Vendredi 22 octobre, le chanteur sétois, Georges Brassens, aurait eu 100 ans. Ca se fête !
 
A Sète, des centaines de personnes viennent chaque jour lui rendre hommage sur sa tombe ! Saviez-vous q’un pin parasol, planté par ses amis le 31 octobre 1981 au pied de sa dernière demeure, est désormais adulte.
 
Brassens a marqué son époque par son regard incisif sur notre société. Il a su la bousculer, la questionner et la mettre en poésie. Ce centenaire, en plus de l’anniversaire festif auquel sont conviés tous les Sétois, va permettre de jeter un premier regard historique sur l’œuvre et l’homme dans son siècle, avec en fil conducteur, cette liberté individuelle si chère à l’artiste. Les célébrations de ce centenaire, qui vont s’étaler de juin à décembre, mettront à l’honneur les événements de la Ville, des festivals et associations avec le soutien du ministère de la Culture, de la région Occitanie, de Sète Agglopôle Méditerranée, de la Métropole de Montpellier et Port Sud de France.
 
Une miniguitare, des pipes, des galets…
 
Tous ces amis venus faire d’affectueuses révérences sur sa concession se trompent parfois d’aiguillage. Au cimetière marin, il n’est pas rare de voir des gens en quête de l’ami Georges. Sauf qu’il n’est pas enterré sur les pentes du mont Saint-Clair, pas davantage que sur la plage de la corniche d’ailleurs. Mais à l’autre bout de l’île Singulière, ce surnom que Frédéric Mistral avait donné à la ville, au cimetière du Py, le plus ancien cimetière de la ville. Avec vue directe sur l’étang de Thau, où il aimait naviguer. 
 
Et si son caveau de famille en plus de n’être pas tout neuf, passe inaperçu, il suffit de lever les yeux pour repérer sa dernière demeure. Le 31 octobre 1981, jour de son inhumation, ses amis ont planté un pin parasol, devenu adulte. Le seul au milieu d’un alignement de cyprès. Sur sa tombe, à y regarder de plus près, les hommages ne manquent pas. Une guitare miniature, des pipes, des galets délicatement posés sur la pierre tombale sur lesquels sont inscrites de jolies pensées.
 
 
Une tombe simple, loin du star system.
 
 
close

Oh salut toi 👋
Ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières nouvelles dans votre boîte de réception, tous les jours.

Share on
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

100 ANS DE GEORGES BRASSENS

Advertisement

100 ANS DE GEORGES BRASSENS

Advertisement

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut toi 👋
Ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières nouvelles dans votre boîte de réception, tous les jours.

100 ANS DE GEORGES BRASSENS

Advertisement

Suis nous sur instagram!

Apple Watch série 6

100 ANS DE GEORGES BRASSENS

Publicité

Pasted Graphic 4

100 ANS DE GEORGES BRASSENS

Vendredi 22 octobre, le chanteur sétois, Georges Brassens, aurait eu 100 ans. Ca se fête ! A Sète, des centaines de personnes viennent chaque jour lui rendre hommage sur sa tombe ! Saviez-vous q’un pin parasol, planté par ses amis le 31 octobre 1981 au pied de sa dernière demeure, est désormais adulte. Brassens a marqué son époque par son regard incisif sur notre société. Il a su la bousculer, la questionner et la mettre en poésie. Ce centenaire, en plus de l’anniversaire festif auquel sont conviés tous les Sétois, va permettre de jeter un premier regard historique sur l’œuvre et l’homme dans son siècle, avec en fil conducteur, cette liberté individuelle si chère à l’artiste. Les célébrations de ce centenaire, qui vont s’étaler de juin à décembre, mettront à l’honneur les événements de la Ville, des festivals et associations avec le soutien du ministère de la Culture, de la région Occitanie, de Sète Agglopôle Méditerranée, de la Métropole de Montpellier et Port Sud de France. Une miniguitare, des pipes, des galets… Tous ces amis venus faire d’affectueuses révérences sur sa concession se trompent parfois d’aiguillage. Au cimetière marin, il n’est pas rare de voir des gens en quête de l’ami Georges. Sauf qu’il n’est pas enterré sur les pentes du mont Saint-Clair, pas davantage que sur la plage de la corniche d’ailleurs. Mais à l’autre bout de l’île Singulière, ce surnom que Frédéric Mistral avait donné à la ville, au cimetière du Py, le plus ancien cimetière de la ville. Avec vue directe sur l’étang de Thau, où il aimait naviguer.  Et si son caveau de famille en plus de n’être pas tout neuf, passe inaperçu, il suffit de lever les yeux pour repérer sa dernière demeure. Le 31 octobre 1981, jour de son inhumation, ses amis ont planté un pin parasol, devenu adulte. Le seul au milieu d’un alignement de cyprès. Sur sa tombe, à y regarder de plus près, les hommages ne manquent pas. Une guitare miniature, des pipes, des galets délicatement posés sur la pierre tombale sur lesquels sont inscrites de jolies pensées.  Une tombe simple, loin du star system.  
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

100 ANS DE GEORGES BRASSENS

Advertisement

100 ANS DE GEORGES BRASSENS

Advertisement

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut toi 👋
Ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières nouvelles dans votre boîte de réception, tous les jours.

100 ANS DE GEORGES BRASSENS

Advertisement

Suis nous sur instagram!

Apple Watch série 6

100 ANS DE GEORGES BRASSENS

Publicité

Oh hi there 👋
It’s nice to meet you.

Sign up to receive latest news in your inbox, every day.