En ce lundi 18 juillet, sera-t-il le jour le plus chaud ? La carte de France a viré au cramoisi sur une large partie de la façade atlantique, avec 15 départements en vigilance rouge canicule, dont la Gironde, où le feu a regagné en intensité dimanche soir 17 juillet.

Aucune région n’est plus à l’abri : le pic de cette 45e vague de chaleur recensée en France depuis 1947 est attendu sur la façade Ouest, notamment dans une Bretagne jusqu’ici protégée par les entrées océaniques.

Ces phénomènes météorologiques extrêmes sont une conséquence directe du réchauffement climatique selon les scientifiques, les émissions de gaz à effet de serre augmentant à la fois leur intensité, leur durée et leur fréquence.

Ces températures extrêmes attise les feux, qui se sont multipliés ces derniers jours, des forêts de Gironde aux champs des agriculteurs, qui travaillent parfois de nuit pour éviter qu’une étincelle surgie des lames de la moissonneuse viennent embraser leur récolte.

Au soir 17 juillet, le feu qui a dévoré en six jours 13.000 ha de végétation en Gironde a regagné du terrain à la faveur de vents tourbillonnants, entraînant de nouvelles évacuations dans le secteur de Landiras. Selon les pompiers, au total, 16.200 vacanciers ont dû plier bagages en urgence depuis mardi 19 juillet.

Au sud de Bordeaux, a la Teste-de-Buch, “le feu est arrivé à la mer” et se dirigeait vers le sud, selon la préfecture. Sur des vidéos amateurs, on pouvait voir l’immense brasier dévorant la plage de la Lagune, au sud de la dune du Pilat.

“Le feu ne devrait toutefois pas atteindre le département des Landes car le vent devrait tourner vers l’ouest et le nord”, selon le lieutenant-colonel Arnaud Mendousse.

Le ministère de l’Intérieur a annoncé des renforts avec, dès dimanche soir 17 juillet, “trois avions supplémentaires” pour appuyer les six bombardiers déjà engagés, ainsi que “200 sapeurs-pompiers supplémentaires (…) avec 11 camions lourds”.

Le brasier n’est pas terminé sur la façade ouest, qui sera frappée lundi 18 juillet à la mi-journée par le pic caniculaire.

L’alerte “rouge” émise dimanche, qui recommande aux habitants des zones concernées d’observer une “vigilance absolue” face à des “phénomènes dangereux d’intensité exceptionnelle”, concerne les départements suivants : Charente, Charente-Maritime, Côtes-d’Armor, Dordogne, Finistère, Gers, Gironde, Ille-et-Vilaine, Landes, Loire-Atlantique, Lot-et-Garonne, Maine-et-Loire, Morbihan, Deux-Sèvres et Vendée.

Plus de cinquante-et-un départements sont par ailleurs en vigilance orange (ce qui signifie “soyez très vigilants”) et le reste de la France – à l’exception de la Corse-du-Sud – est en jaune (“soyez attentifs”).

Le  lundi 18 juillet pourrait être l’une des plus chaudes jamais enregistrées à l’échelle de la France. Les températures maximales seront partout supérieures à 30°C, et entre comprises entre 38 et 40°C dans une moitié de la France, de l’Ouest à la vallée du Rhône.

L’agence Météo France s’attend à de nombreux records, comme “en Bretagne, avec peut-être jusqu’à 40 °C à Brest”, ce qui serait un record absolu, mais aussi dans les Landes, où “la forêt landaise sera au-dessus des 42 °C”, selon le prévisionniste Olivier Proust.

Durant la nuit de lundi à mardi , cela risque d’être brûlant dans tous les départements en rouge : “On va avoir une nuit vraiment torride”, avec des minimales ne descendant pas en dessous de 25/26 °C au plus frais de la nuit, a-t-il ajouté.

Ce torrent de chaleur va refluer aussi vite qu’elle a frappé la façade Ouest, poussée vers l’Est par des vents soutenus. La vigilance rouge canicule devrait être levée dès 06 h 00 mardi 19 juillet. Mercredi 20 juillet, “les fortes chaleurs ne concerneront plus que le quart sud-est avec des nuits toujours très chaudes”, selon Météo France.

En parallèle de cette vague de chaleur, des pics de pollution de l’air pourraient apparaître. Une dégradation est attendue lundi concernant les concentrations d’ozone, déjà soutenues, notamment sur l’arc Atlantique et la Provence-Alpes-Côte d’Azur, selon Prev’air, la plateforme nationale de prévision de la qualité de l’air.

Cet épisode de chaleur touche l’ensemble de l’Europe occidentale, provoquant également des feux de forêt en Espagne ou au Portugal. Au Royaume-Uni, l’agence météorologique a émis la toute première alerte “rouge pour chaleur extrême” de l’histoire du pays.

close

Oh salut toi 👋
Ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières nouvelles dans votre boîte de réception, tous les jours.

Share on
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

La Bretagne sous la canicule

Advertisement

La Bretagne sous la canicule

Advertisement

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut toi 👋
Ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières nouvelles dans votre boîte de réception, tous les jours.

La Bretagne sous la canicule

Advertisement

Suis nous sur instagram!

Starbucks

La Bretagne sous la canicule

Advertisment

unnamed (38)

La Bretagne sous la canicule

En ce lundi 18 juillet, sera-t-il le jour le plus chaud ? La carte de France a viré au cramoisi sur une large partie de la façade atlantique, avec 15 départements en vigilance rouge canicule, dont la Gironde, où le feu a regagné en intensité dimanche soir 17 juillet. Aucune région n'est plus à l'abri : le pic de cette 45e vague de chaleur recensée en France depuis 1947 est attendu sur la façade Ouest, notamment dans une Bretagne jusqu'ici protégée par les entrées océaniques. Ces phénomènes météorologiques extrêmes sont une conséquence directe du réchauffement climatique selon les scientifiques, les émissions de gaz à effet de serre augmentant à la fois leur intensité, leur durée et leur fréquence. Ces températures extrêmes attise les feux, qui se sont multipliés ces derniers jours, des forêts de Gironde aux champs des agriculteurs, qui travaillent parfois de nuit pour éviter qu'une étincelle surgie des lames de la moissonneuse viennent embraser leur récolte. Au soir 17 juillet, le feu qui a dévoré en six jours 13.000 ha de végétation en Gironde a regagné du terrain à la faveur de vents tourbillonnants, entraînant de nouvelles évacuations dans le secteur de Landiras. Selon les pompiers, au total, 16.200 vacanciers ont dû plier bagages en urgence depuis mardi 19 juillet. Au sud de Bordeaux, a la Teste-de-Buch, "le feu est arrivé à la mer" et se dirigeait vers le sud, selon la préfecture. Sur des vidéos amateurs, on pouvait voir l'immense brasier dévorant la plage de la Lagune, au sud de la dune du Pilat. "Le feu ne devrait toutefois pas atteindre le département des Landes car le vent devrait tourner vers l'ouest et le nord", selon le lieutenant-colonel Arnaud Mendousse. Le ministère de l'Intérieur a annoncé des renforts avec, dès dimanche soir 17 juillet, "trois avions supplémentaires" pour appuyer les six bombardiers déjà engagés, ainsi que "200 sapeurs-pompiers supplémentaires (...) avec 11 camions lourds". Le brasier n'est pas terminé sur la façade ouest, qui sera frappée lundi 18 juillet à la mi-journée par le pic caniculaire. L'alerte "rouge" émise dimanche, qui recommande aux habitants des zones concernées d'observer une "vigilance absolue" face à des "phénomènes dangereux d'intensité exceptionnelle", concerne les départements suivants : Charente, Charente-Maritime, Côtes-d'Armor, Dordogne, Finistère, Gers, Gironde, Ille-et-Vilaine, Landes, Loire-Atlantique, Lot-et-Garonne, Maine-et-Loire, Morbihan, Deux-Sèvres et Vendée. Plus de cinquante-et-un départements sont par ailleurs en vigilance orange (ce qui signifie "soyez très vigilants") et le reste de la France - à l'exception de la Corse-du-Sud - est en jaune ("soyez attentifs"). Le  lundi 18 juillet pourrait être l'une des plus chaudes jamais enregistrées à l'échelle de la France. Les températures maximales seront partout supérieures à 30°C, et entre comprises entre 38 et 40°C dans une moitié de la France, de l'Ouest à la vallée du Rhône. L'agence Météo France s'attend à de nombreux records, comme "en Bretagne, avec peut-être jusqu'à 40 °C à Brest", ce qui serait un record absolu, mais aussi dans les Landes, où "la forêt landaise sera au-dessus des 42 °C", selon le prévisionniste Olivier Proust. Durant la nuit de lundi à mardi , cela risque d'être brûlant dans tous les départements en rouge : "On va avoir une nuit vraiment torride", avec des minimales ne descendant pas en dessous de 25/26 °C au plus frais de la nuit, a-t-il ajouté. Ce torrent de chaleur va refluer aussi vite qu'elle a frappé la façade Ouest, poussée vers l'Est par des vents soutenus. La vigilance rouge canicule devrait être levée dès 06 h 00 mardi 19 juillet. Mercredi 20 juillet, "les fortes chaleurs ne concerneront plus que le quart sud-est avec des nuits toujours très chaudes", selon Météo France. En parallèle de cette vague de chaleur, des pics de pollution de l'air pourraient apparaître. Une dégradation est attendue lundi concernant les concentrations d'ozone, déjà soutenues, notamment sur l'arc Atlantique et la Provence-Alpes-Côte d'Azur, selon Prev'air, la plateforme nationale de prévision de la qualité de l'air. Cet épisode de chaleur touche l'ensemble de l'Europe occidentale, provoquant également des feux de forêt en Espagne ou au Portugal. Au Royaume-Uni, l'agence météorologique a émis la toute première alerte "rouge pour chaleur extrême" de l'histoire du pays.
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

La Bretagne sous la canicule

Advertisement

La Bretagne sous la canicule

Advertisement

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut toi 👋
Ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières nouvelles dans votre boîte de réception, tous les jours.

La Bretagne sous la canicule

Advertisement

Suis nous sur instagram!

Starbucks

La Bretagne sous la canicule

Advertisment

Oh hi there 👋
It’s nice to meet you.

Sign up to receive latest news in your inbox, every day.