Le climat , il est temps d’agir concrètement

ezgif.com-gif-maker (3)

Selon le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), publié aujourd’hui, les scientifiques observent des changements dans le climat de la Terre dans toutes les régions et dans l’ensemble du système climatique. Bon nombre des changements observés dans le climat sont sans précédent depuis des milliers, voire des centaines de milliers d’années, et certains des changements déjà amorcés – comme l’élévation continue du niveau de la mer – sont irréversibles sur des centaines ou des milliers d’années.

Toutefois, des réductions fortes et durables des émissions de dioxyde de carbone (CO2) et d’autres gaz à effet de serre permettraient de limiter le changement climatique. Si la qualité de l’air en bénéficierait rapidement, la stabilisation des températures mondiales pourrait prendre de 20 à 30 ans, selon le rapport du groupe de travail I du GIEC, intitulé “Changements climatiques 2021 : les bases scientifiques”, approuvé vendredi par les 195 gouvernements membres du GIEC, lors d’une session d’approbation virtuelle qui s’est déroulée sur deux semaines à partir du 26 juillet.

Le rapport du groupe de travail I est le premier volet du sixième rapport d’évaluation du GIEC (AR6), qui sera achevé en 2022.

“Ce rapport reflète des efforts extraordinaires dans des circonstances exceptionnelles”, a déclaré Hoesung Lee, président du GIEC. “Les innovations contenues dans ce rapport, et les avancées de la science du climat qu’il reflète, constituent une contribution inestimable aux négociations et à la prise de décision sur le climat.”

Un réchauffement plus rapide

Le rapport fournit de nouvelles estimations des chances de franchir le seuil de 1,5°C de réchauffement de la planète au cours des prochaines décennies, et constate qu’à moins de réductions immédiates, rapides et à grande échelle des émissions de gaz à effet de serre, la limitation du réchauffement à un niveau proche de 1,5°C, voire de 2°C, sera hors de portée.

Le rapport montre que les émissions de gaz à effet de serre dues aux activités humaines sont responsables d’un réchauffement d’environ 1,1°C depuis 1850-1900, et constate qu’en moyenne sur les 20 prochaines années, la température mondiale devrait atteindre ou dépasser 1,5°C de réchauffement. Cette évaluation repose sur l’amélioration des ensembles de données d’observation permettant d’évaluer le réchauffement historique, ainsi que sur les progrès de la compréhension scientifique de la réaction du système climatique aux émissions de gaz à effet de serre d’origine humaine.

“Ce rapport est un retour à la réalité”, a déclaré Valérie Masson-Delmotte, coprésidente du groupe de travail I du GIEC. “Nous avons maintenant une image beaucoup plus claire du climat passé, présent et futur, ce qui est essentiel pour comprendre où nous allons, ce qui peut être fait et comment nous pouvons nous préparer.”

Chaque région est confrontée à des changements croissants

De nombreuses caractéristiques du changement climatique dépendent directement du niveau de réchauffement de la planète, mais ce que les gens vivent est souvent très différent de la moyenne mondiale. Par exemple, le réchauffement des terres est plus important que la moyenne mondiale, et il est plus de deux fois plus élevé dans l’Arctique.

“Le changement climatique affecte déjà toutes les régions de la Terre, de multiples façons. Les changements que nous subissons s’accentuent avec la poursuite du réchauffement”, a déclaré Panmao Zhai, coprésident du groupe de travail I du GIEC.

Le rapport prévoit qu’au cours des prochaines décennies, les changements climatiques s’accentuent dans toutes les régions. Pour un réchauffement de 1,5 °C, les vagues de chaleur, les saisons chaudes plus longues et les saisons froides plus courtes seront plus nombreuses. À 2 °C de réchauffement planétaire, les extrêmes de chaleur atteindraient plus souvent des seuils de tolérance critiques pour l’agriculture et la santé, indique le rapport.

Mais il ne s’agit pas seulement de température. Le changement climatique entraîne de multiples changements dans différentes régions, qui s’accentuent tous avec le réchauffement climatique. Il s’agit notamment de modifications de l’humidité et de la sécheresse, des vents, de la neige et de la glace, des zones côtières et des océans. Par exemple :

  • Le changement climatique intensifie le cycle de l’eau. Cela entraîne des précipitations plus intenses et des inondations associées, ainsi qu’une sécheresse plus intense dans de nombreuses régions.
  • Le changement climatique affecte le régime des précipitations. Dans les hautes latitudes, les précipitations devraient augmenter, tandis qu’elles devraient diminuer dans de grandes parties des régions subtropicales. On s’attend à des changements dans les précipitations de mousson, qui varieront selon les régions.
  • Les zones côtières connaîtront une élévation continue du niveau de la mer tout au long du XXIe siècle, ce qui contribuera à des inondations côtières plus fréquentes et plus graves dans les zones de faible altitude et à l’érosion côtière. Les événements extrêmes liés au niveau de la mer, qui se produisaient auparavant une fois tous les 100 ans, pourraient se produire chaque année d’ici la fin du siècle.
  • La poursuite du réchauffement amplifie le dégel du pergélisol, ainsi que la diminution de la couverture neigeuse saisonnière, la fonte des glaciers et des calottes glaciaires, et la disparition de la glace de mer arctique en été.
    Les modifications des océans, notamment le réchauffement, la fréquence accrue des vagues de chaleur, l’acidification des océans et la réduction des niveaux d’oxygène, sont clairement liées à l’influence humaine. Ces changements affectent à la fois les écosystèmes océaniques et les personnes qui en dépendent, et ils se poursuivront au moins pendant le reste du siècle.
  • Pour les villes, certains aspects du changement climatique peuvent être amplifiés, notamment la chaleur (puisque les zones urbaines sont généralement plus chaudes que leur environnement), les inondations dues à de fortes précipitations et l’élévation du niveau de la mer dans les villes côtières.
  • Pour la première fois, le sixième rapport d’évaluation fournit une évaluation régionale plus détaillée du changement climatique, en mettant l’accent sur les informations utiles qui peuvent éclairer l’évaluation des risques, l’adaptation et d’autres prises de décision, ainsi qu’un nouveau cadre qui aide à traduire les changements physiques du climat – chaleur, froid, pluie, sécheresse, neige, vent, inondations côtières et autres – en ce qu’ils signifient pour la société et les écosystèmes.

Ces informations régionales peuvent être explorées en détail dans le nouvel Atlas interactif interactif-atlas.ipcc.ch, ainsi que dans les fiches d’information régionales, le résumé technique et le rapport sous-jacent.

L’influence de l’homme sur le climat passé et futur

“Il est clair depuis des décennies que le climat de la Terre est en train de changer, et le rôle de l’influence humaine sur le système climatique est incontestable”, a déclaré Mme Masson-Delmotte. Pourtant, le nouveau rapport reflète également des avancées majeures dans la science de l’attribution, c’est-à-dire la compréhension du rôle du changement climatique dans l’intensification de phénomènes météorologiques et climatiques spécifiques tels que les vagues de chaleur extrêmes et les épisodes de fortes précipitations.

Le rapport montre également que les actions humaines peuvent encore déterminer l’évolution future du climat. Il est clair que le dioxyde de carbone (CO2) est le principal moteur du changement climatique, même si d’autres gaz à effet de serre et polluants atmosphériques ont également une incidence sur le climat.

“Pour stabiliser le climat, il faudra réduire fortement, rapidement et durablement les émissions de gaz à effet de serre, et atteindre des émissions nettes de CO2 nulles. La limitation des autres gaz à effet de serre et des polluants atmosphériques, en particulier le méthane, pourrait avoir des effets bénéfiques tant sur la santé que sur le climat”, a déclaré M. Zhai.

close

Oh salut toi 👋
Ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières nouvelles dans votre boîte de réception, tous les jours.

Share on
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le climat , il est temps d’agir concrètement

Advertisement

Le climat , il est temps d’agir concrètement

Advertisement

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut toi 👋
Ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières nouvelles dans votre boîte de réception, tous les jours.

Le climat , il est temps d’agir concrètement

Advertisement

Suis nous sur instagram!

Apple Watch série 6

Le climat , il est temps d’agir concrètement

Publicité

ezgif.com-gif-maker (3)

Le climat , il est temps d’agir concrètement

Selon le dernier rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), publié aujourd'hui, les scientifiques observent des changements dans le climat de la Terre dans toutes les régions et dans l'ensemble du système climatique. Bon nombre des changements observés dans le climat sont sans précédent depuis des milliers, voire des centaines de milliers d'années, et certains des changements déjà amorcés - comme l'élévation continue du niveau de la mer - sont irréversibles sur des centaines ou des milliers d'années. Toutefois, des réductions fortes et durables des émissions de dioxyde de carbone (CO2) et d'autres gaz à effet de serre permettraient de limiter le changement climatique. Si la qualité de l'air en bénéficierait rapidement, la stabilisation des températures mondiales pourrait prendre de 20 à 30 ans, selon le rapport du groupe de travail I du GIEC, intitulé "Changements climatiques 2021 : les bases scientifiques", approuvé vendredi par les 195 gouvernements membres du GIEC, lors d'une session d'approbation virtuelle qui s'est déroulée sur deux semaines à partir du 26 juillet. Le rapport du groupe de travail I est le premier volet du sixième rapport d'évaluation du GIEC (AR6), qui sera achevé en 2022. "Ce rapport reflète des efforts extraordinaires dans des circonstances exceptionnelles", a déclaré Hoesung Lee, président du GIEC. "Les innovations contenues dans ce rapport, et les avancées de la science du climat qu'il reflète, constituent une contribution inestimable aux négociations et à la prise de décision sur le climat." Un réchauffement plus rapide Le rapport fournit de nouvelles estimations des chances de franchir le seuil de 1,5°C de réchauffement de la planète au cours des prochaines décennies, et constate qu'à moins de réductions immédiates, rapides et à grande échelle des émissions de gaz à effet de serre, la limitation du réchauffement à un niveau proche de 1,5°C, voire de 2°C, sera hors de portée. Le rapport montre que les émissions de gaz à effet de serre dues aux activités humaines sont responsables d'un réchauffement d'environ 1,1°C depuis 1850-1900, et constate qu'en moyenne sur les 20 prochaines années, la température mondiale devrait atteindre ou dépasser 1,5°C de réchauffement. Cette évaluation repose sur l'amélioration des ensembles de données d'observation permettant d'évaluer le réchauffement historique, ainsi que sur les progrès de la compréhension scientifique de la réaction du système climatique aux émissions de gaz à effet de serre d'origine humaine. "Ce rapport est un retour à la réalité", a déclaré Valérie Masson-Delmotte, coprésidente du groupe de travail I du GIEC. "Nous avons maintenant une image beaucoup plus claire du climat passé, présent et futur, ce qui est essentiel pour comprendre où nous allons, ce qui peut être fait et comment nous pouvons nous préparer." Chaque région est confrontée à des changements croissants De nombreuses caractéristiques du changement climatique dépendent directement du niveau de réchauffement de la planète, mais ce que les gens vivent est souvent très différent de la moyenne mondiale. Par exemple, le réchauffement des terres est plus important que la moyenne mondiale, et il est plus de deux fois plus élevé dans l'Arctique. "Le changement climatique affecte déjà toutes les régions de la Terre, de multiples façons. Les changements que nous subissons s'accentuent avec la poursuite du réchauffement", a déclaré Panmao Zhai, coprésident du groupe de travail I du GIEC. Le rapport prévoit qu'au cours des prochaines décennies, les changements climatiques s'accentuent dans toutes les régions. Pour un réchauffement de 1,5 °C, les vagues de chaleur, les saisons chaudes plus longues et les saisons froides plus courtes seront plus nombreuses. À 2 °C de réchauffement planétaire, les extrêmes de chaleur atteindraient plus souvent des seuils de tolérance critiques pour l'agriculture et la santé, indique le rapport. Mais il ne s'agit pas seulement de température. Le changement climatique entraîne de multiples changements dans différentes régions, qui s'accentuent tous avec le réchauffement climatique. Il s'agit notamment de modifications de l'humidité et de la sécheresse, des vents, de la neige et de la glace, des zones côtières et des océans. Par exemple :
  • Le changement climatique intensifie le cycle de l'eau. Cela entraîne des précipitations plus intenses et des inondations associées, ainsi qu'une sécheresse plus intense dans de nombreuses régions.
  • Le changement climatique affecte le régime des précipitations. Dans les hautes latitudes, les précipitations devraient augmenter, tandis qu'elles devraient diminuer dans de grandes parties des régions subtropicales. On s'attend à des changements dans les précipitations de mousson, qui varieront selon les régions.
  • Les zones côtières connaîtront une élévation continue du niveau de la mer tout au long du XXIe siècle, ce qui contribuera à des inondations côtières plus fréquentes et plus graves dans les zones de faible altitude et à l'érosion côtière. Les événements extrêmes liés au niveau de la mer, qui se produisaient auparavant une fois tous les 100 ans, pourraient se produire chaque année d'ici la fin du siècle.
  • La poursuite du réchauffement amplifie le dégel du pergélisol, ainsi que la diminution de la couverture neigeuse saisonnière, la fonte des glaciers et des calottes glaciaires, et la disparition de la glace de mer arctique en été. Les modifications des océans, notamment le réchauffement, la fréquence accrue des vagues de chaleur, l'acidification des océans et la réduction des niveaux d'oxygène, sont clairement liées à l'influence humaine. Ces changements affectent à la fois les écosystèmes océaniques et les personnes qui en dépendent, et ils se poursuivront au moins pendant le reste du siècle.
  • Pour les villes, certains aspects du changement climatique peuvent être amplifiés, notamment la chaleur (puisque les zones urbaines sont généralement plus chaudes que leur environnement), les inondations dues à de fortes précipitations et l'élévation du niveau de la mer dans les villes côtières.
  • Pour la première fois, le sixième rapport d'évaluation fournit une évaluation régionale plus détaillée du changement climatique, en mettant l'accent sur les informations utiles qui peuvent éclairer l'évaluation des risques, l'adaptation et d'autres prises de décision, ainsi qu'un nouveau cadre qui aide à traduire les changements physiques du climat - chaleur, froid, pluie, sécheresse, neige, vent, inondations côtières et autres - en ce qu'ils signifient pour la société et les écosystèmes.
Ces informations régionales peuvent être explorées en détail dans le nouvel Atlas interactif interactif-atlas.ipcc.ch, ainsi que dans les fiches d'information régionales, le résumé technique et le rapport sous-jacent. L'influence de l'homme sur le climat passé et futur "Il est clair depuis des décennies que le climat de la Terre est en train de changer, et le rôle de l'influence humaine sur le système climatique est incontestable", a déclaré Mme Masson-Delmotte. Pourtant, le nouveau rapport reflète également des avancées majeures dans la science de l'attribution, c'est-à-dire la compréhension du rôle du changement climatique dans l'intensification de phénomènes météorologiques et climatiques spécifiques tels que les vagues de chaleur extrêmes et les épisodes de fortes précipitations. Le rapport montre également que les actions humaines peuvent encore déterminer l'évolution future du climat. Il est clair que le dioxyde de carbone (CO2) est le principal moteur du changement climatique, même si d'autres gaz à effet de serre et polluants atmosphériques ont également une incidence sur le climat. "Pour stabiliser le climat, il faudra réduire fortement, rapidement et durablement les émissions de gaz à effet de serre, et atteindre des émissions nettes de CO2 nulles. La limitation des autres gaz à effet de serre et des polluants atmosphériques, en particulier le méthane, pourrait avoir des effets bénéfiques tant sur la santé que sur le climat", a déclaré M. Zhai.
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le climat , il est temps d’agir concrètement

Advertisement

Le climat , il est temps d’agir concrètement

Advertisement

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut toi 👋
Ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières nouvelles dans votre boîte de réception, tous les jours.

Le climat , il est temps d’agir concrètement

Advertisement

Suis nous sur instagram!

Apple Watch série 6

Le climat , il est temps d’agir concrètement

Publicité

Oh hi there 👋
It’s nice to meet you.

Sign up to receive latest news in your inbox, every day.