Comment prévenir la prochaine pandémie ?

 
 

William KareshNous ne connaissons toujours pas la genèse exacte du SRAS-CoV-2, le virus à l’origine du COVID-19. Ce que les scientifiques savent, c’est que ce nouveau coronavirus est probablement né de l’interaction entre l’homme et les animaux. Et ce n’est pas surprenant : soixante-quinze pour cent des maladies infectieuses humaines émergentes sont liées à la faune sauvage.

William Karesh, DVM, vice-président exécutif chargé de la santé et de la politique de l’Alliance EcoHealth, a passé les vingt dernières années à chercher à comprendre les facteurs d’émergence des maladies infectieuses dans le monde. Les grandes lignes sont simples : La santé des animaux, la santé de notre environnement et la santé des personnes sont interdépendantes. Nous avons demandé à Karesh de nous en dire plus sur ses recherches et sur la manière d’inciter nos législateurs à prendre des mesures préventives pour empêcher que de futures pandémies mortelles ne se produisent.

 
Questions et réponses avec William Karesh, Docteur en Médecine Animale.
 
Q
Quelle est la relation entre la faune sauvage et les maladies humaines ?
R
Soixante-quinze pour cent des maladies infectieuses humaines émergentes sont liées à la faune sauvage. Ces virus, et parfois ces bactéries, proviennent d’animaux sauvages et s’introduisent dans les populations humaines. Les épidémies d’Ebola, par exemple, proviennent très probablement des chauves-souris et s’introduisent dans les primates non humains comme les gorilles et les chimpanzés, les tuant. Ensuite, les habitants de certains pays peuvent trouver ces animaux lorsqu’ils sont malades ou morts et les ramener dans leur communauté pour les manger ou utiliser leurs parties à d’autres fins, ce qui entraîne souvent une infection humaine. L’éducation fait défaut : Les gens ne savent pas qu’ils doivent laisser ces animaux malades ou morts tranquilles. La pandémie de grippe qui sévit chaque année dans le monde est due à la manière dont les volailles et les porcs entrent en contact avec les humains.

More than 17,200 people have been infected worldwide, higher than the total recorded cases of the SARS virus that killed some 800 people in 2002 and 2003

 

More than 17,200 people have been infected worldwide, higher than the total recorded cases of the SARS virus that killed some 800 people in 2002 and 2003

L’épidémie de SRAS de 2003 concernait le commerce des espèces sauvages, qui comprend le commerce légal et illégal d’animaux sauvages ou de parties et produits dérivés de ceux-ci. Le SRAS s’est probablement propagé des chauves-souris à d’autres animaux, puis aux humains. Il n’a pas été prouvé que la pandémie actuelle de COVID-19 soit liée au commerce et à la vente d’animaux sauvages, mais le virus semble provenir de virus similaires présents chez les chauves-souris.

 

Q
Quelles sont les réglementations en vigueur concernant le commerce des espèces sauvages ?
R
Le commerce d’espèces sauvages génère beaucoup d’argent, si bien que les gens hésitent à le repousser ou à tenter de le contrôler. Le commerce d’animaux sauvages en Chine est évalué à environ 74 milliards de dollars par an. Dans l’ensemble, la Chine a perdu beaucoup plus avec cette seule épidémie qu’elle n’a gagné avec le commerce d’animaux sauvages au cours des dix dernières années combinées. Si l’on dispose d’un moyen économique rationnel pour réfléchir à cette question, les gens peuvent commencer à réaliser que le fait de ne pas gérer le commerce des espèces sauvages coûtera au pays et au monde entier plus que des décennies de profits.
Il est important de se rappeler que les pays vont sévir et dire “pas de commerce d’animaux sauvages”, mais qu’au fil des ans, l’inquiétude s’estompera. C’est ce qui s’est passé avec l’épidémie de SRAS. Les gouvernements ne sont pas sérieux lorsqu’il s’agit de contrôler le commerce illégal d’espèces sauvages – ce qui réduirait considérablement le nombre de ces épidémies et pandémies – et de s’efforcer de fournir des sources alternatives de nourriture et de revenus pour nourrir des centaines de millions de personnes. Il y a environ cinq ans, le département d’État américain avait un petit programme sur le commerce illégal d’espèces sauvages, mais il était perçu comme une simple protection des animaux. En réalité, ce travail protège effectivement les animaux, mais il a également un impact sociétal et économique énorme.
Q
Où les maladies de la faune sauvage constituent-elles un problème ?
R
Les gens consomment des animaux sauvages dans toutes les régions du monde. En Amérique, nous mangeons du cerf et du bison sauvages. La moitié des fruits de mer sont des produits sauvages. Nous avons un rayon faune dans nos épiceries, mais nous l’appelons le rayon fruits de mer. Les Américains mangent autant d’animaux sauvages que n’importe qui d’autres – c’est juste que certaines espèces sont plus à risque que d’autres. Les chauves-souris sont connues pour être plus susceptibles de transmettre des maladies.
 
 
 
 
En fait, les porcs étaient autrefois atteints d’horribles maladies parasitaires, et la plupart des porcs que les gens mangent ne sont pas des animaux sauvages. Au fil des décennies, nous avons réussi à nous débarrasser de ces maladies et à éliminer les parasites des porcs, de sorte qu’ils sont désormais propres à la consommation. Il ne s’agit pas de blâmer certains pays pour les animaux sauvages qu’ils mangent, mais d’aider les gens à comprendre que certaines choses sont plus risquées que d’autres. Nous devons éduquer les gens et essayer d’empêcher la propagation des maladies infectieuses.
Q
Quel est le lien entre les événements liés au climat et les maladies infectieuses ?
R
Le climat et les conditions météorologiques ont une incidence sur toute une série de maladies infectieuses. Les maladies dépendant des moustiques ou des tiques vecteurs, comme le virus du Nil occidental, la maladie de Lyme, le paludisme et le virus Zika, sont favorisées dans certaines conditions environnementales et supprimées dans d’autres cas. Lors d’événements météorologiques graves, comme El Niño, nous observons des flambées de maladies qui nous donnent des indices sur ce que l’avenir nous réserve en raison des changements climatiques.
 
 
 
 
Virus zaka
 
Nos analyses des cinquante dernières années ont également mis en évidence un lien étroit entre le changement d’affectation des sols et les maladies infectieuses émergentes. Les modifications de l’environnement, telles que la déforestation, semblent faciliter l’émergence des maladies. Nous devons être prudents lorsque nous modifions les pratiques d’utilisation des sols et rester en état d’alerte dans les endroits où cela se produit.
 
 
Q
L’élevage industriel est-il lié aux maladies infectieuses émergentes ?
A

Bien qu’il n’existe pas de lien direct entre les méthodes d’élevage et les pandémies, nous savons que dans les endroits où de bonnes pratiques d’hygiène et de gestion des maladies ne sont pas maintenues, l’élevage de tout type d’animal peut entraîner des maladies, et un sous-ensemble de ces maladies est susceptible d’être transmis à l’homme.

 

Q
Quelles sont les politiques nécessaires pour se protéger des futures pandémies ?
R

En tant que pays, mais aussi en tant que communauté mondiale, nous devons prendre bien plus au sérieux le commerce illégal d’espèces sauvages. La plupart des gens pensent que le commerce illégal d’espèces sauvages est un problème parce que nous devons protéger les animaux, mais la plupart ne comprennent pas que le commerce illégal ou non géré d’espèces sauvages est également à l’origine de pandémies.

Les gens du monde entier doivent commencer à comprendre que ce problème est aussi grave que les airbags et les ceintures de sécurité dans les voitures. Tant que les gens ne prendront pas au sérieux les conséquences du commerce illégal d’espèces sauvages, personne ne fera rien. La pandémie de COVID-19 nous rappelle que les interactions entre l’animal et l’homme peuvent provoquer des pandémies et que nous pouvons faire de la prévention au lieu d’attendre que quelque chose de grave se produise et de dépenser tout notre argent pour y répondre. Dites à votre représentant que vous en avez assez d’être victime de l’impact du commerce des espèces sauvages.

D’autres facteurs importants liés à l’émergence de pandémies sont les changements dans l’utilisation des terres et les changements dans les grandes exploitations agricoles. Nous devons intégrer les meilleures pratiques et les lignes directrices dans ces industries pour nous assurer qu’elles ne provoquent pas la prochaine pandémie. Lorsque ces entreprises souscrivent une assurance pour se protéger des événements indésirables, les stratégies de réduction des risques de pandémie devraient être intégrées dans leurs primes d’assurance. Les entreprises qui font un bon travail en menant leurs activités en toute sécurité devraient payer une prime d’assurance moins élevée pour couvrir leurs pertes que les entreprises qui ignorent complètement les facteurs qui conduisent aux pandémies.

Nous devons faire participer l’ensemble de la société à la prévention des pandémies. Les systèmes scolaires devraient enseigner aux gens les raisons pour lesquelles les maladies apparaissent. Certaines personnes ont qualifié le COVID-19 de cygne noir. Il ne s’agit pas d’un cygne noir, car nous savons exactement comment de telles maladies apparaissent et quelles en sont les causes – cela arrive régulièrement et ce n’est pas surprenant. Ce qui est surprenant, c’est notre manque de préparation aux épidémies et le manque de travail de prévention pour en réduire le nombre. Nous devons inciter les législateurs à agir dans ce domaine.

William Karesh, DVM, est le vice-président exécutif chargé de la santé et des politiques chez EcoHealth Alliance, une organisation à but non lucratif qui travaille à l’échelle mondiale pour déterminer les facteurs d’émergence des maladies. Il fait partie du fichier d’experts du Règlement sanitaire international de l’Organisation mondiale de la santé, qui s’occupe de l’interface homme-animal et de la santé de la faune sauvage, et il est président du groupe de travail de l’Organisation mondiale de la santé animale sur les maladies de la faune sauvage.

Cet article est destiné à des fins d’information uniquement, même s’il reprend les conseils de médecins et de praticiens. Cet article ne remplace pas, et n’est pas destiné à remplacer, un avis, un diagnostic ou un traitement médical professionnel et ne doit jamais être considéré comme un avis médical spécifique. Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’expert et ne représentent pas nécessairement les opinions de C19 World news.

 
 
 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 
close

Oh salut toi 👋
Ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières nouvelles dans votre boîte de réception, tous les jours.

Share on
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Comment prévenir la prochaine pandémie ?

Advertisement

Comment prévenir la prochaine pandémie ?

Advertisement

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut toi 👋
Ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières nouvelles dans votre boîte de réception, tous les jours.

Comment prévenir la prochaine pandémie ?

Advertisement

Suis nous sur instagram!

Starbucks

Comment prévenir la prochaine pandémie ?

Advertisment

c19squareLogo

Comment prévenir la prochaine pandémie ?

 
 

William KareshNous ne connaissons toujours pas la genèse exacte du SRAS-CoV-2, le virus à l'origine du COVID-19. Ce que les scientifiques savent, c'est que ce nouveau coronavirus est probablement né de l'interaction entre l'homme et les animaux. Et ce n'est pas surprenant : soixante-quinze pour cent des maladies infectieuses humaines émergentes sont liées à la faune sauvage.

William Karesh, DVM, vice-président exécutif chargé de la santé et de la politique de l'Alliance EcoHealth, a passé les vingt dernières années à chercher à comprendre les facteurs d'émergence des maladies infectieuses dans le monde. Les grandes lignes sont simples : La santé des animaux, la santé de notre environnement et la santé des personnes sont interdépendantes. Nous avons demandé à Karesh de nous en dire plus sur ses recherches et sur la manière d'inciter nos législateurs à prendre des mesures préventives pour empêcher que de futures pandémies mortelles ne se produisent.

 
Questions et réponses avec William Karesh, Docteur en Médecine Animale.
 
Q
Quelle est la relation entre la faune sauvage et les maladies humaines ?
R
Soixante-quinze pour cent des maladies infectieuses humaines émergentes sont liées à la faune sauvage. Ces virus, et parfois ces bactéries, proviennent d'animaux sauvages et s'introduisent dans les populations humaines. Les épidémies d'Ebola, par exemple, proviennent très probablement des chauves-souris et s'introduisent dans les primates non humains comme les gorilles et les chimpanzés, les tuant. Ensuite, les habitants de certains pays peuvent trouver ces animaux lorsqu'ils sont malades ou morts et les ramener dans leur communauté pour les manger ou utiliser leurs parties à d'autres fins, ce qui entraîne souvent une infection humaine. L'éducation fait défaut : Les gens ne savent pas qu'ils doivent laisser ces animaux malades ou morts tranquilles. La pandémie de grippe qui sévit chaque année dans le monde est due à la manière dont les volailles et les porcs entrent en contact avec les humains.

More than 17,200 people have been infected worldwide, higher than the total recorded cases of the SARS virus that killed some 800 people in 2002 and 2003

 

More than 17,200 people have been infected worldwide, higher than the total recorded cases of the SARS virus that killed some 800 people in 2002 and 2003

L'épidémie de SRAS de 2003 concernait le commerce des espèces sauvages, qui comprend le commerce légal et illégal d'animaux sauvages ou de parties et produits dérivés de ceux-ci. Le SRAS s'est probablement propagé des chauves-souris à d'autres animaux, puis aux humains. Il n'a pas été prouvé que la pandémie actuelle de COVID-19 soit liée au commerce et à la vente d'animaux sauvages, mais le virus semble provenir de virus similaires présents chez les chauves-souris.

 

Q
Quelles sont les réglementations en vigueur concernant le commerce des espèces sauvages ?
R
Le commerce d'espèces sauvages génère beaucoup d'argent, si bien que les gens hésitent à le repousser ou à tenter de le contrôler. Le commerce d'animaux sauvages en Chine est évalué à environ 74 milliards de dollars par an. Dans l'ensemble, la Chine a perdu beaucoup plus avec cette seule épidémie qu'elle n'a gagné avec le commerce d'animaux sauvages au cours des dix dernières années combinées. Si l'on dispose d'un moyen économique rationnel pour réfléchir à cette question, les gens peuvent commencer à réaliser que le fait de ne pas gérer le commerce des espèces sauvages coûtera au pays et au monde entier plus que des décennies de profits.
Il est important de se rappeler que les pays vont sévir et dire "pas de commerce d'animaux sauvages", mais qu'au fil des ans, l'inquiétude s'estompera. C'est ce qui s'est passé avec l'épidémie de SRAS. Les gouvernements ne sont pas sérieux lorsqu'il s'agit de contrôler le commerce illégal d'espèces sauvages - ce qui réduirait considérablement le nombre de ces épidémies et pandémies - et de s'efforcer de fournir des sources alternatives de nourriture et de revenus pour nourrir des centaines de millions de personnes. Il y a environ cinq ans, le département d'État américain avait un petit programme sur le commerce illégal d'espèces sauvages, mais il était perçu comme une simple protection des animaux. En réalité, ce travail protège effectivement les animaux, mais il a également un impact sociétal et économique énorme.
Q
Où les maladies de la faune sauvage constituent-elles un problème ?
R
Les gens consomment des animaux sauvages dans toutes les régions du monde. En Amérique, nous mangeons du cerf et du bison sauvages. La moitié des fruits de mer sont des produits sauvages. Nous avons un rayon faune dans nos épiceries, mais nous l'appelons le rayon fruits de mer. Les Américains mangent autant d'animaux sauvages que n'importe qui d'autres - c'est juste que certaines espèces sont plus à risque que d'autres. Les chauves-souris sont connues pour être plus susceptibles de transmettre des maladies.
 
 
 
 
En fait, les porcs étaient autrefois atteints d'horribles maladies parasitaires, et la plupart des porcs que les gens mangent ne sont pas des animaux sauvages. Au fil des décennies, nous avons réussi à nous débarrasser de ces maladies et à éliminer les parasites des porcs, de sorte qu'ils sont désormais propres à la consommation. Il ne s'agit pas de blâmer certains pays pour les animaux sauvages qu'ils mangent, mais d'aider les gens à comprendre que certaines choses sont plus risquées que d'autres. Nous devons éduquer les gens et essayer d'empêcher la propagation des maladies infectieuses.
Q
Quel est le lien entre les événements liés au climat et les maladies infectieuses ?
R
Le climat et les conditions météorologiques ont une incidence sur toute une série de maladies infectieuses. Les maladies dépendant des moustiques ou des tiques vecteurs, comme le virus du Nil occidental, la maladie de Lyme, le paludisme et le virus Zika, sont favorisées dans certaines conditions environnementales et supprimées dans d'autres cas. Lors d'événements météorologiques graves, comme El Niño, nous observons des flambées de maladies qui nous donnent des indices sur ce que l'avenir nous réserve en raison des changements climatiques.
 
 
 
 
Virus zaka
 
Nos analyses des cinquante dernières années ont également mis en évidence un lien étroit entre le changement d'affectation des sols et les maladies infectieuses émergentes. Les modifications de l'environnement, telles que la déforestation, semblent faciliter l'émergence des maladies. Nous devons être prudents lorsque nous modifions les pratiques d'utilisation des sols et rester en état d'alerte dans les endroits où cela se produit.
 
 
Q
L'élevage industriel est-il lié aux maladies infectieuses émergentes ?
A

Bien qu'il n'existe pas de lien direct entre les méthodes d'élevage et les pandémies, nous savons que dans les endroits où de bonnes pratiques d'hygiène et de gestion des maladies ne sont pas maintenues, l'élevage de tout type d'animal peut entraîner des maladies, et un sous-ensemble de ces maladies est susceptible d'être transmis à l'homme.

 

Q
Quelles sont les politiques nécessaires pour se protéger des futures pandémies ?
R

En tant que pays, mais aussi en tant que communauté mondiale, nous devons prendre bien plus au sérieux le commerce illégal d'espèces sauvages. La plupart des gens pensent que le commerce illégal d'espèces sauvages est un problème parce que nous devons protéger les animaux, mais la plupart ne comprennent pas que le commerce illégal ou non géré d'espèces sauvages est également à l'origine de pandémies.

Les gens du monde entier doivent commencer à comprendre que ce problème est aussi grave que les airbags et les ceintures de sécurité dans les voitures. Tant que les gens ne prendront pas au sérieux les conséquences du commerce illégal d'espèces sauvages, personne ne fera rien. La pandémie de COVID-19 nous rappelle que les interactions entre l'animal et l'homme peuvent provoquer des pandémies et que nous pouvons faire de la prévention au lieu d'attendre que quelque chose de grave se produise et de dépenser tout notre argent pour y répondre. Dites à votre représentant que vous en avez assez d'être victime de l'impact du commerce des espèces sauvages.




D'autres facteurs importants liés à l'émergence de pandémies sont les changements dans l'utilisation des terres et les changements dans les grandes exploitations agricoles. Nous devons intégrer les meilleures pratiques et les lignes directrices dans ces industries pour nous assurer qu'elles ne provoquent pas la prochaine pandémie. Lorsque ces entreprises souscrivent une assurance pour se protéger des événements indésirables, les stratégies de réduction des risques de pandémie devraient être intégrées dans leurs primes d'assurance. Les entreprises qui font un bon travail en menant leurs activités en toute sécurité devraient payer une prime d'assurance moins élevée pour couvrir leurs pertes que les entreprises qui ignorent complètement les facteurs qui conduisent aux pandémies.

Nous devons faire participer l'ensemble de la société à la prévention des pandémies. Les systèmes scolaires devraient enseigner aux gens les raisons pour lesquelles les maladies apparaissent. Certaines personnes ont qualifié le COVID-19 de cygne noir. Il ne s'agit pas d'un cygne noir, car nous savons exactement comment de telles maladies apparaissent et quelles en sont les causes - cela arrive régulièrement et ce n'est pas surprenant. Ce qui est surprenant, c'est notre manque de préparation aux épidémies et le manque de travail de prévention pour en réduire le nombre. Nous devons inciter les législateurs à agir dans ce domaine.

William Karesh, DVM, est le vice-président exécutif chargé de la santé et des politiques chez EcoHealth Alliance, une organisation à but non lucratif qui travaille à l'échelle mondiale pour déterminer les facteurs d'émergence des maladies. Il fait partie du fichier d'experts du Règlement sanitaire international de l'Organisation mondiale de la santé, qui s'occupe de l'interface homme-animal et de la santé de la faune sauvage, et il est président du groupe de travail de l'Organisation mondiale de la santé animale sur les maladies de la faune sauvage.

Cet article est destiné à des fins d'information uniquement, même s'il reprend les conseils de médecins et de praticiens. Cet article ne remplace pas, et n'est pas destiné à remplacer, un avis, un diagnostic ou un traitement médical professionnel et ne doit jamais être considéré comme un avis médical spécifique. Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'expert et ne représentent pas nécessairement les opinions de C19 World news.

 
 
 
 
 
 
 



 

 
 
 
 
 
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Comment prévenir la prochaine pandémie ?

Advertisement

Comment prévenir la prochaine pandémie ?

Advertisement

Abonnez-vous à notre newsletter

Oh salut toi 👋
Ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières nouvelles dans votre boîte de réception, tous les jours.

Comment prévenir la prochaine pandémie ?

Advertisement

Suis nous sur instagram!

Starbucks

Comment prévenir la prochaine pandémie ?

Advertisment

Oh hi there 👋
It’s nice to meet you.

Sign up to receive latest news in your inbox, every day.