Toutes les informations sur le Covid 19 en France le 20 Mai

LES CHIFFRES DE L’ÉPIDÉMIE DES 24 DERNIÈRES HEURES EN FRANCE

 

Comme depuis plusieurs jours, les indicateurs de l’épidémie continuent de baisser fortement. Selon les chiffres de Santé publique France (SPF), 20.750 personnes demeurent hospitalisées jeudi (-597 par rapport à la veille), dont 3769 en soins critiques (-93). 137 décès ont été recensés lors des 24 dernières heures.

 

DARMANIN PROMET UN CONTRÔLE PLUS STRICT DU COUVRE-FEU À 21H

 

En visite à Nantes jeudi, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a demandé aux forces de l’ordre une “grande fermeté pour ceux qui ne respectent pas le couvre-feu” à 21h. “Il faut respecter les gestes barrière, il faut respecter les horaires de ce couvre-feu et il faut respecter les jauges que nous avons mises en place”, a-t-il expliqué. “Effectivement, la police et la gendarmerie ont pour consignes à 21h d’intervenir, de faire fermer les commerces, de faire partir les personnes et de les verbaliser.”

 

PLUS DE 670.000 DOSES ADMINISTRÉES JEUDI, UN RECORD

 

672.339 injections ont été réalisées en France jeudi, un record depuis le début de la vaccination, dont 506.958 premières doses administrées. 

 

Depuis le début de la campagne de vaccination en France, 22.062.474 personnes ont reçu au moins une injection (soit 32,9% de la population totale et 42 % de la population majeure) et 9.426.373 personnes ont reçu deux injections (soit 14,1% de la population totale et 17,9% de la population majeure).

 

LES ANTICORPS PERSISTENT “JUSQU’À 13 MOIS APRÈS” UNE INFECTION

 

Les anticorps dirigés contre la protéine spike du virus du Covid-19 persistent “jusqu’à 13 mois après l’infection”, selon une étude du CHU de Strasbourg dévoilée jeudi, qui n’a pas encore été publiée dans une revue scientifique. Une étude italienne publiée début mai avait annoncé que les anticorps neutralisant le Covid-19 restaient dans le sang pendant au moins 8 mois après une infection.

 

L’étude strasbourgeoise, conduite notamment par la biologiste Floriane Gallais et pilotée par la professeure Samira Fafi-Kremer, a suivi pendant plus d’un an 1309 personnes, dont 393 avaient déjà contracté le Covid-19.  Sur ce dernier groupe, “un an après l’infection, 97% des individus ont gardé leurs anticorps anti-S”, dirigés contre la protéine spike, pointe à la surface du virus qui lui permet de s’attaquer aux cellules humaines, indique un communiqué du CHU.

 

LA TOUR EIFFEL ROUVRIRA LE 16 JUILLET

 

La tour Eiffel, fermée depuis le 29 octobre en raison de la crise sanitaire, rouvrira le 16 juillet au public avec une jauge de 25% dans ses ascenseurs. La capacité d’accueil sera cet été de 10.000 visiteurs par jour, soit le même niveau de fréquentation qu’à l’été 2020, contre 25.000 avant crise, a annoncé à l’AFP la Sete (Société d’exploitation de la tour Eiffel) qui prévoit un déficit d’environ 70 millions d’euros pour 2021 et envisage une recapitalisation. 

   

La billetterie rouvrira le 1er juin, a précisé le président de la Sete Jean-François Martins, qui mise sur deux tiers de réservations en ligne. La vente physique des billets aux pieds de la Dame de fer, l’un des monuments les plus fréquentés au monde dans l’ère pré-Covid, restera possible à la réouverture. L’ensemble des étages sera accessible au public, hormis quelques zones de chantier, notamment au deuxième étage. 

 

LES PROFESSIONS “PRIORITAIRES” ÉLIGIBLES À LA VACCINATION LE 24 MAI

 

Dès le 24 mai, les professions “prioritaires”, publiques ou privées, seront éligibles à la vaccination, a annoncé jeudi le Premier ministre Jean Castex. À partir de lundi prochain, ces professions y auront donc accès sans limite d’âge.

 

Parmi les professions “prioritaires” listées par Matignon figurent les enseignants et “agents au contact des élèves”, professionnels de la petite enfance, assistants familiaux, professionnels de la protection judiciaire de la jeunesse, protection de l’enfance, de l’hébergement d’urgence, les policiers nationaux et municipaux, gendarmes, agents de sécurité, surveillants pénitentiaires, militaires en opération sentinelle et les douaniers de la branche surveillance.

 

Sont également concernés les conducteurs de bus, personnels de bord de ferry, facteurs et livreurs, conducteurs routiers, chauffeurs de taxi, contrôleurs de transports publics, agents de nettoyage, les salariés et chefs d’entreprise des commerces d’alimentation, dont les caissières, buralistes, personnels d’hôtels, cafés et restaurants, professionnels des services funéraires, personnels des abattoirs, agents de l’inspection du travail, salariés de l’évènementiel ainsi que les salariés des salles de sport.

 

LES FRANÇAIS GÉNÉREUX EN 2020 MALGRÉ LA CRISE SANITAIRE

 

France générosités, syndicat professionnel d’organismes faisant appel à la charité, rapporte dans son baromètre annuel publié jeudi une hausse exceptionnelle des dons des Français en 2020 dans le contexte de crise sanitaire, de 13,7%, pour un volume total de plus d’un milliard d’euros. Il s’est basé sur les données de collecte de 56 de ses membres (Secours populaire, Amnesty International, Croix Rouge, Fondation Abbé Pierre, etc.). Son baromètre ne représente que “près d’un tiers de la collecte annuelle nationale”, selon elle. 

 

La hausse la plus forte (+45%) concerne le segment “Solidarité France”, qui regroupe l’aide aux plus démunis, alors que certaines associations estiment en octobre 2020 à un million le nombre de pauvres supplémentaires du fait de la crise. La France en comptait 9,3 millions en 2018, derniers chiffres officiels. Cette progression générale a été portée par les dons ponctuels, en augmentation de 19,6% (+5,1% pour ceux par prélèvement automatique). Les dons en ligne ont crû de 72%. Ils représentent désormais 26% du total des dons regroupés par le baromètre, créé en 2004.

Share on
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Toutes les informations sur le Covid 19 en France le 20 Mai

LES CHIFFRES DE L'ÉPIDÉMIE DES 24 DERNIÈRES HEURES EN FRANCE

 

Comme depuis plusieurs jours, les indicateurs de l'épidémie continuent de baisser fortement. Selon les chiffres de Santé publique France (SPF), 20.750 personnes demeurent hospitalisées jeudi (-597 par rapport à la veille), dont 3769 en soins critiques (-93). 137 décès ont été recensés lors des 24 dernières heures.

 

DARMANIN PROMET UN CONTRÔLE PLUS STRICT DU COUVRE-FEU À 21H

 

En visite à Nantes jeudi, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a demandé aux forces de l'ordre une "grande fermeté pour ceux qui ne respectent pas le couvre-feu" à 21h. "Il faut respecter les gestes barrière, il faut respecter les horaires de ce couvre-feu et il faut respecter les jauges que nous avons mises en place", a-t-il expliqué. "Effectivement, la police et la gendarmerie ont pour consignes à 21h d'intervenir, de faire fermer les commerces, de faire partir les personnes et de les verbaliser."

 

PLUS DE 670.000 DOSES ADMINISTRÉES JEUDI, UN RECORD

 

672.339 injections ont été réalisées en France jeudi, un record depuis le début de la vaccination, dont 506.958 premières doses administrées. 

 

Depuis le début de la campagne de vaccination en France, 22.062.474 personnes ont reçu au moins une injection (soit 32,9% de la population totale et 42 % de la population majeure) et 9.426.373 personnes ont reçu deux injections (soit 14,1% de la population totale et 17,9% de la population majeure).

 

LES ANTICORPS PERSISTENT "JUSQU'À 13 MOIS APRÈS" UNE INFECTION

 

Les anticorps dirigés contre la protéine spike du virus du Covid-19 persistent "jusqu'à 13 mois après l'infection", selon une étude du CHU de Strasbourg dévoilée jeudi, qui n'a pas encore été publiée dans une revue scientifique. Une étude italienne publiée début mai avait annoncé que les anticorps neutralisant le Covid-19 restaient dans le sang pendant au moins 8 mois après une infection.

 

L'étude strasbourgeoise, conduite notamment par la biologiste Floriane Gallais et pilotée par la professeure Samira Fafi-Kremer, a suivi pendant plus d'un an 1309 personnes, dont 393 avaient déjà contracté le Covid-19.  Sur ce dernier groupe, "un an après l'infection, 97% des individus ont gardé leurs anticorps anti-S", dirigés contre la protéine spike, pointe à la surface du virus qui lui permet de s'attaquer aux cellules humaines, indique un communiqué du CHU.

 

LA TOUR EIFFEL ROUVRIRA LE 16 JUILLET

 

La tour Eiffel, fermée depuis le 29 octobre en raison de la crise sanitaire, rouvrira le 16 juillet au public avec une jauge de 25% dans ses ascenseurs. La capacité d'accueil sera cet été de 10.000 visiteurs par jour, soit le même niveau de fréquentation qu'à l'été 2020, contre 25.000 avant crise, a annoncé à l'AFP la Sete (Société d'exploitation de la tour Eiffel) qui prévoit un déficit d'environ 70 millions d'euros pour 2021 et envisage une recapitalisation. 

   

La billetterie rouvrira le 1er juin, a précisé le président de la Sete Jean-François Martins, qui mise sur deux tiers de réservations en ligne. La vente physique des billets aux pieds de la Dame de fer, l'un des monuments les plus fréquentés au monde dans l'ère pré-Covid, restera possible à la réouverture. L'ensemble des étages sera accessible au public, hormis quelques zones de chantier, notamment au deuxième étage. 

 

LES PROFESSIONS "PRIORITAIRES" ÉLIGIBLES À LA VACCINATION LE 24 MAI

 

Dès le 24 mai, les professions "prioritaires", publiques ou privées, seront éligibles à la vaccination, a annoncé jeudi le Premier ministre Jean Castex. À partir de lundi prochain, ces professions y auront donc accès sans limite d'âge.

 

Parmi les professions "prioritaires" listées par Matignon figurent les enseignants et "agents au contact des élèves", professionnels de la petite enfance, assistants familiaux, professionnels de la protection judiciaire de la jeunesse, protection de l'enfance, de l'hébergement d'urgence, les policiers nationaux et municipaux, gendarmes, agents de sécurité, surveillants pénitentiaires, militaires en opération sentinelle et les douaniers de la branche surveillance.

 

Sont également concernés les conducteurs de bus, personnels de bord de ferry, facteurs et livreurs, conducteurs routiers, chauffeurs de taxi, contrôleurs de transports publics, agents de nettoyage, les salariés et chefs d'entreprise des commerces d'alimentation, dont les caissières, buralistes, personnels d'hôtels, cafés et restaurants, professionnels des services funéraires, personnels des abattoirs, agents de l'inspection du travail, salariés de l'évènementiel ainsi que les salariés des salles de sport.

 

LES FRANÇAIS GÉNÉREUX EN 2020 MALGRÉ LA CRISE SANITAIRE

 

France générosités, syndicat professionnel d'organismes faisant appel à la charité, rapporte dans son baromètre annuel publié jeudi une hausse exceptionnelle des dons des Français en 2020 dans le contexte de crise sanitaire, de 13,7%, pour un volume total de plus d'un milliard d'euros. Il s'est basé sur les données de collecte de 56 de ses membres (Secours populaire, Amnesty International, Croix Rouge, Fondation Abbé Pierre, etc.). Son baromètre ne représente que "près d'un tiers de la collecte annuelle nationale", selon elle. 

 

La hausse la plus forte (+45%) concerne le segment "Solidarité France", qui regroupe l'aide aux plus démunis, alors que certaines associations estiment en octobre 2020 à un million le nombre de pauvres supplémentaires du fait de la crise. La France en comptait 9,3 millions en 2018, derniers chiffres officiels. Cette progression générale a été portée par les dons ponctuels, en augmentation de 19,6% (+5,1% pour ceux par prélèvement automatique). Les dons en ligne ont crû de 72%. Ils représentent désormais 26% du total des dons regroupés par le baromètre, créé en 2004.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.