Les Bleus à Clairefontaine : ce que le Covid-19 change à leur préparation.

BULLE SANITAIRE – À quelques jours du début de l’Euro de football, une grande partie du groupe est arrivée ce mercredi à son camp de base, situé dans les Yvelines. Et tout est fait pour limiter les risques de contagion au Covid-19.

 

Situation inédite pour les nombreux supporters de l’équipe de France de football : pour l’Euro qui débute le 11 juin, ils n’angoisseront pas seulement à l’idée de voir les Bleus éliminés prématurément, car l’épidémie est, elle aussi, dans toutes les têtes. Et la saison des clubs qui s’achève ces jours-ci l’a démontré : le Covid-19 peut facilement écarter un ou plusieurs joueurs d’un collectif, champion du monde ou pas.

 

Alors, à partir de ce mercredi, date à laquelle une grande partie des 26 joueurs est arrivée à Clairefontaine, dans les Yvelines, le groupe sera soumis à un protocole très strict. Ce dernier commencera dès l’arrivée des internationaux français par un contrôle de température et un test PCR.

 

Comme au mois de mars, c’est le médecin de l’équipe de France en personne, Franck Le Gall, qui supervisera les prélèvements. “On doit s’assurer que, pour chacun de ces tests, les joueurs sont bien négatifs”, précise-t-il à TF1, soulignant que “les gestes barrière seront, évidemment, très important durant cette période”.

 

Les Bleus, qui disposaient déjà de chambres individuelles au château de Clairefontaine, vont désormais devoir s’y vêtir et utiliser leur propre douche après les entraînements, sans passer par le vestiaire collectif. “Il y a une chose importante dans la notion de bulle : il faut qu’elle soit la plus hermétique possible”, rappelle Franck Le Gall.

 

Si, malgré tout, un joueur est positif au Covid-19, il devra quitter le groupe. “Dès qu’il y a un cas positif, il n’y a pas d’isolement, (…) il est éliminé de la compétition”, indique Didier Deschamps, le sélectionneur, dans la vidéo en tête de cet article.

 

Les repas se prendront dans un salon spécial

 

Et pour limiter le risque de contamination, les 26 joueurs ne prendront plus leurs repas dans le salon collectif jusque-là utilisé, et désormais jugé trop étroit. Dorénavant, l’ensemble du groupe déjeunera et dînera quelques mètres plus loin, dans “un salon qui permet d’avoir un peu plus d’espace, de pouvoir optimiser les flux et de pouvoir disposer l’équipe et le staff dans les meilleurs conditions possibles dans le contexte actuel”, nous précise le directeur du château, Éric Latronico.

 

Le reste du temps sera notamment consacré aux entraînements et à la préparation physique. Là encore, tout est prêt, à Clairefontaine, pour optimiser leurs performances. “Notre mission principale, c’est de faire en sorte que l’équipe de France et son staff ne pensent qu’au ballon et au terrain”, indique encore Eric Latronico.

 

 

Ce sera difficile, mais il faudra vivre avec- Didier Deschamps, sélectionneur des Bleus
 
 
 

En revanche, l’ensemble de l’équipe n’a pas été vacciné. Certains joueurs, comme Kylian Mbappé, l’ont été de leur côté. Le staff – y compris Didier Deschamps – s’y est pour sa part soumis d’un commun accord.

 

 

En conférence de presse, ce mercredi, “DD” a expliqué que le choix de la vaccination devait résulter d’“une décision personnelle” puisqu’“aucune obligation, ni recommandation de l’UEFA”, l’instance européenne du football, n’ont été formulées à ce sujet. Le champion du monde 1998 a également souligné que ses joueurs bénéficieront d’une “liberté réduite” durant toute la durée de la compétition, qui s’achèvera le 11 juillet. “Ce sera difficile, mais il faudra vivre avec”, a-t-il ajouté.

 

 

Réunis à partir de ce 26 mai à Clairefontaine, les Bleus effectueront un premier entraînement jeudi en fin de journée. Une séance est ensuite programmée chaque après-midi d’ici au 14 juin, à la veille du premier match contre l’Allemagne à Munich. Entre-temps, l’équipe de France ne quittera pas son camp de base des Yvelines, sauf pour les deux matches amicaux programmés : le 2 juin à Nice contre le pays de Galles, et le 8 juin au Stade de France, contre la Bulgarie.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
close

Oh salut toi 👋
Ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières nouvelles dans votre boîte de réception, tous les jours.

Share on
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les Bleus à Clairefontaine : ce que le Covid-19 change à leur préparation.

Advertisement

Les Bleus à Clairefontaine : ce que le Covid-19 change à leur préparation.

Advertisement

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut toi 👋
Ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières nouvelles dans votre boîte de réception, tous les jours.

Les Bleus à Clairefontaine : ce que le Covid-19 change à leur préparation.

Advertisement

Suis nous sur instagram!

Starbucks

Les Bleus à Clairefontaine : ce que le Covid-19 change à leur préparation.

Advertisment

Les Bleus à Clairefontaine : ce que le Covid-19 change à leur préparation.

BULLE SANITAIRE - À quelques jours du début de l'Euro de football, une grande partie du groupe est arrivée ce mercredi à son camp de base, situé dans les Yvelines. Et tout est fait pour limiter les risques de contagion au Covid-19.

 

Situation inédite pour les nombreux supporters de l'équipe de France de football : pour l'Euro qui débute le 11 juin, ils n'angoisseront pas seulement à l'idée de voir les Bleus éliminés prématurément, car l'épidémie est, elle aussi, dans toutes les têtes. Et la saison des clubs qui s'achève ces jours-ci l'a démontré : le Covid-19 peut facilement écarter un ou plusieurs joueurs d'un collectif, champion du monde ou pas.

 

Alors, à partir de ce mercredi, date à laquelle une grande partie des 26 joueurs est arrivée à Clairefontaine, dans les Yvelines, le groupe sera soumis à un protocole très strict. Ce dernier commencera dès l'arrivée des internationaux français par un contrôle de température et un test PCR.

 

Comme au mois de mars, c'est le médecin de l'équipe de France en personne, Franck Le Gall, qui supervisera les prélèvements. "On doit s'assurer que, pour chacun de ces tests, les joueurs sont bien négatifs", précise-t-il à TF1, soulignant que "les gestes barrière seront, évidemment, très important durant cette période".

 

Les Bleus, qui disposaient déjà de chambres individuelles au château de Clairefontaine, vont désormais devoir s'y vêtir et utiliser leur propre douche après les entraînements, sans passer par le vestiaire collectif. "Il y a une chose importante dans la notion de bulle : il faut qu'elle soit la plus hermétique possible", rappelle Franck Le Gall.

 

Si, malgré tout, un joueur est positif au Covid-19, il devra quitter le groupe. "Dès qu'il y a un cas positif, il n'y a pas d'isolement, (...) il est éliminé de la compétition", indique Didier Deschamps, le sélectionneur, dans la vidéo en tête de cet article.

 

Les repas se prendront dans un salon spécial

 

Et pour limiter le risque de contamination, les 26 joueurs ne prendront plus leurs repas dans le salon collectif jusque-là utilisé, et désormais jugé trop étroit. Dorénavant, l'ensemble du groupe déjeunera et dînera quelques mètres plus loin, dans "un salon qui permet d'avoir un peu plus d'espace, de pouvoir optimiser les flux et de pouvoir disposer l'équipe et le staff dans les meilleurs conditions possibles dans le contexte actuel", nous précise le directeur du château, Éric Latronico.

 

Le reste du temps sera notamment consacré aux entraînements et à la préparation physique. Là encore, tout est prêt, à Clairefontaine, pour optimiser leurs performances. "Notre mission principale, c'est de faire en sorte que l'équipe de France et son staff ne pensent qu'au ballon et au terrain", indique encore Eric Latronico.

 

 

Ce sera difficile, mais il faudra vivre avec- Didier Deschamps, sélectionneur des Bleus
 

 
 

En revanche, l'ensemble de l'équipe n'a pas été vacciné. Certains joueurs, comme Kylian Mbappé, l'ont été de leur côté. Le staff - y compris Didier Deschamps - s'y est pour sa part soumis d'un commun accord.

 

 

En conférence de presse, ce mercredi, "DD" a expliqué que le choix de la vaccination devait résulter d'"une décision personnelle" puisqu'"aucune obligation, ni recommandation de l'UEFA", l'instance européenne du football, n'ont été formulées à ce sujet. Le champion du monde 1998 a également souligné que ses joueurs bénéficieront d'une "liberté réduite" durant toute la durée de la compétition, qui s'achèvera le 11 juillet. "Ce sera difficile, mais il faudra vivre avec", a-t-il ajouté.

 

 

Réunis à partir de ce 26 mai à Clairefontaine, les Bleus effectueront un premier entraînement jeudi en fin de journée. Une séance est ensuite programmée chaque après-midi d'ici au 14 juin, à la veille du premier match contre l'Allemagne à Munich. Entre-temps, l'équipe de France ne quittera pas son camp de base des Yvelines, sauf pour les deux matches amicaux programmés : le 2 juin à Nice contre le pays de Galles, et le 8 juin au Stade de France, contre la Bulgarie.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les Bleus à Clairefontaine : ce que le Covid-19 change à leur préparation.

Advertisement

Les Bleus à Clairefontaine : ce que le Covid-19 change à leur préparation.

Advertisement

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut toi 👋
Ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières nouvelles dans votre boîte de réception, tous les jours.

Les Bleus à Clairefontaine : ce que le Covid-19 change à leur préparation.

Advertisement

Suis nous sur instagram!

Starbucks

Les Bleus à Clairefontaine : ce que le Covid-19 change à leur préparation.

Advertisment

Oh hi there 👋
It’s nice to meet you.

Sign up to receive latest news in your inbox, every day.