C’est la deuxième semaine consécutive de baisse du nombre de tests réalisés sur sept jours, rapporte la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) dans un communiqué. Entre le 17 et le 23 janvier, plus de 10,6 millions de tests PCR et antigéniques ont été réalisés. C’est 6 % de moins que la semaine précédente, qui avait enregistré plus de 11,3 millions de tests.

Pour expliquer cette baisse, qui se ressent encore plus chez les moins de 25 ans. Le bureau des statistiques du ministère de la santé note que 190 000 tests de moins ont été effectués pour les 16-25 ans et 529 000 de moins pour les 0-15 ans. Cette diminution pour cette tranche d’âge pourrait s’expliquer par la modification du protocole de santé dans les écoles. 
 
Au lieu d’un premier test RT-PCR ou antigénique après l’apparition des symptômes ou en cas de contact avec une personne infectée, les élèves peuvent désormais se contenter d’un autotest.

En revanche, la demande d’autotests augmente cette semaine, comme le note Philippe Besset, président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France. Une augmentation également causée par la possibilité pour les enseignants de bénéficier de dix autotests gratuits par mois.

Philippe Besset explique également que la diminution du nombre de PCR et de tests antigéniques peut aussi être corrélée à la transformation du carnet de santé en carnet de vaccination. Pour lui, cela a supprimé “tous les tests réalisés pour le confort, qui n’étaient pas majoritaires mais existaient”. 
 
Selon les chiffres de la Drees, entre le 20 décembre 2021 et le 16 janvier 2022, les 8% de personnes non vaccinées dans la population française âgée de 20 ans ou plus ont représenté 16% des tests PCR positifs chez les personnes symptomatiques.

Même si cette diminution n’est pas très importante, elle pourrait aussi annoncer une diminution de la vague de contaminations provoquée par le variant Omicron. En effet, elle semble suivre le rythme de croissance des cas qui diminue légèrement ces derniers jours. 
 
close

Oh salut toi 👋
Ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières nouvelles dans votre boîte de réception, tous les jours.

Share on
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les raisons pour  expliquer la baisse du nombre de tests

Advertisement

Les raisons pour  expliquer la baisse du nombre de tests

Advertisement

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut toi 👋
Ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières nouvelles dans votre boîte de réception, tous les jours.

Les raisons pour  expliquer la baisse du nombre de tests

Advertisement

Suis nous sur instagram!

Starbucks

Les raisons pour  expliquer la baisse du nombre de tests

Advertisment

Medical worker wearing personal protective equipment doing corona virus swab on female patient - Covid19 test and health care concept

Les raisons pour expliquer la baisse du nombre de tests

 

C'est la deuxième semaine consécutive de baisse du nombre de tests réalisés sur sept jours, rapporte la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees) dans un communiqué. Entre le 17 et le 23 janvier, plus de 10,6 millions de tests PCR et antigéniques ont été réalisés. C'est 6 % de moins que la semaine précédente, qui avait enregistré plus de 11,3 millions de tests.

Pour expliquer cette baisse, qui se ressent encore plus chez les moins de 25 ans. Le bureau des statistiques du ministère de la santé note que 190 000 tests de moins ont été effectués pour les 16-25 ans et 529 000 de moins pour les 0-15 ans. Cette diminution pour cette tranche d'âge pourrait s'expliquer par la modification du protocole de santé dans les écoles.  Au lieu d'un premier test RT-PCR ou antigénique après l'apparition des symptômes ou en cas de contact avec une personne infectée, les élèves peuvent désormais se contenter d'un autotest.

En revanche, la demande d'autotests augmente cette semaine, comme le note Philippe Besset, président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France. Une augmentation également causée par la possibilité pour les enseignants de bénéficier de dix autotests gratuits par mois.

Philippe Besset explique également que la diminution du nombre de PCR et de tests antigéniques peut aussi être corrélée à la transformation du carnet de santé en carnet de vaccination. Pour lui, cela a supprimé "tous les tests réalisés pour le confort, qui n'étaient pas majoritaires mais existaient".  Selon les chiffres de la Drees, entre le 20 décembre 2021 et le 16 janvier 2022, les 8% de personnes non vaccinées dans la population française âgée de 20 ans ou plus ont représenté 16% des tests PCR positifs chez les personnes symptomatiques.

Même si cette diminution n'est pas très importante, elle pourrait aussi annoncer une diminution de la vague de contaminations provoquée par le variant Omicron. En effet, elle semble suivre le rythme de croissance des cas qui diminue légèrement ces derniers jours.  
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les raisons pour  expliquer la baisse du nombre de tests

Advertisement

Les raisons pour  expliquer la baisse du nombre de tests

Advertisement

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut toi 👋
Ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières nouvelles dans votre boîte de réception, tous les jours.

Les raisons pour  expliquer la baisse du nombre de tests

Advertisement

Suis nous sur instagram!

Starbucks

Les raisons pour  expliquer la baisse du nombre de tests

Advertisment

Oh hi there 👋
It’s nice to meet you.

Sign up to receive latest news in your inbox, every day.