Est ce que les gauchers attrapent plus facilement le Covid 19 et le variant Omicron

— SAUL LOEB/AFP – Barak Obama
 

Le développement des sociétés dans leur ensemble a longtemps été basé sur les caractéristiques et les besoins des individus droitiers, obligeant les gauchers, moins nombreux, à s’adapter à cette organisation pour arriver à mieux se fondre dans l’environnement. En France, par exemple, les gauchers représentent environ 15% de la population.

C’est à la naissance, que l’un des deux hémisphères du cerveau, le gauche ou le droit, va prendre l’ascendant sur l’autre et déterminera si la personne sera gaucher ou droitier. La différence probablement la plus visible entre un individu gaucher et un individu droitier se remarque au niveau de l’écriture car le sens dans lequel s’écrit un texte va de la gauche vers la droite, dans la culture occidentale du moins.

La plupart des droitiers utilisent l’hémisphère gauche de leur cerveau pour traiter le langage, mais cela ne signifie pas que la plupart des gauchers utilisent leur hémisphère droit – c’est un mythe courant, affirme Gina Grimshaw, PhD, directrice du laboratoire de neurosciences cognitives et affectives de l’université Victoria de Wellington en Nouvelle-Zélande. 

Environ 98 % des droitiers traitent le langage avec l’hémisphère gauche, dit-elle, mais c’est également le cas d’environ 70 % des gauchers. Seuls 30 % environ utilisent l’hémisphère droit ou les deux hémisphères. “La plupart des gauchers semblent avoir un traitement du langage similaire à celui des droitiers”, explique Mme Grimshaw. 

Pour d’autres fonctions cérébrales unilatérales, comme l’attention, les émotions, la musique et la perception des visages, les données sont moins nombreuses. “Mais pour l’essentiel, les gauchers ne diffèrent pas manifestement des droitiers. Ils n’ont certainement pas un cerveau inversé”.

Un gaucher aura plus de difficulté à suivre ce sens qu’un droitier qui peut tirer son stylo de la gauche vers la droite alors que le gaucher devra le pousser pour écrire. Cette différence amène souvent à constater des écritures plus lisibles et déliées chez les droitiers que chez les gauchers.

C’est notamment une des raisons qui ont amené de nombreux gauchers à se forcer à écrire de la main droite, devenant ainsi des gauchers contrariés.

Cette adaptation, qui a souvent été imposée au plus jeune âge pour certains, permet aux gauchers de ne pas avoir à contorsionner le poignet pour former les lettres vers l’intérieur en poussant le stylo vers la droite et leur permet aussi d’être plus rapide pour écrire. Il est possible de repérer un gaucher au tout début du cycle de l’écriture car la mécanique cérébrale privilégie avant l’apprentissage le sens naturel de l’écriture, soit pour le gaucher, le sens de la droite vers la gauche.

Cette tendance naturelle appliquée au sens défini pour l’écriture occidentale, de la gauche vers la droite, conduirait ainsi un gaucher à écrire à l’envers, en commençant par la dernière lettre du mot plutôt que la première.

Ces dernières années, le statut de gaucher contrarié a été de plus en plus étudié et le retour d’expérience montre que cette pratique peut avoir des conséquences sur le développement personnel et laisser des séquelles comme le strabisme et le bégaiement. A l’inverse, les qualités développées pour s’adapter à un environnement de droitier pourra forger un caractère fort et déterminé, utile dans les choix et les décisions que le gaucher aura à prendre tout au long de sa vie.

https://www.neozone.org/societe/quelles-sequelles-et-consequences-pour-un-gaucher-contrarie/

La gaucherie semble être associée à certains problèmes de santé physique. Dans une étude publiée en 2007 dans le British Journal of Cancer, les chercheurs ont constaté que les gauchers avaient un risque plus élevé de cancer du sein que les droitiers, en particulier pour les cancers survenus après la ménopause. Bien que ces deux phénomènes ne semblent pas du tout liés, Mme Yeo estime qu’ils pourraient tous deux être le résultat d’un phénomène affectant le fœtus au cours de son développement précoce. “Nous savons que d’autres vulnérabilités physiques, comme le faible poids à la naissance et le périmètre crânien prénatal, peuvent prédire des problèmes de santé ultérieurs”, explique-t-il. “La façon dont vous vous développez in utero peut vous mettre sur une trajectoire pour certaines forces et faiblesses pour toute votre vie”.
 
Les gauchers présentent un risque deux fois plus important que les droitiers d’avoir une maladie de Crohn ou une rectocolite hémorragique, selon une étude britannique.
Les chercheurs londoniens ont analysé deux cohortes nationales de personnes nées en 1958 et en 1970 à qui a été remis un questionnaire à l’âge de 26 et 33 ans. Au total, les deux études ont porté sur 17.000 personnes.Les auteurs ont relevé 71 cas de maladie de Crohn ou de rectocolite hémorragique confirmés, avec deux fois plus de cas chez les gauchers que chez les droitiers.
Le même risque a été trouvé lorsque les deux maladies étaient prises séparément. Le fait d’être gaucher a déjà été associé à des maladies auto-immunes, l’asthme, la migraine, l’autisme et le diabète, mais personne n’a encore pu démontrer pourquoi, notent les auteurs.
Les auteurs avancent des travaux antérieurs montrant une variation saisonnière des naissances de filles gauchères, qui, selon eux, pourrait impliquer des facteurs environnementaux. Une autre explication quelque peu controversée est le taux de testostérone auquel est exposé un fœtus in utero, qui pourrait affecter le développement du cerveau et du système immunitaire, ajoutent-ils.
En conclusion , Il y a des probabilités que les gauchers soient plus réceptifs au covid 19 mais il n’y a aucune étude précise qui le prouve exactement .
 
Share on
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

unnamed - 2021-12-19T093621.919

Est ce que les gauchers attrapent plus facilement le Covid 19 et le variant Omicron

— SAUL LOEB/AFP - Barak Obama 

Le développement des sociétés dans leur ensemble a longtemps été basé sur les caractéristiques et les besoins des individus droitiers, obligeant les gauchers, moins nombreux, à s’adapter à cette organisation pour arriver à mieux se fondre dans l’environnement. En France, par exemple, les gauchers représentent environ 15% de la population.

C’est à la naissance, que l’un des deux hémisphères du cerveau, le gauche ou le droit, va prendre l'ascendant sur l’autre et déterminera si la personne sera gaucher ou droitier. La différence probablement la plus visible entre un individu gaucher et un individu droitier se remarque au niveau de l’écriture car le sens dans lequel s’écrit un texte va de la gauche vers la droite, dans la culture occidentale du moins.

La plupart des droitiers utilisent l'hémisphère gauche de leur cerveau pour traiter le langage, mais cela ne signifie pas que la plupart des gauchers utilisent leur hémisphère droit - c'est un mythe courant, affirme Gina Grimshaw, PhD, directrice du laboratoire de neurosciences cognitives et affectives de l'université Victoria de Wellington en Nouvelle-Zélande. 

Environ 98 % des droitiers traitent le langage avec l'hémisphère gauche, dit-elle, mais c'est également le cas d'environ 70 % des gauchers. Seuls 30 % environ utilisent l'hémisphère droit ou les deux hémisphères. "La plupart des gauchers semblent avoir un traitement du langage similaire à celui des droitiers", explique Mme Grimshaw. 

Pour d'autres fonctions cérébrales unilatérales, comme l'attention, les émotions, la musique et la perception des visages, les données sont moins nombreuses. "Mais pour l'essentiel, les gauchers ne diffèrent pas manifestement des droitiers. Ils n'ont certainement pas un cerveau inversé".

Un gaucher aura plus de difficulté à suivre ce sens qu’un droitier qui peut tirer son stylo de la gauche vers la droite alors que le gaucher devra le pousser pour écrire. Cette différence amène souvent à constater des écritures plus lisibles et déliées chez les droitiers que chez les gauchers.

C’est notamment une des raisons qui ont amené de nombreux gauchers à se forcer à écrire de la main droite, devenant ainsi des gauchers contrariés.

Cette adaptation, qui a souvent été imposée au plus jeune âge pour certains, permet aux gauchers de ne pas avoir à contorsionner le poignet pour former les lettres vers l’intérieur en poussant le stylo vers la droite et leur permet aussi d’être plus rapide pour écrire. Il est possible de repérer un gaucher au tout début du cycle de l’écriture car la mécanique cérébrale privilégie avant l’apprentissage le sens naturel de l’écriture, soit pour le gaucher, le sens de la droite vers la gauche.

Cette tendance naturelle appliquée au sens défini pour l’écriture occidentale, de la gauche vers la droite, conduirait ainsi un gaucher à écrire à l’envers, en commençant par la dernière lettre du mot plutôt que la première.

Ces dernières années, le statut de gaucher contrarié a été de plus en plus étudié et le retour d’expérience montre que cette pratique peut avoir des conséquences sur le développement personnel et laisser des séquelles comme le strabisme et le bégaiement. A l’inverse, les qualités développées pour s’adapter à un environnement de droitier pourra forger un caractère fort et déterminé, utile dans les choix et les décisions que le gaucher aura à prendre tout au long de sa vie.

https://www.neozone.org/societe/quelles-sequelles-et-consequences-pour-un-gaucher-contrarie/

La gaucherie semble être associée à certains problèmes de santé physique. Dans une étude publiée en 2007 dans le British Journal of Cancer, les chercheurs ont constaté que les gauchers avaient un risque plus élevé de cancer du sein que les droitiers, en particulier pour les cancers survenus après la ménopause. Bien que ces deux phénomènes ne semblent pas du tout liés, Mme Yeo estime qu'ils pourraient tous deux être le résultat d'un phénomène affectant le fœtus au cours de son développement précoce. "Nous savons que d'autres vulnérabilités physiques, comme le faible poids à la naissance et le périmètre crânien prénatal, peuvent prédire des problèmes de santé ultérieurs", explique-t-il. "La façon dont vous vous développez in utero peut vous mettre sur une trajectoire pour certaines forces et faiblesses pour toute votre vie". Les gauchers présentent un risque deux fois plus important que les droitiers d'avoir une maladie de Crohn ou une rectocolite hémorragique, selon une étude britannique.Les chercheurs londoniens ont analysé deux cohortes nationales de personnes nées en 1958 et en 1970 à qui a été remis un questionnaire à l'âge de 26 et 33 ans. Au total, les deux études ont porté sur 17.000 personnes.Les auteurs ont relevé 71 cas de maladie de Crohn ou de rectocolite hémorragique confirmés, avec deux fois plus de cas chez les gauchers que chez les droitiers.Le même risque a été trouvé lorsque les deux maladies étaient prises séparément. Le fait d'être gaucher a déjà été associé à des maladies auto-immunes, l'asthme, la migraine, l'autisme et le diabète, mais personne n'a encore pu démontrer pourquoi, notent les auteurs.Les auteurs avancent des travaux antérieurs montrant une variation saisonnière des naissances de filles gauchères, qui, selon eux, pourrait impliquer des facteurs environnementaux. Une autre explication quelque peu controversée est le taux de testostérone auquel est exposé un fœtus in utero, qui pourrait affecter le développement du cerveau et du système immunitaire, ajoutent-ils.En conclusion , Il y a des probabilités que les gauchers soient plus réceptifs au covid 19 mais il n'y a aucune étude précise qui le prouve exactement . 
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *