Révolution économique à Cuba

 

Le ministre cubain de l’Économie, a annoncé qu’il allait autoriser les investissements étrangers dans les commerces de gros et de détail, pour tenter de résoudre les pénuries chroniques que subit le pays.

“Face aux fortes restrictions auxquelles nous faisons face, l’investissement étranger dans le commerce de gros et de détail, avec régulation par l’État, permettra d’élargir et de diversifier l’offre à la population et contribuera au rétablissement de l’industrie nationale”, a tweeté mardi 16 août le ministre de l’Économie, Alejandro Gil.

Le chef du gouvernement cubain conservera toutefois son monopole sur le commerce extérieur. Jusqu’à présent, les investissements étrangers à Cuba n’étaient autorisés que dans la production de biens, les services, ainsi que dans quelques secteurs d’activité comme l’hôtellerie.

D’après, les nouvelles mesures, les entreprises de commerce en gros pourront être à 100% détenus par des investisseurs privés, mais les commerces de détail resteront soumis au régime d’économie mixte en vigueur dans l’île, dans lequel l’État conserve obligatoirement une participation.

Durant l’année 2021, le gouvernement cubain avait déjà autorisé les petites et moyennes entreprises privées, mettant fin à 52 ans de monopole d’État.

Share on
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Cuban money and a cigar

Révolution économique à Cuba

  Le ministre cubain de l'Économie, a annoncé qu'il allait autoriser les investissements étrangers dans les commerces de gros et de détail, pour tenter de résoudre les pénuries chroniques que subit le pays. "Face aux fortes restrictions auxquelles nous faisons face, l'investissement étranger dans le commerce de gros et de détail, avec régulation par l'État, permettra d'élargir et de diversifier l'offre à la population et contribuera au rétablissement de l'industrie nationale", a tweeté mardi 16 août le ministre de l'Économie, Alejandro Gil. Le chef du gouvernement cubain conservera toutefois son monopole sur le commerce extérieur. Jusqu'à présent, les investissements étrangers à Cuba n'étaient autorisés que dans la production de biens, les services, ainsi que dans quelques secteurs d'activité comme l'hôtellerie. D'après, les nouvelles mesures, les entreprises de commerce en gros pourront être à 100% détenus par des investisseurs privés, mais les commerces de détail resteront soumis au régime d'économie mixte en vigueur dans l'île, dans lequel l'État conserve obligatoirement une participation. Durant l'année 2021, le gouvernement cubain avait déjà autorisé les petites et moyennes entreprises privées, mettant fin à 52 ans de monopole d'État.
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.