Aucune surprise pour Air France-KLM, qui a bouclé une année 2020 catastrophique suite à l’épidémie de covidés qui a cloué au sol les avions du monde entier.


La compagnie aérienne franco-néerlandaise a annoncé une perte de 7,1 milliards d’euros l’an dernier, évoquant un choc “sans précédent”. La perte a été gonflée par une dépréciation de la flotte d’avions de 672 millions d’euros, en raison de la fin de l’exploitation des gros porteurs Airbus A380, A340 et Boeing 747. Et le groupe a également subi une perte “énorme” de 595 millions d’euros en raison d’achats anticipés de kérosène.

Les revenus ont connu une baisse spectaculaire de 59% par rapport à 2019, à 11,1 milliards d’euros, a indiqué jeudi le groupe dans un communiqué. Sur l’ensemble de l’année, Air France-KLM a perdu 67,3% des passagers de 2019, une tendance aggravée sur le seul quatrième trimestre (-75,9%), soit pas moins de 70 millions de passagers en moins.

” L’année 2020 a été une année noire et a mis le groupe Air France-KLM à l’épreuve de la plus grave crise jamais connue par le secteur aérien, a déclaré le PDG Ben Smith.

Cet effondrement de l’activité, “ce sont des ordres de grandeur qui donnent un peu le vertige”, a reconnu le directeur financier du groupe, Frédéric Gagey.

Le début de l’année 2021 est “difficile”, avec une visibilité “limitée” sur la reprise, le groupe confirme son intention de supprimer 6 000 postes supplémentaires en équivalent temps plein “dans les années à venir”. Air France-KLM a réduit ses effectifs de 10%, soit 8 700 postes équivalents temps plein, en 2020.

Cependant, grâce à la réouverture des frontières au Canada puis aux États-Unis, les compagnies du groupe ont vu leurs lignes long-courriers rentables reprendre de la vigueur au quatrième trimestre.

Il faut se souvenir qu’Air France-KLM a reçu l’an dernier 10,4 milliards d’euros de prêts et de garanties de la France et des Pays-Bas. Des discussions sont en cours avec l’Union européenne pour une nouvelle enveloppe et sur les contreparties qui pourraient impliquer l’abandon de créneaux horaires dans les aéroports.

 
 
Share on
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

unnamed - 2022-02-17T071227.181

RIEN NE VA PLUS CHEZ AIR FRANCE-KLM

 

Aucune surprise pour Air France-KLM, qui a bouclé une année 2020 catastrophique suite à l'épidémie de covidés qui a cloué au sol les avions du monde entier.


La compagnie aérienne franco-néerlandaise a annoncé une perte de 7,1 milliards d'euros l'an dernier, évoquant un choc "sans précédent". La perte a été gonflée par une dépréciation de la flotte d'avions de 672 millions d'euros, en raison de la fin de l'exploitation des gros porteurs Airbus A380, A340 et Boeing 747. Et le groupe a également subi une perte "énorme" de 595 millions d'euros en raison d'achats anticipés de kérosène.

Les revenus ont connu une baisse spectaculaire de 59% par rapport à 2019, à 11,1 milliards d'euros, a indiqué jeudi le groupe dans un communiqué. Sur l'ensemble de l'année, Air France-KLM a perdu 67,3% des passagers de 2019, une tendance aggravée sur le seul quatrième trimestre (-75,9%), soit pas moins de 70 millions de passagers en moins.

" L'année 2020 a été une année noire et a mis le groupe Air France-KLM à l'épreuve de la plus grave crise jamais connue par le secteur aérien, a déclaré le PDG Ben Smith.

Cet effondrement de l'activité, "ce sont des ordres de grandeur qui donnent un peu le vertige", a reconnu le directeur financier du groupe, Frédéric Gagey.

Le début de l'année 2021 est "difficile", avec une visibilité "limitée" sur la reprise, le groupe confirme son intention de supprimer 6 000 postes supplémentaires en équivalent temps plein "dans les années à venir". Air France-KLM a réduit ses effectifs de 10%, soit 8 700 postes équivalents temps plein, en 2020.

Cependant, grâce à la réouverture des frontières au Canada puis aux États-Unis, les compagnies du groupe ont vu leurs lignes long-courriers rentables reprendre de la vigueur au quatrième trimestre.

Il faut se souvenir qu'Air France-KLM a reçu l'an dernier 10,4 milliards d'euros de prêts et de garanties de la France et des Pays-Bas. Des discussions sont en cours avec l'Union européenne pour une nouvelle enveloppe et sur les contreparties qui pourraient impliquer l'abandon de créneaux horaires dans les aéroports.

  
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.