Atténuer le stress de la pandémie grâce à l’adoption de chiots

Andrea Smadja - C19 Tamar news

Avec cette pandémie, nous avons assisté à une pénurie de presque tout : gel bactérien, papier toilette… La panique s’est finalement installée face à la pénurie de ventilateurs et de lits dans les services de soins intensifs, suivie de près par l’inquiétude d’une pénurie de vaccins.

Et maintenant les chiens. Les chiens sont actuellement difficiles à trouver, mais nous en voyons partout. Ils sont dans les parcs, mais les chenils sont complètement vides. Ces dernières années, le nombre d’animaux disponibles à l’adoption a augmenté de 30 à 40 %, ce qui signifie que les organisations de protection des animaux travaillent dur pour répondre à la demande croissante.

Les vétérinaires sont réservés des années à l’avance, et les listes d’attente peuvent atteindre quatre ans. Le Royaume-Uni connaît actuellement une augmentation alarmante du nombre de personnes qui se font enlever leur chien par une “mafia des chiens”. Il y a déjà un problème avec les usines à chiots et les arnaques dans le monde qui se précipitent pour acheter des chiots. Cette frénésie d’adopter des chiens est facilement compréhensible. 

Les personnes qui trouvent difficile de s’occuper d’un chien lorsqu’elles voyagent loin de chez elles découvrent qu’elles n’ont plus le luxe d’aller à l’école ou au bureau pendant de longues périodes. Les chiens font d’excellents compagnons à la maison pendant que nous travaillons, alors les avoir à vos côtés peut être un avantage appréciable. Selon des recherches récentes, nous sommes susceptibles de connaître une productivité accrue et un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée.

Il y a au moins un rayon de soleil dans tout cela, c’est que de nombreux nouveaux propriétaires ont maintenant eu le temps de nouer des liens avec leur nouvel animal et d’apprendre son comportement et ses traits de caractère. Il peut être séduisant d’adopter un chiot en cas de pandémie, mais l’adoption n’est pas toujours conseillée. Les chiens sont une excellente occasion de s’évader de la maison car ils sont comme l’air frais. Pendant longtemps, les histoires de personnes s’accrochant à de faux chiens, à des animaux en peluche et même à leur conjoint alors qu’ils sont en laisse nous ont amusés. 

La tendance actuelle est de louer ou d’emprunter des chiens au lieu de les acheter. Bien que la plupart de ces nouveaux chiots ne fassent pas assez de promenades, certains d’entre eux rencontreront des problèmes de comportement, et leurs propriétaires pourraient finir par être frustrés et les abandonner. Si vous avez un chien, vous devez assumer une énorme responsabilité. Cela me stresse lorsque je remarque rapidement des problèmes avec mes chiens, c’est pourquoi j’en sais tant sur eux. Même lorsque je dois aborder des personnes que je ne connais pas, je ne peux m’empêcher de les mettre en garde contre la sécurité de leur chien non vacciné en présence d’autres animaux. 

Lorsque des propriétaires de chiens frustrés se défoulent sur leurs animaux en les étouffant ou en utilisant des techniques de dressage démodées, j’en frémis. On a déjà constaté une augmentation des abandons d’animaux de compagnie en raison de la soudaine pandémie et parce que les gens croient qu’ils peuvent soulager leur solitude en prenant un nouvel animal. 

S’il est possible qu’un chien puisse nous aider à lutter contre la solitude, nous n’en sommes pas certains. L’anthro zoologiste Hal Herzog affirme : “Nous manquons de preuves.” Bien qu’il semble contradictoire, le scepticisme de Herzog est tout à fait justifié, car il affirme que les résultats ne sont pas concluants. Ces résultats sont en contradiction avec les affirmations de l’industrie des produits pour animaux de compagnie, qui affirme que les personnes qui ne possèdent pas d’animaux ne sont pas moins seules que celles qui en possèdent.

La socialisation fait cruellement défaut. Les inquiétudes concernant le manque de socialisation des “chiots pandémiques” sont les plus vives parmi les chercheurs. Le comportement et le bien-être émotionnel des chiens sont profondément affectés par ces liens sociaux.

En général, peu de propriétaires permettent à leurs chiots de s’inscrire à des cours de dressage, un excellent moyen de tisser un lien étroit. Comme l’enfermement ne fera qu’aggraver la situation, on peut supposer que. Le Dr James Serpell, expert en comportement canin de l’université de Pennsylvanie, confirme que nous avons peut-être affaire à une sorte d’épidémie”. 

Le C-BARQ est un outil d’évaluation de la personnalité et du comportement des chiens. Cet organisme a compilé des données sur plus de 60 000 chiens de races pures et de races mixtes. Mme Serpell conseille de ne pas adopter un chiot qui n’a pas été socialisé : De nouvelles expériences pourraient rendre certains individus plus agressifs, même envers les humains. Il est possible que si un chien a passé beaucoup de temps seul, il souffre du syndrome d’anxiété de la séparation, ce qui se traduit par des comportements comme uriner ou déféquer dans la maison. 

Dernier point, mais non le moindre, l’abandon. Avec la portée de chiots d’aujourd’hui, les chenils de demain pourraient être remplis. Pour souligner le caractère contradictoire de cette affirmation, M. Serpell note l’ironie qui suit : “si le propriétaire agit de manière responsable pendant la pandémie, son chien ne sera pas socialisé”. Ainsi, le fait d’être en conformité avec le confinement pourrait amener les chiens à faire preuve d’un comportement irrespectueux. une société complètement immergée dans l’amour des animaux D’autre part, nous devons également prendre en considération “l’influence positive des animaux de compagnie”, la croyance que les animaux nous font du bien. 

Une étude a révélé que les personnes qui possèdent un chien ont une tension artérielle plus basse, sont moins stressées et ont un meilleur bien-être émotionnel. Herzog n’a cessé de tirer la sonnette d’alarme. Il affirme que la recherche anthropologique est susceptible d’être biaisée. 

Alors que de nombreuses études montrent que les animaux de compagnie peuvent être bénéfiques pour une personne, d’autres études montrent que “les animaux de compagnie n’ont aucun impact, même minime, sur la santé.” Cependant, le progrès scientifique est-il important ? Nous sommes une société qui aime les animaux de compagnie. Les deux tiers des ménages canadiens ont leur propre chien ou chat. Avoir un ami qui vous aime et vous accepte inconditionnellement est une expérience agréable. 

Grâce à la récente épidémie de grippe, je suis en mesure de passer plus de temps avec mon labrador de 13 ans, Grasshopper. Grasshopper est extrêmement bien élevé. Il est probable que cet essai décrit ma vie universitaire, marquée par des recherches rigoureuses, de grandes quantités de données et des théories complexes sur les relations entre les chiens et les humains. En fin de compte, un chien n’est toujours qu’un chien. Parfois, la meilleure option est d’ignorer le chien qui dort déjà.

Share on
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

1222

Atténuer le stress de la pandémie grâce à l’adoption de chiots

Andrea Smadja - C19 Tamar news

Avec cette pandémie, nous avons assisté à une pénurie de presque tout : gel bactérien, papier toilette... La panique s'est finalement installée face à la pénurie de ventilateurs et de lits dans les services de soins intensifs, suivie de près par l'inquiétude d'une pénurie de vaccins. Et maintenant les chiens. Les chiens sont actuellement difficiles à trouver, mais nous en voyons partout. Ils sont dans les parcs, mais les chenils sont complètement vides. Ces dernières années, le nombre d'animaux disponibles à l'adoption a augmenté de 30 à 40 %, ce qui signifie que les organisations de protection des animaux travaillent dur pour répondre à la demande croissante. Les vétérinaires sont réservés des années à l'avance, et les listes d'attente peuvent atteindre quatre ans. Le Royaume-Uni connaît actuellement une augmentation alarmante du nombre de personnes qui se font enlever leur chien par une "mafia des chiens". Il y a déjà un problème avec les usines à chiots et les arnaques dans le monde qui se précipitent pour acheter des chiots. Cette frénésie d'adopter des chiens est facilement compréhensible. Les personnes qui trouvent difficile de s'occuper d'un chien lorsqu'elles voyagent loin de chez elles découvrent qu'elles n'ont plus le luxe d'aller à l'école ou au bureau pendant de longues périodes. Les chiens font d'excellents compagnons à la maison pendant que nous travaillons, alors les avoir à vos côtés peut être un avantage appréciable. Selon des recherches récentes, nous sommes susceptibles de connaître une productivité accrue et un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Il y a au moins un rayon de soleil dans tout cela, c'est que de nombreux nouveaux propriétaires ont maintenant eu le temps de nouer des liens avec leur nouvel animal et d'apprendre son comportement et ses traits de caractère. Il peut être séduisant d'adopter un chiot en cas de pandémie, mais l'adoption n'est pas toujours conseillée. Les chiens sont une excellente occasion de s'évader de la maison car ils sont comme l'air frais. Pendant longtemps, les histoires de personnes s'accrochant à de faux chiens, à des animaux en peluche et même à leur conjoint alors qu'ils sont en laisse nous ont amusés. La tendance actuelle est de louer ou d'emprunter des chiens au lieu de les acheter. Bien que la plupart de ces nouveaux chiots ne fassent pas assez de promenades, certains d'entre eux rencontreront des problèmes de comportement, et leurs propriétaires pourraient finir par être frustrés et les abandonner. Si vous avez un chien, vous devez assumer une énorme responsabilité. Cela me stresse lorsque je remarque rapidement des problèmes avec mes chiens, c'est pourquoi j'en sais tant sur eux. Même lorsque je dois aborder des personnes que je ne connais pas, je ne peux m'empêcher de les mettre en garde contre la sécurité de leur chien non vacciné en présence d'autres animaux. Lorsque des propriétaires de chiens frustrés se défoulent sur leurs animaux en les étouffant ou en utilisant des techniques de dressage démodées, j'en frémis. On a déjà constaté une augmentation des abandons d'animaux de compagnie en raison de la soudaine pandémie et parce que les gens croient qu'ils peuvent soulager leur solitude en prenant un nouvel animal. S'il est possible qu'un chien puisse nous aider à lutter contre la solitude, nous n'en sommes pas certains. L'anthro zoologiste Hal Herzog affirme : "Nous manquons de preuves." Bien qu'il semble contradictoire, le scepticisme de Herzog est tout à fait justifié, car il affirme que les résultats ne sont pas concluants. Ces résultats sont en contradiction avec les affirmations de l'industrie des produits pour animaux de compagnie, qui affirme que les personnes qui ne possèdent pas d'animaux ne sont pas moins seules que celles qui en possèdent. La socialisation fait cruellement défaut. Les inquiétudes concernant le manque de socialisation des "chiots pandémiques" sont les plus vives parmi les chercheurs. Le comportement et le bien-être émotionnel des chiens sont profondément affectés par ces liens sociaux. En général, peu de propriétaires permettent à leurs chiots de s'inscrire à des cours de dressage, un excellent moyen de tisser un lien étroit. Comme l'enfermement ne fera qu'aggraver la situation, on peut supposer que. Le Dr James Serpell, expert en comportement canin de l'université de Pennsylvanie, confirme que nous avons peut-être affaire à une sorte d'épidémie". Le C-BARQ est un outil d'évaluation de la personnalité et du comportement des chiens. Cet organisme a compilé des données sur plus de 60 000 chiens de races pures et de races mixtes. Mme Serpell conseille de ne pas adopter un chiot qui n'a pas été socialisé : De nouvelles expériences pourraient rendre certains individus plus agressifs, même envers les humains. Il est possible que si un chien a passé beaucoup de temps seul, il souffre du syndrome d'anxiété de la séparation, ce qui se traduit par des comportements comme uriner ou déféquer dans la maison. Dernier point, mais non le moindre, l'abandon. Avec la portée de chiots d'aujourd'hui, les chenils de demain pourraient être remplis. Pour souligner le caractère contradictoire de cette affirmation, M. Serpell note l'ironie qui suit : "si le propriétaire agit de manière responsable pendant la pandémie, son chien ne sera pas socialisé". Ainsi, le fait d'être en conformité avec le confinement pourrait amener les chiens à faire preuve d'un comportement irrespectueux. une société complètement immergée dans l'amour des animaux D'autre part, nous devons également prendre en considération "l'influence positive des animaux de compagnie", la croyance que les animaux nous font du bien. Une étude a révélé que les personnes qui possèdent un chien ont une tension artérielle plus basse, sont moins stressées et ont un meilleur bien-être émotionnel. Herzog n'a cessé de tirer la sonnette d'alarme. Il affirme que la recherche anthropologique est susceptible d'être biaisée. Alors que de nombreuses études montrent que les animaux de compagnie peuvent être bénéfiques pour une personne, d'autres études montrent que "les animaux de compagnie n'ont aucun impact, même minime, sur la santé." Cependant, le progrès scientifique est-il important ? Nous sommes une société qui aime les animaux de compagnie. Les deux tiers des ménages canadiens ont leur propre chien ou chat. Avoir un ami qui vous aime et vous accepte inconditionnellement est une expérience agréable. Grâce à la récente épidémie de grippe, je suis en mesure de passer plus de temps avec mon labrador de 13 ans, Grasshopper. Grasshopper est extrêmement bien élevé. Il est probable que cet essai décrit ma vie universitaire, marquée par des recherches rigoureuses, de grandes quantités de données et des théories complexes sur les relations entre les chiens et les humains. En fin de compte, un chien n'est toujours qu'un chien. Parfois, la meilleure option est d'ignorer le chien qui dort déjà.
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.