La non obligation du masque dans les transports

 

Le masque n’est plus obligatoire à partir du lundi 16 mai dans les transports en France, un soulagement qui marque la disparition de la dernière grande restriction anti-COVID dans un contexte d’accalmie sanitaire.

“Le gouvernement a décidé, à compter du 16 mai 2022, de mettre fin à l’obligation du port du masque dans les transports en commun”, a résumé la semaine dernière la Direction générale de la santé (DGS), qui dépend directement du ministère. Jusqu’à présent, le port d’un masque était imposé dans les métros, bus, trains, avions et taxis.

Depuis plus de deux ans, le port du masque est devenu le baromètre de la pandémie, mais à partir du 16 mai 2022, le masque n’est plus obligatoire. Cette décision confirme que la maladie est devenue une préoccupation sanitaire et politique moindre, plus de deux ans après l’arrivée de la pandémie en Europe.

Les infections et les hospitalisations liées au COVID diminuent enfin après une très longue vague hivernale. Et même si elle était à un niveau élevé en début d’année, la maladie était déjà passée au second plan des préoccupations, la situation sanitaire restant très peu évoquée pendant la campagne présidentielle qui a vu la réélection d’Emmanuel Macron.

Le gouvernement avait déjà pris plusieurs mesures emblématiques ces derniers mois : la fin en mars du port du masque, sauf dans les transports, et la fin du pass-vaccin, qui imposait la vaccination contre le COVID pour accéder à de nombreux lieux comme les restaurants ou les cinémas.

D’autre part, certains chercheurs mettent en garde contre un sentiment excessif de sécurité, prévenant que l’épidémie est sous contrôle mais probablement pas terminée, notamment face à la menace d’une nouvelle variante.

Le masque reste “recommandé”.

Et pour l’heure, même si l’épidémie est en net recul, “les indicateurs virologiques restent élevés”, a prévenu vendredi 13 mai l’agence Santé publique France.

 

Share on
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

unnamed - 2022-05-16T090401.548

La non obligation du masque dans les transports

 

Le masque n'est plus obligatoire à partir du lundi 16 mai dans les transports en France, un soulagement qui marque la disparition de la dernière grande restriction anti-COVID dans un contexte d'accalmie sanitaire.

"Le gouvernement a décidé, à compter du 16 mai 2022, de mettre fin à l'obligation du port du masque dans les transports en commun", a résumé la semaine dernière la Direction générale de la santé (DGS), qui dépend directement du ministère. Jusqu'à présent, le port d'un masque était imposé dans les métros, bus, trains, avions et taxis.

Depuis plus de deux ans, le port du masque est devenu le baromètre de la pandémie, mais à partir du 16 mai 2022, le masque n'est plus obligatoire. Cette décision confirme que la maladie est devenue une préoccupation sanitaire et politique moindre, plus de deux ans après l'arrivée de la pandémie en Europe.

Les infections et les hospitalisations liées au COVID diminuent enfin après une très longue vague hivernale. Et même si elle était à un niveau élevé en début d'année, la maladie était déjà passée au second plan des préoccupations, la situation sanitaire restant très peu évoquée pendant la campagne présidentielle qui a vu la réélection d'Emmanuel Macron.

Le gouvernement avait déjà pris plusieurs mesures emblématiques ces derniers mois : la fin en mars du port du masque, sauf dans les transports, et la fin du pass-vaccin, qui imposait la vaccination contre le COVID pour accéder à de nombreux lieux comme les restaurants ou les cinémas.

D'autre part, certains chercheurs mettent en garde contre un sentiment excessif de sécurité, prévenant que l'épidémie est sous contrôle mais probablement pas terminée, notamment face à la menace d'une nouvelle variante.

Le masque reste "recommandé".

Et pour l'heure, même si l'épidémie est en net recul, "les indicateurs virologiques restent élevés", a prévenu vendredi 13 mai l'agence Santé publique France.

 

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *