Omicron, le variant qui fait paniquer la planète entière.

 

 Depuis la découverte des premiers cas de la variante Omicron, les gouvernements du monde entier ont fermé leurs frontières par peur.  Classée comme “préoccupante” par l’OMS, la variante Omicron reste un grand mystère pour le monde scientifique.

Sur le plan génétique, cette variante présente un nombre inhabituellement élevé de mutations, dont une trentaine dans la protéine Spike, clé de l’entrée du virus dans l’organisme. D’après l’expérience acquise avec les variants précédents, on sait que certaines de ces mutations peuvent être associées à une transmissibilité accrue et à une moindre efficacité des vaccins.

“Si on se base sur la génétique, effectivement, c’est quelque chose de très particulier qui peut être inquiétant”, a affirmé le 26 novembre à l’AFP Vincent Enough, du Centre national de référence des virus respiratoires de l’Institut Pasteur à Paris.

Les scientifiques sud-africains ont publié ce vendredi, sur la base de l’analyse de 35 670 réinfections identifiées chez près de 2,8 millions d’individus testés positifs, que le risque d’attraper à nouveau le Covid-19 est accru avec la variante Omicron. D’après leurs recherches, elle est trois fois plus contagieuse que les variantes Beta et Delta.

Entre le 1er et le 27 novembre, le risque de réinfection observé était trois fois plus élevé par rapport aux vagues liées aux variants Beta et Delta. “Le variant Omicron est associé à une capacité substantielle à échapper à l’immunité d’une infection antérieure”, conclut l’étude, qui a été mise à disposition jeudi sur le site de prépublication medRxiv mais n’a pas encore été examinée par des pairs.

“Nous pensons qu’une infection antérieure ne protège pas contre Omicron”, avait auparavant déclaré Anne von Gottberg, spécialiste des maladies infectieuses au National Institute of Communicable Diseases (NICD) d’Afrique du Sud. Toutefois, selon les premières observations, les personnes réinfectées par la variante présentaient souvent des symptômes moins graves, a-t-elle précisé.  

“Nous n’avons aucune information sur le statut vaccinal des individus dans nos données, nous ne pouvons donc pas tirer de conclusions sur la capacité d’Omicron à échapper à l’immunité induite par la vaccination”, a prévenu sur Twitter Juliet Pulliam, de l’Université Stellenbosch d’Afrique du Sud, et auteur principal de l’étude. La majorité des experts restent pour l’instant largement prudents sur le sujet.

“Il est urgent d’adopter les vaccins ARN et les boosters aux variantes en circulation”, a déclaré le virologue français Etienne Decroly sur Twitter. S’il est nécessaire de modifier les vaccins existants, nous pourrions les faire approuver d’ici trois à quatre mois”, dès que les fabricants “commenceront à modifier” leurs sérums, a déclaré Emer Cooke, la directrice de l’Agence européenne des médicaments, le 30 novembre.

Pfizer et Johnson & Johnson (J&J) ont déclaré lundi que Moderna et eux-mêmes avaient commencé à travailler sur une nouvelle version de leur vaccin contre le covidien ciblant spécifiquement Omicron, au cas où les vaccins actuels ne seraient pas assez efficaces contre la nouvelle variante.
 
 
Selon l’OMS, le variant est présent à ce jour dans au moins 22 pays, dont quatre pays africains : Ghana, Nigeria, Botswana et Afrique du Sud.  Le nombre de cas officiels de Covid-19 a augmenté de 54% sur le continent sur les sept derniers jours par rapport aux jours précédents, en raison de la hausse exponentielle des contaminations en Afrique du Sud, où il est déjà dominant. Il y a deux semaines, ce pays signalait quelque 300 cas par jour. Mercredi, il a signalé 8561 nouveaux cas, contre 4373 la veille.

En France, neuf cas de contaminations ont pour le moment été rapportés. Après la Réunion, les trois premiers cas détectés en France métropolitaine avaient été annoncés dans la journée de jeudi, en Ile-de-France, dans le Haut-Rhin et en Vendée, à chaque fois chez des voyageurs rentrant d’Afrique. En Europe, des cas ont été détectés dans d’autres pays d’Europe comme l’Espagne, la Suisse, les Pays-Bas, la Norvège, l’Allemagne, la Belgique et le Royaume-Uni.

Aux États-Unis, cinq cas du variant Omicron ont été confirmés jeudi dans l’État de New York, un en Californie, un dans le Minnesota et un à Hawaï, portant à 10 le total de cas confirmés dans le pays.

L’Australie a pour sa part annoncé vendredi trois premiers cas d’Omicron à Sydney, malgré l’interdiction faite aux étrangers d’entrer sur son territoire et les restrictions de vols vers l’Afrique australe.
Share on
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

unnamed - 2021-11-30T134912.967

Omicron, le variant qui fait paniquer la planète entière.

 

 Depuis la découverte des premiers cas de la variante Omicron, les gouvernements du monde entier ont fermé leurs frontières par peur.  Classée comme "préoccupante" par l'OMS, la variante Omicron reste un grand mystère pour le monde scientifique.

Sur le plan génétique, cette variante présente un nombre inhabituellement élevé de mutations, dont une trentaine dans la protéine Spike, clé de l'entrée du virus dans l'organisme. D'après l'expérience acquise avec les variants précédents, on sait que certaines de ces mutations peuvent être associées à une transmissibilité accrue et à une moindre efficacité des vaccins.

"Si on se base sur la génétique, effectivement, c'est quelque chose de très particulier qui peut être inquiétant", a affirmé le 26 novembre à l'AFP Vincent Enough, du Centre national de référence des virus respiratoires de l'Institut Pasteur à Paris.

Les scientifiques sud-africains ont publié ce vendredi, sur la base de l'analyse de 35 670 réinfections identifiées chez près de 2,8 millions d'individus testés positifs, que le risque d'attraper à nouveau le Covid-19 est accru avec la variante Omicron. D'après leurs recherches, elle est trois fois plus contagieuse que les variantes Beta et Delta.

Entre le 1er et le 27 novembre, le risque de réinfection observé était trois fois plus élevé par rapport aux vagues liées aux variants Beta et Delta. "Le variant Omicron est associé à une capacité substantielle à échapper à l'immunité d'une infection antérieure", conclut l'étude, qui a été mise à disposition jeudi sur le site de prépublication medRxiv mais n'a pas encore été examinée par des pairs.

"Nous pensons qu'une infection antérieure ne protège pas contre Omicron", avait auparavant déclaré Anne von Gottberg, spécialiste des maladies infectieuses au National Institute of Communicable Diseases (NICD) d'Afrique du Sud. Toutefois, selon les premières observations, les personnes réinfectées par la variante présentaient souvent des symptômes moins graves, a-t-elle précisé.  

"Nous n'avons aucune information sur le statut vaccinal des individus dans nos données, nous ne pouvons donc pas tirer de conclusions sur la capacité d'Omicron à échapper à l'immunité induite par la vaccination", a prévenu sur Twitter Juliet Pulliam, de l'Université Stellenbosch d'Afrique du Sud, et auteur principal de l'étude. La majorité des experts restent pour l'instant largement prudents sur le sujet.

"Il est urgent d'adopter les vaccins ARN et les boosters aux variantes en circulation", a déclaré le virologue français Etienne Decroly sur Twitter. S'il est nécessaire de modifier les vaccins existants, nous pourrions les faire approuver d'ici trois à quatre mois", dès que les fabricants "commenceront à modifier" leurs sérums, a déclaré Emer Cooke, la directrice de l'Agence européenne des médicaments, le 30 novembre.

Pfizer et Johnson & Johnson (J&J) ont déclaré lundi que Moderna et eux-mêmes avaient commencé à travailler sur une nouvelle version de leur vaccin contre le covidien ciblant spécifiquement Omicron, au cas où les vaccins actuels ne seraient pas assez efficaces contre la nouvelle variante.
  Selon l'OMS, le variant est présent à ce jour dans au moins 22 pays, dont quatre pays africains : Ghana, Nigeria, Botswana et Afrique du Sud.  Le nombre de cas officiels de Covid-19 a augmenté de 54% sur le continent sur les sept derniers jours par rapport aux jours précédents, en raison de la hausse exponentielle des contaminations en Afrique du Sud, où il est déjà dominant. Il y a deux semaines, ce pays signalait quelque 300 cas par jour. Mercredi, il a signalé 8561 nouveaux cas, contre 4373 la veille.

En France, neuf cas de contaminations ont pour le moment été rapportés. Après la Réunion, les trois premiers cas détectés en France métropolitaine avaient été annoncés dans la journée de jeudi, en Ile-de-France, dans le Haut-Rhin et en Vendée, à chaque fois chez des voyageurs rentrant d’Afrique. En Europe, des cas ont été détectés dans d'autres pays d'Europe comme l'Espagne, la Suisse, les Pays-Bas, la Norvège, l'Allemagne, la Belgique et le Royaume-Uni.

Aux États-Unis, cinq cas du variant Omicron ont été confirmés jeudi dans l'État de New York, un en Californie, un dans le Minnesota et un à Hawaï, portant à 10 le total de cas confirmés dans le pays.

L'Australie a pour sa part annoncé vendredi trois premiers cas d'Omicron à Sydney, malgré l'interdiction faite aux étrangers d'entrer sur son territoire et les restrictions de vols vers l'Afrique australe.
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.