Les étudiants vietnamiens sont très attirés par les universités françaises

 

Au sein de l’École supérieure de génie civil d’Hanoï s’est tenu ce jeudi 28 juillet le forum “Étudier en France”.

Le colloque “Étudier en France”, est l’occasion pour les étudiants et lycéens de se projeter dans l’enseignement supérieur français. “Des événements comme le nôtre aujourd’hui sont là pour que les étudiants obtiennent des informations préliminaires et pour que l’idée d’aller étudier en France puisse germer”, explique le Professeur Dinh Hông Vân, doyen du Département de français de l’Université de langues et d’études internationales. “La France et l’Europe sont réputées pour l’exigence et le sérieux de leurs universités, c’est une garantie de qualité pour les étudiants vietnamiens”, détaille-t-il.

Les étudiants peuvent y trouver des conseils pratiques, détails de formalités administratives, mise en garde sur les difficultés potentiellement rencontrées sur place : un petit groupe d’étudiants ayant déjà effectué un échange universitaire en France font un retour d’expérience complet à un amphithéâtre d’élèves attentifs. “Ce forum nous a bien aidé à avoir un aperçu de ce qu’est étudier en France”, témoigne Binh, du lycée Kim Liên. Elle et son groupe d’amis, tous en terminale, ont pour ambition d’aller étudier à Paris.

Le jeune, Thay souhaite par exemple commencer des études d’art : “Ce qui m’attire le plus en France, c’est la richesse culturelle du pays”. Mais d’autres considérations plus terre-à-terre entrent aussi en compte. “Les frais de scolarité sont aussi moins élevé qu’ailleurs et les étudiants étrangers peuvent bénéficier d’aides financières, c’est un enjeu non négligeable pour ma famille”, souligne-t-il.

De plus, “la France fait partie des pays qui ont une politique de mobilité développée depuis des années”, précise Florent Ménard, responsable de Service Campus France à l’échelle nationale, un service dépendant de l’ambassade française. Et d’analyser : “Même si d’autres pays attirent les étudiants comme les États-Unis, l’Australie ou encore le Japon, le fait que l’enseignement supérieur soit de qualité et à un prix abordable en France joue beaucoup pour les familles. De plus, le pays dispose d’une proximité historique avec le Vietnam, ce qui l’aide à conserver une certaine attractivité”.

L’organisation, Service Campus France permet depuis 2005 aux étudiants vietnamiens de postuler à des universités françaises via une procédure dématérialisée. Les élèves candidatent en présentant un Curriculum Vitae et doivent justifier un projet d’étude cohérent. On dénombre environ 6.000 étudiants à venir étudier en France, un nombre légèrement en baisse depuis l’épidémie de COVID-19. Une opportunité de bénéficier d’une expérience enrichissante et utile sur le plan professionnel, comme pour Ai Linh, actuellement à l’Université des sciences et des technologies de Hanoï, qui, dès septembre, va effectuer un master en commerce international à Paris. “Le domaine d’étude dans lequel je suis requiert des connaissances en commerce international, et cet échange est l’opportunité pour moi de progresser dans ma voie”, raconte-t-elle.

Pour le professeur Dinh Hông Vân, “il faut encourager les jeunes à obtenir leur diplôme à l’étranger, et à rester quelques années pour acquérir de l’expérience”. Ce afin de pouvoir “revenir ici, au Vietnam, avec toutes les compétences nécessaires pour aider à construire et à développer notre pays”, conclut-il.

Share on
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les étudiants vietnamiens sont très attirés par les universités françaises

Advertisement

Les étudiants vietnamiens sont très attirés par les universités françaises

Advertisement

Les étudiants vietnamiens sont très attirés par les universités françaises

Advertisement

Suis nous sur instagram!

Starbucks

Les étudiants vietnamiens sont très attirés par les universités françaises

Advertisment

unnamed - 2022-08-09T113111.335

Les étudiants vietnamiens sont très attirés par les universités françaises

  Au sein de l’École supérieure de génie civil d'Hanoï s'est tenu ce jeudi 28 juillet le forum "Étudier en France". Le colloque "Étudier en France", est l’occasion pour les étudiants et lycéens de se projeter dans l’enseignement supérieur français. "Des événements comme le nôtre aujourd'hui sont là pour que les étudiants obtiennent des informations préliminaires et pour que l'idée d’aller étudier en France puisse germer", explique le Professeur Dinh Hông Vân, doyen du Département de français de l’Université de langues et d’études internationales. "La France et l’Europe sont réputées pour l’exigence et le sérieux de leurs universités, c’est une garantie de qualité pour les étudiants vietnamiens", détaille-t-il. Les étudiants peuvent y trouver des conseils pratiques, détails de formalités administratives, mise en garde sur les difficultés potentiellement rencontrées sur place : un petit groupe d’étudiants ayant déjà effectué un échange universitaire en France font un retour d’expérience complet à un amphithéâtre d’élèves attentifs. "Ce forum nous a bien aidé à avoir un aperçu de ce qu’est étudier en France", témoigne Binh, du lycée Kim Liên. Elle et son groupe d’amis, tous en terminale, ont pour ambition d’aller étudier à Paris. Le jeune, Thay souhaite par exemple commencer des études d’art : "Ce qui m’attire le plus en France, c’est la richesse culturelle du pays". Mais d’autres considérations plus terre-à-terre entrent aussi en compte. "Les frais de scolarité sont aussi moins élevé qu’ailleurs et les étudiants étrangers peuvent bénéficier d’aides financières, c’est un enjeu non négligeable pour ma famille", souligne-t-il. De plus, "la France fait partie des pays qui ont une politique de mobilité développée depuis des années", précise Florent Ménard, responsable de Service Campus France à l’échelle nationale, un service dépendant de l’ambassade française. Et d’analyser : "Même si d’autres pays attirent les étudiants comme les États-Unis, l’Australie ou encore le Japon, le fait que l’enseignement supérieur soit de qualité et à un prix abordable en France joue beaucoup pour les familles. De plus, le pays dispose d’une proximité historique avec le Vietnam, ce qui l’aide à conserver une certaine attractivité". L'organisation, Service Campus France permet depuis 2005 aux étudiants vietnamiens de postuler à des universités françaises via une procédure dématérialisée. Les élèves candidatent en présentant un Curriculum Vitae et doivent justifier un projet d’étude cohérent. On dénombre environ 6.000 étudiants à venir étudier en France, un nombre légèrement en baisse depuis l’épidémie de COVID-19. Une opportunité de bénéficier d’une expérience enrichissante et utile sur le plan professionnel, comme pour Ai Linh, actuellement à l’Université des sciences et des technologies de Hanoï, qui, dès septembre, va effectuer un master en commerce international à Paris. "Le domaine d’étude dans lequel je suis requiert des connaissances en commerce international, et cet échange est l’opportunité pour moi de progresser dans ma voie", raconte-t-elle. Pour le professeur Dinh Hông Vân, "il faut encourager les jeunes à obtenir leur diplôme à l’étranger, et à rester quelques années pour acquérir de l’expérience". Ce afin de pouvoir "revenir ici, au Vietnam, avec toutes les compétences nécessaires pour aider à construire et à développer notre pays", conclut-il.
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les étudiants vietnamiens sont très attirés par les universités françaises

Advertisement

Les étudiants vietnamiens sont très attirés par les universités françaises

Advertisement

Les étudiants vietnamiens sont très attirés par les universités françaises

Advertisement

Suis nous sur instagram!

Starbucks

Les étudiants vietnamiens sont très attirés par les universités françaises

Advertisment

[mailpoet_form id="1"]