Les étranges décès d’oligarques russes

 

 

Depuis le début de l’année, huit oligarques russes sont décédés dans des circonstances douteuses, pratiquement tous ayant un lien plus ou moins direct avec la société énergétique Gazprom. Le premier décès enregistré concerne Léonid Shulman. Son suicide a été constaté dans une villa de Leninskoye à côté de Saint-Pétersbourg.

Léonid Shulman était responsable des transports chez Gazprominvest, une société d’investissement et filiale de Gazprom.  L’homme était en arrêt maladie avec une jambe cassée et immobilisée. Dans sa lettre d’explication retrouvée sur place, il indique que la douleur causée par l’appareil d’immobilisation de la jambe, un dispositif Ilizarov, était devenue insoutenable.

La thèse du suicide interroge car les enquêteurs ne sont pas certains de l’authenticité de la lettre et ont constaté la présence de coups de couteaux aux poignets. Léonid Shulman avait fait l’objet d’une enquête interne du service de sécurité de Gazprom fin 2021 suite à la constatation d’irrégularités dans le département des transports.

Le prix des pièces de rechange de la flotte était supérieur au coût moyen constaté et le responsable était informé de cette pratique. Le deuxième suicide concerne Alexander Tyulakov retrouvé dans le même village, surnommé le nid de Gazprom car de nombreux responsables y ont élu domicile. L’homme de 61 ans a été retrouvé dans son garage, il était vice-président et responsable de la sécurité et des ressources humaines au centre de compensation unifié, le centre qui gère les finances de Gazprom.

La police aurait été informé du décès par un appel anonyme et s’est retrouvé sur les lieux en même temps que le service de sécurité de Gazprom. Dans ce cas aussi, un audit interne à Gazprom réalisé fin 2021 aurait révélé des irrégularités. Le troisième décès concerne Mikhail Watford, découvert par son jardinier le 28 février.

L’homme était né Mikhail Toltosheya en Ukraine et avait fait carrière dans le secteur de l’énergie, principalement le gaz et le pétrole, mais n’avait pas de lien apparent avec Gazprom. Le corps a été trouvé dans sa villa du Surrey en Grande-Bretagne, à l’intérieur du parc du Wentworth Club qui avait notamment servi de prison au dictateur Augusto Pinochet dans les années 90.

Certains médias ont indiqué qu’il figurait sur une liste des cibles potentiels de Vladimir Poutine mais cette allégation avait été démenti par l’intéressé. D’autres sources affirment que le suicide est lié à l’invasion de l’Ukraine qui a impacté le moral de Mikhail Watford. Le quatrième décès concerne Vasily Melnikov, retrouvé le 24 mars au matin, qui s’est suicidé après avoir prétendument tué femme et enfants.

Il était le propriétaire de la société pharmaceutique Medstom, sans lien avec Gazprom, et le média ukrainien Glavred a affirmé que l’entreprise avait subi de lourdes pertes en raison de l’invasion de l’Ukraine ce qui l’avait poussé au suicide. D’autres sources indiquent qu’il était en querelle avec un ancien partenaire commercial. Le cinquième suicide concerne Vladislav Avayev retrouvé dans son appartement de luxe à Moscou.

Sa fille Anastasia a découvert son corps le 18 avril avec celui de sa mère et de sa sœur de 13 ans qu’il aurait tuées avant de se suicider. Après avoir fait fortune dans la construction, il avait occupé un poste de directeur adjoint d’un département du Kremlin, puis était devenu banquier et avait été longtemps vice-président de Gazprombank, propriété de Gazprom et de son fonds de pension.

Un vice-président de Gazprom, Igor Volobuev, qui a quitté la Russie pour combattre en Ukraine remet en question la thèse du suicide et affirme qu’il s’agit d’un meurtre, en lien avec les fonctions d’Avayev au sein de Gazprom car il était responsable des VIP qui détiennent un compte, notamment les proches de Vladimir Poutine et peut-être Poutine lui-même.

Le 19 avril, c’est le corps de Sergei Protosenja qui est retrouvé par la police dans la ville côtière de Lloret de Mar en Espagne, lieu de villégiature des russes fortunés. Sergei Protosenja aurait tué sa femme et sa fille avant de se suicider dans sa villa. L’homme a fait carrière chez Novatek entre 1997 et 2015, la plus grande compagnie indépendante gazière de Russie mais dont Gazprom détient 10 à 20%. Il était vice-président de Novatek et ancien chef du département de la comptabilité.

Dans l’entourage de Protosenja, personne ne croit aux meurtres suivis d’un suicide. Le fils survivant a déclaré au Daily Mail qu’il était sûr que son père n’est pas un meurtrier et Igor Volobuev, affirme que la famille Protosenja comme la famille Avayev a été assassinée par le Kremlin.

Le septième décès est annoncé le 1er mai par les agences de presse russes Tass et Interfax qui rapportent qu’Andrei Kurkovski est tombé d’une falaise lors d’une randonnée dans le Caucase, à proximité de Sotchi. Andrei Kurkovski était le directeur général de Krasnaya Polyana, une entreprise qui porte le même nom que la ville et qui a construit l’ensemble des installations des jeux olympiques d’hiver de la station.

L’homme était reconnu pour son talent et son expertise, le ministre russe des ressources naturelles, Alexander Kozlov, indiquait sur Telegram qu’Andrei Kurkovski a fait plus que quiconque pour développer le tourisme dans la région et a fait de Krasnaya Polyana une station balnéaire de haut niveau.

Selon certaines sources, Gazprom aurait dans un premier temps acheté et agrandit la station, puis l’aurait agrandi à nouveau lorsque Sotchi a été choisi pour accueillir les jeux olympiques. Le décès apparaît suspect car Andrei Kurkovski avait des années d’expérience d’escalade et avait notamment gravi le Kilimandjaro et l’Elbrouz.

Enfin, le 9 mai Alexander Subbotin est décédé d’un empoisonnement aux crapauds. Il occupait un poste haut placé chez Lukoil, la deuxième plus grande entreprise de Russie après Gazprom. Il était traité par un chaman de Mytishchi dans la banlieue de Moscou qui a décidé de lui injecter du sang de crapaud comme remède.

Alexander Subbotin ayant fait une crise cardiaque, le chaman lui a donné un sédatif à base de valériane mais l’homme n’a pas survécu. Membre du conseil d’administration de Lukoil, Alexander Subbotin possédait une société de transport maritime, la New Transport Company, dirigée depuis 2020 par son frère, lui-même ayant occupé des postes à responsabilité chez Lukoil. Ces huit morts suspects d’hommes d’affaires ayant pour la plupart des liens avec Gazprom et pour certains avec le Kremlin laissent planer le doute sur les raisons des deuils à répétition qui frappent l’oligarchie russe.

https://fr.businessam.be/les-meurtres-de-gazprom-huit-oligarques-deja-retrouves-morts-depuis-janvier/

 

Share on
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

image (86)

Les étranges décès d’oligarques russes

 

 

Depuis le début de l’année, huit oligarques russes sont décédés dans des circonstances douteuses, pratiquement tous ayant un lien plus ou moins direct avec la société énergétique Gazprom. Le premier décès enregistré concerne Léonid Shulman. Son suicide a été constaté dans une villa de Leninskoye à côté de Saint-Pétersbourg.

Léonid Shulman était responsable des transports chez Gazprominvest, une société d’investissement et filiale de Gazprom.  L’homme était en arrêt maladie avec une jambe cassée et immobilisée. Dans sa lettre d’explication retrouvée sur place, il indique que la douleur causée par l’appareil d’immobilisation de la jambe, un dispositif Ilizarov, était devenue insoutenable.

La thèse du suicide interroge car les enquêteurs ne sont pas certains de l’authenticité de la lettre et ont constaté la présence de coups de couteaux aux poignets. Léonid Shulman avait fait l’objet d’une enquête interne du service de sécurité de Gazprom fin 2021 suite à la constatation d’irrégularités dans le département des transports.

Le prix des pièces de rechange de la flotte était supérieur au coût moyen constaté et le responsable était informé de cette pratique. Le deuxième suicide concerne Alexander Tyulakov retrouvé dans le même village, surnommé le nid de Gazprom car de nombreux responsables y ont élu domicile. L’homme de 61 ans a été retrouvé dans son garage, il était vice-président et responsable de la sécurité et des ressources humaines au centre de compensation unifié, le centre qui gère les finances de Gazprom.

La police aurait été informé du décès par un appel anonyme et s’est retrouvé sur les lieux en même temps que le service de sécurité de Gazprom. Dans ce cas aussi, un audit interne à Gazprom réalisé fin 2021 aurait révélé des irrégularités. Le troisième décès concerne Mikhail Watford, découvert par son jardinier le 28 février.

L’homme était né Mikhail Toltosheya en Ukraine et avait fait carrière dans le secteur de l’énergie, principalement le gaz et le pétrole, mais n’avait pas de lien apparent avec Gazprom. Le corps a été trouvé dans sa villa du Surrey en Grande-Bretagne, à l’intérieur du parc du Wentworth Club qui avait notamment servi de prison au dictateur Augusto Pinochet dans les années 90.

Certains médias ont indiqué qu’il figurait sur une liste des cibles potentiels de Vladimir Poutine mais cette allégation avait été démenti par l’intéressé. D’autres sources affirment que le suicide est lié à l’invasion de l’Ukraine qui a impacté le moral de Mikhail Watford. Le quatrième décès concerne Vasily Melnikov, retrouvé le 24 mars au matin, qui s’est suicidé après avoir prétendument tué femme et enfants.

Il était le propriétaire de la société pharmaceutique Medstom, sans lien avec Gazprom, et le média ukrainien Glavred a affirmé que l’entreprise avait subi de lourdes pertes en raison de l’invasion de l’Ukraine ce qui l’avait poussé au suicide. D’autres sources indiquent qu’il était en querelle avec un ancien partenaire commercial. Le cinquième suicide concerne Vladislav Avayev retrouvé dans son appartement de luxe à Moscou.

Sa fille Anastasia a découvert son corps le 18 avril avec celui de sa mère et de sa sœur de 13 ans qu’il aurait tuées avant de se suicider. Après avoir fait fortune dans la construction, il avait occupé un poste de directeur adjoint d’un département du Kremlin, puis était devenu banquier et avait été longtemps vice-président de Gazprombank, propriété de Gazprom et de son fonds de pension.

Un vice-président de Gazprom, Igor Volobuev, qui a quitté la Russie pour combattre en Ukraine remet en question la thèse du suicide et affirme qu’il s’agit d’un meurtre, en lien avec les fonctions d’Avayev au sein de Gazprom car il était responsable des VIP qui détiennent un compte, notamment les proches de Vladimir Poutine et peut-être Poutine lui-même.

Le 19 avril, c’est le corps de Sergei Protosenja qui est retrouvé par la police dans la ville côtière de Lloret de Mar en Espagne, lieu de villégiature des russes fortunés. Sergei Protosenja aurait tué sa femme et sa fille avant de se suicider dans sa villa. L’homme a fait carrière chez Novatek entre 1997 et 2015, la plus grande compagnie indépendante gazière de Russie mais dont Gazprom détient 10 à 20%. Il était vice-président de Novatek et ancien chef du département de la comptabilité.

Dans l’entourage de Protosenja, personne ne croit aux meurtres suivis d’un suicide. Le fils survivant a déclaré au Daily Mail qu’il était sûr que son père n’est pas un meurtrier et Igor Volobuev, affirme que la famille Protosenja comme la famille Avayev a été assassinée par le Kremlin.

Le septième décès est annoncé le 1er mai par les agences de presse russes Tass et Interfax qui rapportent qu’Andrei Kurkovski est tombé d’une falaise lors d’une randonnée dans le Caucase, à proximité de Sotchi. Andrei Kurkovski était le directeur général de Krasnaya Polyana, une entreprise qui porte le même nom que la ville et qui a construit l’ensemble des installations des jeux olympiques d’hiver de la station.

L’homme était reconnu pour son talent et son expertise, le ministre russe des ressources naturelles, Alexander Kozlov, indiquait sur Telegram qu’Andrei Kurkovski a fait plus que quiconque pour développer le tourisme dans la région et a fait de Krasnaya Polyana une station balnéaire de haut niveau.

Selon certaines sources, Gazprom aurait dans un premier temps acheté et agrandit la station, puis l’aurait agrandi à nouveau lorsque Sotchi a été choisi pour accueillir les jeux olympiques. Le décès apparaît suspect car Andrei Kurkovski avait des années d’expérience d’escalade et avait notamment gravi le Kilimandjaro et l’Elbrouz.

Enfin, le 9 mai Alexander Subbotin est décédé d’un empoisonnement aux crapauds. Il occupait un poste haut placé chez Lukoil, la deuxième plus grande entreprise de Russie après Gazprom. Il était traité par un chaman de Mytishchi dans la banlieue de Moscou qui a décidé de lui injecter du sang de crapaud comme remède.

Alexander Subbotin ayant fait une crise cardiaque, le chaman lui a donné un sédatif à base de valériane mais l’homme n’a pas survécu. Membre du conseil d’administration de Lukoil, Alexander Subbotin possédait une société de transport maritime, la New Transport Company, dirigée depuis 2020 par son frère, lui-même ayant occupé des postes à responsabilité chez Lukoil. Ces huit morts suspects d’hommes d’affaires ayant pour la plupart des liens avec Gazprom et pour certains avec le Kremlin laissent planer le doute sur les raisons des deuils à répétition qui frappent l’oligarchie russe.

https://fr.businessam.be/les-meurtres-de-gazprom-huit-oligarques-deja-retrouves-morts-depuis-janvier/

 

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.