Le Canada et l’Allemagne s’associent pour produire de l’hydrogène

 

Les deux pays, membres du G7, le Canada et l’Allemagne, se sont associés pour produire et exporter de l’hydrogène en direction de l’Allemagne, dont les premières livraisons sont espérées pour 2025.

« En créant ce partenariat pour l’hydrogène entre le Canada et l’Allemagne, on franchit un grand pas vers l’avenir », a déclaré le premier ministre Justin Trudeau lors d’une conférence de presse conjointe à Stephenville, à Terre-Neuve-et-Labardor.

La décision de choisir Terre-Neuve comme localisation pour la signature n’est pas un hasard : c’est sur la côte est du pays que seront construites les installations permettant l’exportation de l’hydrogène sous toutes ses formes en direction de l’Europe.

L’énergie a d’hydrogène sera principalement puisé à partir de parcs éoliens prévus dans des zones venteuses sur l’île de Terre-Neuve.

Ce partenariat vise notamment à combler les besoins énergétiques de l’Allemagne, qui s’apprête à plonger dans un hiver d’incertitudes face à son approvisionnement en gaz naturel russe, dont elle reste toujours en grande partie dépendante.

« Il y a toujours des sceptiques. Il y a ceux qui continuent de dire que l’hydrogène est incertain et loin d’être réalisés. Ce n’est pas ce que nous avons vu ici aujourd’hui », a lancé M. Trudeau.

« L’hydrogène jouera un rôle majeur dans notre futur approvisionnement énergétique, spécialement dans les secteurs autrement difficiles à décarboniser, particulièrement l’industrie, le transport commercial, l’aviation ou le transport automobile », a pour sa part déclaré le chancelier Olaf Scholz.

Le Canada et l’Allemagne espèrent que cet accord d’envergure ouvrira la porte à une multiplication des investissements privés, gage de « bons emplois » et d’« innovation » dans cette technologie en pleine ébullition.

L’accord de l’entente entre les deux pays prévoit par ailleurs de larges investissements publics afin de stimuler la recherche et le développement de cette technologie. La collaboration entre le Canada et la première économie d’Europe s’étendra aussi au développement de normes et de pratiques communes et harmonisées, entre autres choses.

L’accord a été signé devant la presse par les ministres des Ressources naturelles canadiens et allemand, Jonathan Wilkinson et Robert Habeck lors de la même cérémonie.

Un accord a été signe séparément avec les constructeurs automobiles allemands Volkswagen et Mercedes-Benz pour approvisionner ces dernières en ressources naturelles essentielles à la construction de batteries pour les véhicules électriques.

L’Allemagne a comme objectif d’atteindre la carboneutralité d’ici à 2045, et le Canada, d’ici à 2050.

Share on
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

image - 2022-10-03T110442.732

Le Canada et l’Allemagne s’associent pour produire de l’hydrogène

  Les deux pays, membres du G7, le Canada et l’Allemagne, se sont associés pour produire et exporter de l’hydrogène en direction de l’Allemagne, dont les premières livraisons sont espérées pour 2025. « En créant ce partenariat pour l’hydrogène entre le Canada et l’Allemagne, on franchit un grand pas vers l’avenir », a déclaré le premier ministre Justin Trudeau lors d’une conférence de presse conjointe à Stephenville, à Terre-Neuve-et-Labardor. La décision de choisir Terre-Neuve comme localisation pour la signature n’est pas un hasard : c’est sur la côte est du pays que seront construites les installations permettant l’exportation de l’hydrogène sous toutes ses formes en direction de l’Europe. L'énergie a d’hydrogène sera principalement puisé à partir de parcs éoliens prévus dans des zones venteuses sur l’île de Terre-Neuve. Ce partenariat vise notamment à combler les besoins énergétiques de l’Allemagne, qui s’apprête à plonger dans un hiver d’incertitudes face à son approvisionnement en gaz naturel russe, dont elle reste toujours en grande partie dépendante. « Il y a toujours des sceptiques. Il y a ceux qui continuent de dire que l’hydrogène est incertain et loin d’être réalisés. Ce n’est pas ce que nous avons vu ici aujourd'hui », a lancé M. Trudeau. « L'hydrogène jouera un rôle majeur dans notre futur approvisionnement énergétique, spécialement dans les secteurs autrement difficiles à décarboniser, particulièrement l’industrie, le transport commercial, l’aviation ou le transport automobile », a pour sa part déclaré le chancelier Olaf Scholz. Le Canada et l'Allemagne espèrent que cet accord d’envergure ouvrira la porte à une multiplication des investissements privés, gage de « bons emplois » et d’« innovation » dans cette technologie en pleine ébullition. L'accord de l’entente entre les deux pays prévoit par ailleurs de larges investissements publics afin de stimuler la recherche et le développement de cette technologie. La collaboration entre le Canada et la première économie d’Europe s’étendra aussi au développement de normes et de pratiques communes et harmonisées, entre autres choses. L'accord a été signé devant la presse par les ministres des Ressources naturelles canadiens et allemand, Jonathan Wilkinson et Robert Habeck lors de la même cérémonie. Un accord a été signe séparément avec les constructeurs automobiles allemands Volkswagen et Mercedes-Benz pour approvisionner ces dernières en ressources naturelles essentielles à la construction de batteries pour les véhicules électriques. L’Allemagne a comme objectif d’atteindre la carboneutralité d'ici à 2045, et le Canada, d'ici à 2050.
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[mailpoet_form id="1"]