Wall Street a terminé une séance morose en baisse totale lundi 7 mars, inquiète de la flambée des prix du pétrole, ainsi que de l’impact sur l’économie mondiale de la crise en Ukraine et des sanctions contre la Russie.

Selon les résultats définitifs à la clôture, l’indice Dow Jones a perdu 2,37 % à 32 817,38 points.

Le Nasdaq est passé sous la barre des 13 000 points le 23 février. L’indice à dominante technologique a plongé de 3,62% à 12 830,96 points.

Le S&P 500 a cédé 2,95% à 4 201,09 points, largement dans la zone de correction, l’indice élargi ayant perdu plus de 10% depuis le début de l’année.

“Les marchés mondiaux restent nerveux et averses au risque en raison de la guerre” en Ukraine, ont indiqué les analystes de Schwab. “La nervosité continue de croître dans un contexte d’aggravation de l’inflation alors que les prix du pétrole continuent de s’envoler”, ont-ils ajouté.

Le baril de Brent de la mer du Nord a frôlé les 140 dollars dans les premiers échanges asiatiques, pour finir en hausse de 4,31% à 123,21 dollars.

Quant au baril de West Texas Intermediate (WTI), il a clôturé à 119,40 USD, après avoir franchi les 130 USD en début de séance.

Les effets de la crise en Ukraine

La guerre en Ukraine a également pesé sur l’euro, qui est tombé en cours de séance à 1,0806 USD, tandis que le billet vert a atteint un plus haut depuis près de deux ans face aux principales devises.

En Bourse, à l’exception du secteur de l’énergie (+1,57%) et des services publics (+1,31%), tous les secteurs du S&P 500 ont terminé dans le rouge, dont -4,80% pour les produits de consommation, alors que l’inflation galopante guette.

Les services de communication, les technologies de communication et les services financiers ont tous perdu plus de 3,50 %.

La probabilité d’une inflation des prix du carburant a fait plonger les actions des compagnies de croisière comme Royal Caribbean (-9,09 %) et Norwegian Cruise (-11,56 %).

Les mêmes inquiétudes concernant le coût du kérosène ont fait chuter les actions de compagnies aériennes telles que Delta Airlines (-12,78% à 30,11 USD) ou United Airlines (-15% à 31,20 USD).

Même si le secteur est affecté par les sanctions, les grands noms des semi-conducteurs ont fortement chuté comme AMD (-5%), Nvidia (-6,91%), Qualcomm (-7,49%).

Les leaders du Nasdaq ont également souffert comme Amazon (-5,62% à 2 749,06 dollars) et Meta (Facebook, -6,29% à 187,47 dollars) et Google (Alphabet, -4,28% à 2 529,29 dollars).

Visa (-4,79% à 190,70 USD), Mastercard (-5,39% à 312,92 USD) et Paypal (-6,31% à 93,61 USD) ont également reculé après l’annonce de la suspension de leurs opérations en Russie.

Petite éclaircie dans l’espace, la chaîne de magasins de produits pour la maison Bed Bath and Beyond a connu une séance sans précédent, grimpant de 34,18% à 21,71 USD, après que le patron de GameStop, Ryan Cohen, a révélé détenir une participation de près de 10% dans la société.

L’indice Vix, qui reflète l’anxiété et la volatilité du marché, a grimpé à son plus haut niveau depuis l’entrée en fonction de Joe Biden en janvier 2021.

 

close

Oh salut toi 👋
Ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières nouvelles dans votre boîte de réception, tous les jours.

Share on
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Wall Street est nerveuse et termine en forte baisse

Advertisement

Wall Street est nerveuse et termine en forte baisse

Advertisement

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut toi 👋
Ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières nouvelles dans votre boîte de réception, tous les jours.

Wall Street est nerveuse et termine en forte baisse

Advertisement

Suis nous sur instagram!

Starbucks

Wall Street est nerveuse et termine en forte baisse

Advertisment

unnamed - 2022-01-24T152926.371

Wall Street est nerveuse et termine en forte baisse

 

Wall Street a terminé une séance morose en baisse totale lundi 7 mars, inquiète de la flambée des prix du pétrole, ainsi que de l'impact sur l'économie mondiale de la crise en Ukraine et des sanctions contre la Russie.

Selon les résultats définitifs à la clôture, l'indice Dow Jones a perdu 2,37 % à 32 817,38 points.

Le Nasdaq est passé sous la barre des 13 000 points le 23 février. L'indice à dominante technologique a plongé de 3,62% à 12 830,96 points.

Le S&P 500 a cédé 2,95% à 4 201,09 points, largement dans la zone de correction, l'indice élargi ayant perdu plus de 10% depuis le début de l'année.

"Les marchés mondiaux restent nerveux et averses au risque en raison de la guerre" en Ukraine, ont indiqué les analystes de Schwab. "La nervosité continue de croître dans un contexte d'aggravation de l'inflation alors que les prix du pétrole continuent de s'envoler", ont-ils ajouté.

Le baril de Brent de la mer du Nord a frôlé les 140 dollars dans les premiers échanges asiatiques, pour finir en hausse de 4,31% à 123,21 dollars.

Quant au baril de West Texas Intermediate (WTI), il a clôturé à 119,40 USD, après avoir franchi les 130 USD en début de séance.

Les effets de la crise en Ukraine

La guerre en Ukraine a également pesé sur l'euro, qui est tombé en cours de séance à 1,0806 USD, tandis que le billet vert a atteint un plus haut depuis près de deux ans face aux principales devises.

En Bourse, à l'exception du secteur de l'énergie (+1,57%) et des services publics (+1,31%), tous les secteurs du S&P 500 ont terminé dans le rouge, dont -4,80% pour les produits de consommation, alors que l'inflation galopante guette.

Les services de communication, les technologies de communication et les services financiers ont tous perdu plus de 3,50 %.

La probabilité d'une inflation des prix du carburant a fait plonger les actions des compagnies de croisière comme Royal Caribbean (-9,09 %) et Norwegian Cruise (-11,56 %).

Les mêmes inquiétudes concernant le coût du kérosène ont fait chuter les actions de compagnies aériennes telles que Delta Airlines (-12,78% à 30,11 USD) ou United Airlines (-15% à 31,20 USD).

Même si le secteur est affecté par les sanctions, les grands noms des semi-conducteurs ont fortement chuté comme AMD (-5%), Nvidia (-6,91%), Qualcomm (-7,49%).

Les leaders du Nasdaq ont également souffert comme Amazon (-5,62% à 2 749,06 dollars) et Meta (Facebook, -6,29% à 187,47 dollars) et Google (Alphabet, -4,28% à 2 529,29 dollars).

Visa (-4,79% à 190,70 USD), Mastercard (-5,39% à 312,92 USD) et Paypal (-6,31% à 93,61 USD) ont également reculé après l'annonce de la suspension de leurs opérations en Russie.

Petite éclaircie dans l'espace, la chaîne de magasins de produits pour la maison Bed Bath and Beyond a connu une séance sans précédent, grimpant de 34,18% à 21,71 USD, après que le patron de GameStop, Ryan Cohen, a révélé détenir une participation de près de 10% dans la société.

L'indice Vix, qui reflète l'anxiété et la volatilité du marché, a grimpé à son plus haut niveau depuis l'entrée en fonction de Joe Biden en janvier 2021.

 

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Wall Street est nerveuse et termine en forte baisse

Advertisement

Wall Street est nerveuse et termine en forte baisse

Advertisement

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut toi 👋
Ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières nouvelles dans votre boîte de réception, tous les jours.

Wall Street est nerveuse et termine en forte baisse

Advertisement

Suis nous sur instagram!

Starbucks

Wall Street est nerveuse et termine en forte baisse

Advertisment

Oh hi there 👋
It’s nice to meet you.

Sign up to receive latest news in your inbox, every day.