Harry Potter un allié extraordinaire pendant la pandémie et les confinements.

Andrea Smadja - C19 Tamar news

L’immensité incolore du ciel s’était étendue au-dessus de lui, détachée de lui et de sa souffrance” Harry Potter

La franchise à succès Harry Potter n’a pas connu sa meilleure année en 2020. Les commentaires transphobes de J.K. Rowling ont eu un impact négatif, tout comme le remplacement de Johnny Depp de la saga des Animaux Fantastiques suite à ses ennuis judiciaires.

Bien sûr, 2020 n’aura été la meilleure année pour personne en raison des règles sanitaires imposées pour contrer la pandémie de Covid-19. Que cette série si chère au cœur d’une génération de lecteurs soit soudainement pointée du doigt au moment même où la population mondiale est confinée relève de la pure coïncidence. Mais les similitudes entre la situation actuelle et certaines intrigues de l’histoire du jeune sorcier ne sont pas moins intéressantes.

Les six premiers volumes de la série Harry Potter, de Harry Potter et la pierre philosophale à Harry Potter et les reliques de la mort, se déroulaient à l’école de sorcellerie Poudlard, un pensionnat magique où règnent le péril, le mystère et la magie. Les Reliques de la Mort coupent Harry, Hermione et (parfois) Ron de leur routine quotidienne habituelle. La solitude, le manque de ressources, la peur d’être piégés, la frustration et le stress d’être projetés dans le nouvel ordre mondial leur causent une grande détresse.

En y repensant aujourd’hui, il est étrange de constater à quel point cet article correspond à notre année en cours, qui lui fait pourtant défaut.

Ces similitudes peuvent sembler anecdotiques, mais elles renvoient à des théories littéraires spécifiques, notamment la théorie de l’épistémè du philosophe français Michel Foucault, le néo-historicisme de l’historien de la littérature américain Stephen Greenblatt et la théorie des ressources sémiotiques du sémioticien britannique Gunther Kress.  Cette approche permet de montrer comment les significations des textes varient en fonction du contexte dans lequel ils sont lus.

La signification culturelle de Harry Potter s’est déplacée avec le monde.

Lorsque l’on est touché par une pandémie, un passage tel que “L’immensité incolore du ciel s’était étendue au-dessus de lui, détachée de lui et de sa souffrance” prend un tout autre sens.  Comprendre ses sentiments d’isolement et d’inquiétude nous permet de mieux nous identifier à Harry. Les élèves de 2020 seront en mesure d’éprouver de l’empathie pour les bouleversements intérieurs que le jeune sorcier a connus en raison de la rupture avec son existence antérieure à Poudlard.

L’interruption de son éducation, de son adolescence et de son chemin vers le monde des adultes n’est que trop familière aux collégiens d’aujourd’hui, qui ne s’attendaient certainement pas à ce que leurs études soient perturbées par un virus, pas plus que Harry ne pouvait s’attendre à perdre sa dernière année à Poudlard à cause d’un coup de Voldemort.

À la lumière de notre propre isolement, nous avons plus de chances de comprendre et de ressentir la réussite de Harry, qui est de retour chez lui, qui se bat contre Voldemort et qui démontre un lien indéfectible avec Hermione, qui ne l’a jamais abandonné.

La littérature revisitée
Le phénomène n’est pas nouveau. La Ferme des animaux de George Orwell est une mise en garde contre les périls du communisme, tandis que 1984 de George Orwell est une mise en garde contre Big Brother et la surveillance. La Ferme des animaux est un commentaire sans concession sur l’hypocrisie des régimes communistes. Ce thème touche une corde sensible chez les lecteurs des pays occidentaux qui sont confrontés à la “peur rouge”.

Le potentiel immersif du roman La Ferme des animaux, qui se lit plutôt comme une fable animalière pour un public peu au fait de l’ex-URSS, s’est évanoui avec la fin de la guerre froide.
 Sous la présidence de George W. Bush, avec la promulgation du Patriot Act et les efforts de surveillance qu’il contient, le livre 1984 a connu une brève renaissance.

Enfin, le fait est que la pérennité de l’histoire et l’héritage de l’auteur dépendent profondément du contexte historique. Lorsque les auteurs ne peuvent pas anticiper l’avenir, nous devons accepter le rôle du hasard en tant qu'”éditeur” et collaborateur de nombreuses œuvres bien-aimées. Il semble que même Shakespeare lui-même ait eu la chance de faire des rencontres fortuites.

La relecture de Harry Potter pourrait-elle être un autre phénomène littéraire comme la série de J.K. Rowling ? Le sens des œuvres de Shakespeare et d’Orwell change avec le temps, tout comme celui de J.K. Rowling.

À mesure que le monde qui nous entoure évolue, la perception du parcours de Harry Potter par chaque génération variera. Il est illusoire de croire que les textes sont des entités permanentes et immuables.

Harry Potter semble avoir subi la même transformation dramatique que tout le monde. Sans sortir, nous pourrions considérer cela comme une occasion de revisiter un vieux favori et de lui donner une nouvelle perspective.

Share on
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Screen Shot 2021-08-20 at 12.33.02 PM

Harry Potter un allié extraordinaire pendant la pandémie et les confinements.

Andrea Smadja - C19 Tamar news

L'immensité incolore du ciel s'était étendue au-dessus de lui, détachée de lui et de sa souffrance" Harry Potter

La franchise à succès Harry Potter n'a pas connu sa meilleure année en 2020. Les commentaires transphobes de J.K. Rowling ont eu un impact négatif, tout comme le remplacement de Johnny Depp de la saga des Animaux Fantastiques suite à ses ennuis judiciaires.

Bien sûr, 2020 n'aura été la meilleure année pour personne en raison des règles sanitaires imposées pour contrer la pandémie de Covid-19. Que cette série si chère au cœur d'une génération de lecteurs soit soudainement pointée du doigt au moment même où la population mondiale est confinée relève de la pure coïncidence. Mais les similitudes entre la situation actuelle et certaines intrigues de l'histoire du jeune sorcier ne sont pas moins intéressantes.

Les six premiers volumes de la série Harry Potter, de Harry Potter et la pierre philosophale à Harry Potter et les reliques de la mort, se déroulaient à l'école de sorcellerie Poudlard, un pensionnat magique où règnent le péril, le mystère et la magie. Les Reliques de la Mort coupent Harry, Hermione et (parfois) Ron de leur routine quotidienne habituelle. La solitude, le manque de ressources, la peur d'être piégés, la frustration et le stress d'être projetés dans le nouvel ordre mondial leur causent une grande détresse.

En y repensant aujourd'hui, il est étrange de constater à quel point cet article correspond à notre année en cours, qui lui fait pourtant défaut.

Ces similitudes peuvent sembler anecdotiques, mais elles renvoient à des théories littéraires spécifiques, notamment la théorie de l'épistémè du philosophe français Michel Foucault, le néo-historicisme de l'historien de la littérature américain Stephen Greenblatt et la théorie des ressources sémiotiques du sémioticien britannique Gunther Kress.  Cette approche permet de montrer comment les significations des textes varient en fonction du contexte dans lequel ils sont lus.

La signification culturelle de Harry Potter s'est déplacée avec le monde.

Lorsque l'on est touché par une pandémie, un passage tel que "L'immensité incolore du ciel s'était étendue au-dessus de lui, détachée de lui et de sa souffrance" prend un tout autre sens.  Comprendre ses sentiments d'isolement et d'inquiétude nous permet de mieux nous identifier à Harry. Les élèves de 2020 seront en mesure d'éprouver de l'empathie pour les bouleversements intérieurs que le jeune sorcier a connus en raison de la rupture avec son existence antérieure à Poudlard.

L'interruption de son éducation, de son adolescence et de son chemin vers le monde des adultes n'est que trop familière aux collégiens d'aujourd'hui, qui ne s'attendaient certainement pas à ce que leurs études soient perturbées par un virus, pas plus que Harry ne pouvait s'attendre à perdre sa dernière année à Poudlard à cause d'un coup de Voldemort.

À la lumière de notre propre isolement, nous avons plus de chances de comprendre et de ressentir la réussite de Harry, qui est de retour chez lui, qui se bat contre Voldemort et qui démontre un lien indéfectible avec Hermione, qui ne l'a jamais abandonné.

La littérature revisitée
Le phénomène n'est pas nouveau. La Ferme des animaux de George Orwell est une mise en garde contre les périls du communisme, tandis que 1984 de George Orwell est une mise en garde contre Big Brother et la surveillance. La Ferme des animaux est un commentaire sans concession sur l'hypocrisie des régimes communistes. Ce thème touche une corde sensible chez les lecteurs des pays occidentaux qui sont confrontés à la "peur rouge".

Le potentiel immersif du roman La Ferme des animaux, qui se lit plutôt comme une fable animalière pour un public peu au fait de l'ex-URSS, s'est évanoui avec la fin de la guerre froide.
 Sous la présidence de George W. Bush, avec la promulgation du Patriot Act et les efforts de surveillance qu'il contient, le livre 1984 a connu une brève renaissance.

Enfin, le fait est que la pérennité de l'histoire et l'héritage de l'auteur dépendent profondément du contexte historique. Lorsque les auteurs ne peuvent pas anticiper l'avenir, nous devons accepter le rôle du hasard en tant qu'"éditeur" et collaborateur de nombreuses œuvres bien-aimées. Il semble que même Shakespeare lui-même ait eu la chance de faire des rencontres fortuites.

La relecture de Harry Potter pourrait-elle être un autre phénomène littéraire comme la série de J.K. Rowling ? Le sens des œuvres de Shakespeare et d'Orwell change avec le temps, tout comme celui de J.K. Rowling.

À mesure que le monde qui nous entoure évolue, la perception du parcours de Harry Potter par chaque génération variera. Il est illusoire de croire que les textes sont des entités permanentes et immuables.

Harry Potter semble avoir subi la même transformation dramatique que tout le monde. Sans sortir, nous pourrions considérer cela comme une occasion de revisiter un vieux favori et de lui donner une nouvelle perspective.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.