire fausse route à propos de Pluton. Le 16 août, le comité de sept membres chargé de la définition des planètes a publié un projet de résolution sur la définition des planètes, qui stipule que les objets ronds en orbite autour du soleil sont des planètes. Pluton était un objet rond en orbite autour du soleil, c'était donc une planète. Le problème de cette définition est de donner le même titre à Pluton qu'à Jupiter, 250 000 fois plus grand.


Cette nouvelle définition aurait ouvert la porte à l'octroi du statut de planète à au moins trois objets qui, jusqu'à récemment, étaient considérés comme des non-planètes.

Cependant, les astronomes sont revenus de leurs délibérations avec un avis différent. Selon la définition finale, une planète doit être ronde et dominer également la masse de sa zone orbitale.


En termes pratiques, une planète ne doit avoir aucun concurrent dans sa zone d'influence. Pluton est encombrée de milliers d'autres corps glacés dans le système solaire externe, dont certains sont plus grands qu'elle. L'Union astronomique internationale a choisi de la qualifier de planète naine.

Cérès, le premier de ces objets, a été vu par Giuseppi Piazzi en 1801. Tout le monde l'appelait une planète. Mais avec la découverte de dizaines d'autres, il est devenu évident que cette nouvelle communauté d'objets méritait sa propre classification. Les astronomes les ont appelés astéroïdes et en ont maintenant catalogué des dizaines de milliers.

Dans tous les cas, on découvre que les planètes traditionnelles ne constituent pas une famille homogène. Mercure, Vénus, la Terre et Mars forment une famille de planètes relativement petites et rocheuses, Jupiter, Saturne Uranus et Neptune sont de grandes planètes gazeuses avec de nombreuses lunes et des anneaux.


En 1992, David C. Jewitt, de l'Université d'Hawaï, et Jane Luu, ont commencé à détecter des objets glacés aux confins du système solaire, au-delà de Neptune. Ils ont découvert une nouvelle bande d'objets similaire à la ceinture d'astéroïdes découverte deux siècles plus tôt.


Appelée ceinture de Kuiper, du nom de l'astronome américain d'origine néerlandaise Gerard Kuiper, qui a prédit son existence, cette région du système solaire contient Pluton, l'un de ses plus grands membres. Pluton a été nommée planète depuis sa découverte en 1930. Tous les objets de la ceinture de Kuiper devraient-ils aussi être appelés planètes ?

Il n'existe pas de définition consensuelle du mot planète, ces questions ont provoqué des années de débat scientifique. L'univers contenait autrefois sept planètes depuis la découverte d'Uranus en 1781. Ce nombre est passé à 11 après la découverte de quatre planètes entre Mars et Jupiter. Ce nombre est retombé à sept après avoir classé ces quatre dernières planètes comme des astéroïdes. Après la découverte de Neptune, en 1846, le système solaire contient 8 planètes.
Après Neptune, découverte de Pluton dans le système solaire.


L'astronome Clyde Tombaugh avait trouvé Pluton en cherchant sans relâche une planète au-delà de Neptune. Tout le monde a d'abord supposé qu'il avait trouvé quelque chose de gros. Des mesures précises ont montré que l'objet est plus petit qu'on ne le pensait à l'origine, plus petit que la lune de la Terre.


Pendant 7 jours, nous avons eu 12 planètes. En prenant le critère d'un corps rond tournant autour du Soleil, Ceres, le seul astéroïde gravitationnellement rond s'est vu attribuer le titre de planète, ainsi que Charon la lune de Pluton et le corps 2003-UB313, appelé Xena (le personnage de la princesse guerrière vêtue de cuir d'une série télévisée).


Y compris, le nombre et le nom des planètes qui font partie des connaissances scolaires de base. Pour certains élèves, il y a neuf planètes, pour d'autres, il y en a huit. En classe, nous passons beaucoup de temps à mémoriser les noms des planètes, ainsi que leur distance par rapport à la terre et au soleil.


Il est probable que Pluton soit une planète naine, mais elle est considérée comme habitable. Dans quelques millions d'années, Pluton pourrait bien se réchauffer à mesure que le Soleil grossit, pour atteindre une température idéale de 27°. Dans ce cas, la Terre sera une planète morte, avec une température élevée incompatible avec la vie. Europe et Titan atteindront une température de 400° à 500°.
Selon ce scénario, la planète naine Pluton deviendra la seule planète habitable du système solaire.

 
L'histoire du nombre de planètes nous montre combien il est difficile d'établir une vérité scientifique, cette vérité dépend des définitions et des points de vue.

Si nous changeons la définition, les lunes glacées comme Europe de Jupiter et Encelade de Saturne sont probablement les meilleurs endroits extraterrestres pour trouver de l'eau liquide, ingrédient crucial pour la biologie.
Si nous examinons les systèmes d'anneaux, nous trouvons un autre nombre de planètes, de même que si nous examinons les champs magnétiques, la taille, la masse, la composition ou la proximité du Soleil.


La découverte de planètes autour d'autres étoiles a mis en lumière de nouvelles catégories telles que les Jupiters chauds, des mondes gazeux géants chauffés à des températures proches de l'incandescence par leur étonnante proximité avec leur soleil.


Cette redéfinition du terme planète a suscité de nombreux commentaires, certains chercheurs pensent qu'il s'agit d'une définition cohérente qui replace Pluton dans la ceinture de Kuiper, d'autres chercheurs pensent qu'il s'agit d'un changement inutile sans application pratique.
En 2019, la controverse se poursuit. Le directeur de la NASA, Jim Bridenstine, se dit convaincu que Pluton est bien une planète, contre les définitions officielles.


La vérité scientifique n'existe pas d'emblée. La vérité scientifique est une progression lente et hésitante, toujours remise en question, critiquée et améliorée. Il est difficile de conjuguer la lenteur et la contradiction de la naissance d'une vérité scientifique avec notre époque harcelée par l'immédiateté et par le refus des nuances.


En septembre 2002, nous découvrons qu'Uranus, loin de la Terre dans la région la plus sombre du système solaire, n'est pas seule. Elle est accompagnée d'une série de 27 lunes. Ces lunes sont difficiles à étudier, mais les astronomes ont fait une découverte accidentelle en observant Uranus.

D'après les images infrarouges des cinq lunes principales d'Uranus, leur composition est plus proche de celle des planètes naines comme Pluton, des objets compacts et rocheux avec une croûte glacée. Pluton sera-t-elle un jour considérée comme la lune d'une autre planète ?

 

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *