La météo s’invite à la course mythique de la Route du Rhum et oblige son report

 

La course mythique de la Route du Rhum, célèbre course transatlantique en solitaire, qui devait être donné dimanche 6 novembre à Saint-Malo à destination de la Guadeloupe, a été reporté “à mardi ou mercredi” dans l’attente de conditions météo plus favorables, ont annoncé samedi 5 novembre les organisateurs.

“Il était possible de donner le départ dimanche 6 novembre, mais d’après la météo, la flotte se serait rapidement retrouvée dans un état de mer très fort à la pointe de la Bretagne avec des rafales atteignant les 100 km/h. On sait qu’il y aurait eu de la casse et potentiellement plus grave”, a expliqué Francis Le Goff, directeur de la course.

Le communiqué a été lancé dans la matinée à l’issue d’un briefing météo donné aux 138 marins engagés sur cette prestigieuse course qui a lieu tous les quatre ans depuis 1978 et dont le départ n’avait jamais été reporté.

Les responsables de la course espèrent désormais “un nouveau départ mardi 8 novembre ou mercredi 9 novembre”. “Cette décision vise à optimiser la sécurisation de la flotte et à donner les meilleures conditions possibles aux marins. Nos estimations sont assez fiables pour savoir que la bagarre sera au rendez-vous pour le prochain départ et qu’on aura quand même une belle course”, a expliqué M. Le Goff.

Il fallait s’y attendre, avec la dégradation des prévisions, l’inquiétude grimpait sur les pontons à Saint-Malo chez les marins engagés, mélange d’amateurs et de professionnels. “Je pense que c’est une bonne décision qui n’a pas été simple à prendre. C’est sage et raisonnable étant donné les conditions particulièrement violentes qui s’annonçaient”, a réagi François Gabart (SVR-Lazartigue) qui partait à bord d’un Ultim, maxi-trimaran de 32 m de long.

“Les bateaux les plus rapides auraient peut-être pu éviter le coup de vent en se dirigeant vers l’Irlande, mais pas tous. Et il n’y aurait pas forcément eu la place pour 138 bateaux de se mettre à l’abri dans les ports environnants”, a-t-il estimé.

La flotte de la Route du Rhum est composée de 6 catégories de voiliers : des petits monocoques ayant participé à la première édition aux multicoques volant de dernière génération. Certains sont plus fragiles que d’autres et moins adaptés à la navigation lors de tempêtes.

“Je suis soulagé en tant que coureur. On pouvait perdre des bateaux et des vies humaines. Le problème, c’est qu’il n’y avait pas vraiment d’échappatoire pour éviter le mauvais temps”, a réagi Erwan Le Roux (Koesio), skipper et président de la classe Ocean Fity, des légers trimarans de 15 mètres de long.

Share on
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

unnamed - 2022-11-06T111531.074

La météo s’invite à la course mythique de la Route du Rhum et oblige son report

  La course mythique de la Route du Rhum, célèbre course transatlantique en solitaire, qui devait être donné dimanche 6 novembre à Saint-Malo à destination de la Guadeloupe, a été reporté "à mardi ou mercredi" dans l'attente de conditions météo plus favorables, ont annoncé samedi 5 novembre les organisateurs. "Il était possible de donner le départ dimanche 6 novembre, mais d'après la météo, la flotte se serait rapidement retrouvée dans un état de mer très fort à la pointe de la Bretagne avec des rafales atteignant les 100 km/h. On sait qu'il y aurait eu de la casse et potentiellement plus grave", a expliqué Francis Le Goff, directeur de la course. Le communiqué a été lancé dans la matinée à l'issue d'un briefing météo donné aux 138 marins engagés sur cette prestigieuse course qui a lieu tous les quatre ans depuis 1978 et dont le départ n'avait jamais été reporté. Les responsables de la course espèrent désormais "un nouveau départ mardi 8 novembre ou mercredi 9 novembre". "Cette décision vise à optimiser la sécurisation de la flotte et à donner les meilleures conditions possibles aux marins. Nos estimations sont assez fiables pour savoir que la bagarre sera au rendez-vous pour le prochain départ et qu'on aura quand même une belle course", a expliqué M. Le Goff. Il fallait s'y attendre, avec la dégradation des prévisions, l'inquiétude grimpait sur les pontons à Saint-Malo chez les marins engagés, mélange d'amateurs et de professionnels. "Je pense que c'est une bonne décision qui n'a pas été simple à prendre. C'est sage et raisonnable étant donné les conditions particulièrement violentes qui s'annonçaient", a réagi François Gabart (SVR-Lazartigue) qui partait à bord d'un Ultim, maxi-trimaran de 32 m de long. "Les bateaux les plus rapides auraient peut-être pu éviter le coup de vent en se dirigeant vers l'Irlande, mais pas tous. Et il n'y aurait pas forcément eu la place pour 138 bateaux de se mettre à l'abri dans les ports environnants", a-t-il estimé. La flotte de la Route du Rhum est composée de 6 catégories de voiliers : des petits monocoques ayant participé à la première édition aux multicoques volant de dernière génération. Certains sont plus fragiles que d'autres et moins adaptés à la navigation lors de tempêtes. "Je suis soulagé en tant que coureur. On pouvait perdre des bateaux et des vies humaines. Le problème, c'est qu'il n'y avait pas vraiment d'échappatoire pour éviter le mauvais temps", a réagi Erwan Le Roux (Koesio), skipper et président de la classe Ocean Fity, des légers trimarans de 15 mètres de long.
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[mailpoet_form id="1"]