Marche arrière pour le Québec concernant la taxe pour les non-vaccins

 


Montréal et Québec changent de cap. Face à la division que crée cette loi au sein de la population québécoise, le premier ministre du Québec, François Legault, a annoncé mardi 1er février l’abandon de la “contribution santé”, une taxe pour les non-vaccinés présentée précédemment.
 
“Nous voyons le mécontentement grandir de jour en jour”, a-t-il expliqué lors d’une conférence de presse.
 
“Pour faire avancer le Québec dans un climat social serein, je vous annonce que le gouvernement ne déposera pas ce projet de loi sur la contribution santé.”

Face à la toll
é sur ce projet de taxe, présenté le 11 janvier, il s’est pourtant voulu “incitatif” pour convaincre les non-vaccinés de franchir le pas et de s’immuniser contre le Covid-19. Il a souhaité que cela représente un “montant significatif”.
 
Selon lui, les 10% de Québécois non vaccinés représentent “un fardeau financier” et ne doivent pas “nuire” aux 90% qui ont été vaccinés. “Ce n’est pas à l’ensemble des Québécois de payer pour cela”, a-t-il déclaré.

Suite à ce ressentiment de la population québécoise et après avoir pris le pouls dans la province canadienne francophone, s’il juge que la vaccination “n’est pas assez” importante, le chef du gouvernement québécois, François Legault, estime que cette idée de taxe “est venue pour diviser les Québécois”.

Les autorités québécoises ont déjà fait marche arrière par le passé, notamment à l’automne 2021 lorsqu’elles voulaient rendre la vaccination obligatoire pour tous les travailleurs de la santé, mais avaient finalement suspendu cette mesure pour ne pas affaiblir un système déjà fragilisé par une pénurie de main-d’œuvre.

Le gouvernement québécois a également annoncé que les activités sportives et artistiques (gymnases, spas, etc.) pour adultes pourront reprendre à partir du 14 février, jusqu’à 25 personnes.
 
Après une fermeture inattendue la veille du Nouvel An, les restaurants ont pu rouvrir lundi et les activités sportives extra scolaires dans les écoles et les universités ont pu reprendre.
 
close

Oh salut toi 👋
Ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières nouvelles dans votre boîte de réception, tous les jours.

Share on
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Marche arrière  pour le Québec concernant la taxe pour les non-vaccins

Advertisement

Marche arrière  pour le Québec concernant la taxe pour les non-vaccins

Advertisement

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut toi 👋
Ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières nouvelles dans votre boîte de réception, tous les jours.

Marche arrière  pour le Québec concernant la taxe pour les non-vaccins

Advertisement

Suis nous sur instagram!

Starbucks

Marche arrière  pour le Québec concernant la taxe pour les non-vaccins

Advertisment

unnamed - 2022-02-03T101700.487

Marche arrière pour le Québec concernant la taxe pour les non-vaccins

 


Montréal et Québec changent de cap. Face à la division que crée cette loi au sein de la population québécoise, le premier ministre du Québec, François Legault, a annoncé mardi 1er février l'abandon de la "contribution santé", une taxe pour les non-vaccinés présentée précédemment.  "Nous voyons le mécontentement grandir de jour en jour", a-t-il expliqué lors d'une conférence de presse.  "Pour faire avancer le Québec dans un climat social serein, je vous annonce que le gouvernement ne déposera pas ce projet de loi sur la contribution santé."

Face à la tollé sur ce projet de taxe, présenté le 11 janvier, il s'est pourtant voulu "incitatif" pour convaincre les non-vaccinés de franchir le pas et de s'immuniser contre le Covid-19. Il a souhaité que cela représente un "montant significatif". Selon lui, les 10% de Québécois non vaccinés représentent "un fardeau financier" et ne doivent pas "nuire" aux 90% qui ont été vaccinés. "Ce n'est pas à l'ensemble des Québécois de payer pour cela", a-t-il déclaré.
Suite à ce ressentiment de la population québécoise et après avoir pris le pouls dans la province canadienne francophone, s'il juge que la vaccination "n'est pas assez" importante, le chef du gouvernement québécois, François Legault, estime que cette idée de taxe "est venue pour diviser les Québécois".

Les autorités québécoises ont déjà fait marche arrière par le passé, notamment à l'automne 2021 lorsqu'elles voulaient rendre la vaccination obligatoire pour tous les travailleurs de la santé, mais avaient finalement suspendu cette mesure pour ne pas affaiblir un système déjà fragilisé par une pénurie de main-d'œuvre.

Le gouvernement québécois a également annoncé que les activités sportives et artistiques (gymnases, spas, etc.) pour adultes pourront reprendre à partir du 14 février, jusqu'à 25 personnes.  Après une fermeture inattendue la veille du Nouvel An, les restaurants ont pu rouvrir lundi et les activités sportives extra scolaires dans les écoles et les universités ont pu reprendre. 
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Marche arrière  pour le Québec concernant la taxe pour les non-vaccins

Advertisement

Marche arrière  pour le Québec concernant la taxe pour les non-vaccins

Advertisement

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut toi 👋
Ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières nouvelles dans votre boîte de réception, tous les jours.

Marche arrière  pour le Québec concernant la taxe pour les non-vaccins

Advertisement

Suis nous sur instagram!

Starbucks

Marche arrière  pour le Québec concernant la taxe pour les non-vaccins

Advertisment

Oh hi there 👋
It’s nice to meet you.

Sign up to receive latest news in your inbox, every day.