Une comète est un astre céleste composé d’une tête avec une chevelure ou coma et d’une queue dirigée à l’opposé du soleil. En 1950, l’astronome américain Fred L. Whipple a pu définir que les comètes étaient composées de poussière et de produits volatils contenu à l’intérieur d’un noyau sous forme solide.

Sous l’effet du rayonnement solaire, ces différents composants entrent en action, les gaz et les poussières formant la queue de la comète. La comète possède en fait deux queues, l’une blanche, brillante et plutôt courbe formée de poussière et l’autre bleue, peu brillante et plutôt rectiligne formée de gaz.

A partir de 1914, les scientifiques estiment que les comètes ne viennent pas de l’infini mais présentent une orbite sous la forme d’une ellipse très allongée. En 1932, est évoqué l’existence d’un réservoir à comètes par l’astronome estonien Ernst Öpik, hypothèse qui sera définitivement confirmée par le hollandais Jan Hendrik Oort en 1950, le réservoir se situant à une distance comprise entre 50.000 et 150.000 unités astronomiques du Soleil, une unité astronomique correspondant à 150 millions de kilomètres.

Les comètes sont expulsées de ce réservoir, appelé nuage de Oort, et voyagent dans notre système solaire. Un second réservoir a été identifié plus proche de notre système solaire, située environ au même niveau que Pluton, dans la ceinture de Kuiper.

Il existe trois types de comètes, celles provenant du nuage de Oort avec une orbite de forme elliptique, proche de la parabole et avec une direction d’arrivée quelconque, celles provenant de la ceinture de Kuiper avec orbite ressemblant à une parabole et se situant sur le même plan où circulent les planètes et enfin les comètes périodiques provenant indifféremment des deux réservoirs et ayant subies des perturbations gravitationnelles de Jupiter et Saturne.

Il existe deux types de comètes périodiques, les comètes de la famille de Jupiter qui passent de nombreuses fois près du Soleil, perdent une grande partie de leur réserve de glace et sont au final peu brillantes et peu visibles.

L’autre famille de comètes périodiques est celle de la famille de Halley, elles ont des périodes de passage plus importantes, entre 20 et 200 ans, et sont plus brillantes et plus visibles, comme la comète de Halley visible tous les 76 ans.

http://cometes.obspm.fr/fr/quest-ce-quune-comete.html

Le nuage de Oort est une zone située après Pluton et la ceinture de Kuiper, à la limite de la sphère gravitationnelle du Soleil. Aucune observation n’a jamais été faite de cette zone mais les calculs et les observations des trajectoires des comètes ont permis d’estimer que cette zone constituait un réservoir à noyau de comètes.

Cette zone réservoir a permis à l’astronome Jan Oort d’expliquer pourquoi l’humanité continuait à observer des comètes alors que si elles existaient depuis le début du système solaire et ne se renouvelaient pas, elles auraient dû toutes être détruites au bout d’un certain temps.

Le nuage de Oort pourrait contenir mille milliards de noyaux de comètes, formés à l’époque de la création de du système solaire, il y a cinq milliards d’années dans la région de Neptune. Les noyaux de matière qui gravitaient aux alentours des planètes géantes, Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune au moment de leur création auraient été soumis à des perturbations gravitationnelles qui les auraient repoussés à la limite du système solaire.

Désormais, des noyaux sont régulièrement expulsés du nuage de Oort par de nouvelles influences gravitationnelles périodiques en direction du système solaires où ils deviennent des comètes.

https://www.le-systeme-solaire.net/nuage-de-oort.html

 
 
Share on
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

unnamed - 2022-04-03T094615.588

Quelle est l’origine des comètes ?

 

Une comète est un astre céleste composé d’une tête avec une chevelure ou coma et d’une queue dirigée à l’opposé du soleil. En 1950, l’astronome américain Fred L. Whipple a pu définir que les comètes étaient composées de poussière et de produits volatils contenu à l’intérieur d’un noyau sous forme solide.

Sous l’effet du rayonnement solaire, ces différents composants entrent en action, les gaz et les poussières formant la queue de la comète. La comète possède en fait deux queues, l’une blanche, brillante et plutôt courbe formée de poussière et l’autre bleue, peu brillante et plutôt rectiligne formée de gaz.

A partir de 1914, les scientifiques estiment que les comètes ne viennent pas de l’infini mais présentent une orbite sous la forme d’une ellipse très allongée. En 1932, est évoqué l’existence d’un réservoir à comètes par l’astronome estonien Ernst Öpik, hypothèse qui sera définitivement confirmée par le hollandais Jan Hendrik Oort en 1950, le réservoir se situant à une distance comprise entre 50.000 et 150.000 unités astronomiques du Soleil, une unité astronomique correspondant à 150 millions de kilomètres.

Les comètes sont expulsées de ce réservoir, appelé nuage de Oort, et voyagent dans notre système solaire. Un second réservoir a été identifié plus proche de notre système solaire, située environ au même niveau que Pluton, dans la ceinture de Kuiper.

Il existe trois types de comètes, celles provenant du nuage de Oort avec une orbite de forme elliptique, proche de la parabole et avec une direction d’arrivée quelconque, celles provenant de la ceinture de Kuiper avec orbite ressemblant à une parabole et se situant sur le même plan où circulent les planètes et enfin les comètes périodiques provenant indifféremment des deux réservoirs et ayant subies des perturbations gravitationnelles de Jupiter et Saturne.

Il existe deux types de comètes périodiques, les comètes de la famille de Jupiter qui passent de nombreuses fois près du Soleil, perdent une grande partie de leur réserve de glace et sont au final peu brillantes et peu visibles.

L’autre famille de comètes périodiques est celle de la famille de Halley, elles ont des périodes de passage plus importantes, entre 20 et 200 ans, et sont plus brillantes et plus visibles, comme la comète de Halley visible tous les 76 ans.

http://cometes.obspm.fr/fr/quest-ce-quune-comete.html

Le nuage de Oort est une zone située après Pluton et la ceinture de Kuiper, à la limite de la sphère gravitationnelle du Soleil. Aucune observation n’a jamais été faite de cette zone mais les calculs et les observations des trajectoires des comètes ont permis d’estimer que cette zone constituait un réservoir à noyau de comètes.

Cette zone réservoir a permis à l’astronome Jan Oort d’expliquer pourquoi l’humanité continuait à observer des comètes alors que si elles existaient depuis le début du système solaire et ne se renouvelaient pas, elles auraient dû toutes être détruites au bout d’un certain temps.

Le nuage de Oort pourrait contenir mille milliards de noyaux de comètes, formés à l’époque de la création de du système solaire, il y a cinq milliards d’années dans la région de Neptune. Les noyaux de matière qui gravitaient aux alentours des planètes géantes, Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune au moment de leur création auraient été soumis à des perturbations gravitationnelles qui les auraient repoussés à la limite du système solaire.

Désormais, des noyaux sont régulièrement expulsés du nuage de Oort par de nouvelles influences gravitationnelles périodiques en direction du système solaires où ils deviennent des comètes.

https://www.le-systeme-solaire.net/nuage-de-oort.html

  
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

[mailpoet_form id="1"]